La Finlande, pays le plus heureux au monde (malgré -ou grâce à ?- la finlandisation) : radioscopie des secrets de notre voisin nordique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Un fan finlandais porte des lunettes avec le drapeau national lors du match pour la médaille de bronze de hockey sur glace lors des JO d'hiver de Sotchi en février 2014.
Un fan finlandais porte des lunettes avec le drapeau national lors du match pour la médaille de bronze de hockey sur glace lors des JO d'hiver de Sotchi en février 2014.
©ANDREJ ISAKOVIC / AFP

Modèle finlandais

La Finlande, pays le plus heureux au monde (malgré -ou grâce à ?- la finlandisation) : radioscopie des secrets de notre voisin nordique

C’est ce qui ressort de l’enquête annuelle réalisée par les Nations-Unies. La Finlande partage pourtant l’une des frontières les plus inconfortables au monde avec la Russie.

Frank Martela

Frank Martela

Frank Martela est philosophe et chercheur en psychologie spécialisé dans la question du sens de la vie. Frank Martela est chargé de cours à l'Université Aalto, en Finlande. Ses articles ont été publiés dans Scientific American Mind, Harvard Business Review, Philosophy Now, TED Ideas  et Salon et son travail a été présenté sur BBC, The Telegraph,Quartz et sur la BBC. Frank Martela est également un expert clé du bonheur des nations et des raisons pour lesquelles la Finlande et d'autres pays nordiques sont si heureux , ayant écrit sur le sujet à la fois pour Scientific American Observer et pour le World Happiness Report 2020.

Voir la bio »

Atlantico : La Finlande est, pour la cinquième année consécutive, le pays le plus heureux de la planète selon le rapport sur le bonheur dans le monde. Quelles sont les raisons qui peuvent expliquer ce bonheur ?

Frank Martela : Lorsque nous avons examiné les recherches, il s'est avéré que plutôt qu'une question de culture, il s'agit plutôt d'institutions. Les pays où la presse et la liberté d'expression sont libres, où la démocratie est de qualité, où la corruption est faible, où les institutions fonctionnent bien et où les prestations sociales sont importantes sont généralement en tête du classement du bonheur. Et, comme en témoignent les classements de la liberté de la presse ou de l'absence de corruption, la Finlande est très performante sur tous ces aspects. Dans le même temps, les citoyens jouissent d'un niveau élevé de liberté et se font mutuellement confiance. Ce sont les sociétés où les gens ont confiance les uns dans les autres et dans les institutions, et où les institutions sont dignes de confiance, qui produisent les citoyens les plus heureux.

Comme nous le rappelle la situation internationale actuelle, la Finlande a une large frontière avec la Russie qui est un voisin menaçant. Cela a-t-il un impact sur la perception que les Finlandais ont de leur vie ?

Les Finlandais sont certainement conscients du fait qu'ils partagent une longue frontière avec un grand pays autocratique et agressif. Compte tenu de la démocratie stable que nous avons construite ici, la volonté de défendre leur pays est très forte en Finlande, où 80 % des hommes adultes ont effectué leur service militaire. Pendant de nombreuses décennies, la menace n'a pas été ressentie comme aiguë, mais l'invasion russe en Ukraine a bien sûr rendu les Finlandais légèrement inquiets de la situation, alors que la vie continue normalement.

À Lire Aussi

Vladimir Poutine : la part du calcul stratégique, la part de la déraison

La "finlandisation" géopolitique du pays a-t-elle eu un impact sur le bonheur ?

En fait, la menace russe a probablement, à long terme, contribué positivement au bonheur des Finlandais. La confiance mutuelle et le sentiment d'un destin partagé sont les pierres fondatrices d'une démocratie fonctionnelle. Et l'ennemi commun a certainement rapproché les Finlandais et a également fait prendre conscience à l'élite, au début du 20e siècle, qu'elle avait besoin du soutien de l'ensemble de la population pour survivre, ce qui a conduit à diverses réformes qui ont finalement abouti à l'État-providence moderne.

Certains affirment que les Finlandais sont plus "satisfaits" de leur vie que véritablement heureux et que le rapport doit être nuancé. Ce bonheur est-il plus complexe qu'il n'y paraît ?

Le " bonheur " est un mot complexe qui peut faire référence à de nombreuses choses. Il désigne parfois des sentiments positifs momentanés, parfois une évaluation générale à plus long terme de sa vie. En ce qui concerne les sentiments positifs passagers, les Finlandais ne sont probablement pas les meilleurs au monde. Mais lorsque les gens contemplent tranquillement leur vie, les Finlandais ont tendance à se rendre compte que, finalement, tout va bien dans leur vie. Donc oui, il faut plus de nuances pour comprendre que ce à quoi la société finlandaise excelle, c'est à rendre les citoyens satisfaits de leur vie.

Comme souvent, les pays d'Europe du Nord trustent le haut du classement. Y a-t-il une explication commune ? Comment expliquer que derrière la Finlande dans le classement, on trouve souvent d'autres pays du Nord (l'Islande et le Danemark) et que la Suède et la Norvège sont également en tête de ce classement. Quels sont les points communs qui peuvent expliquer ce résultat ou non ?

Tous les pays nordiques sont caractérisés par le même modèle d'État-providence qui comprend une grande confiance entre les citoyens, des institutions qui fonctionnent bien, des taux d'imposition relativement élevés et des prestations sociales étendues. Ce sont donc les mêmes facteurs institutionnels qui expliquent pourquoi les cinq pays nordiques figurent toujours parmi les dix premiers au monde, lorsque des classements du bonheur sont publiés.

À Lire Aussi

L’Europe face à son retour dans l’Histoire : mais qui saura relever le défi ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !