Cet autre coût masqué du dérèglement climatique qui pèse pourtant lourdement sur nos vies | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Cet autre coût masqué du dérèglement climatique qui pèse pourtant lourdement sur nos vies
©Reuters

Dépression

Cet autre coût masqué du dérèglement climatique qui pèse pourtant lourdement sur nos vies

Le réchauffement climatique ne dégrade pas que l'environnement : il est également responsable de nombreuses pathologies psychologiques chez certaines populations qui souffrent de ces perturbations météorologiques.

Antoine  Bioy

Antoine Bioy

Antoine Bioy est professeur des Universités - Psychologie médicale et psychopathologie et Docteur en psychologie clinique (PhD) - Attaché hospitalier. Il est l’auteur, avec Benjamin Thiry et Caroline Bee, de « Mylène Farmer, la part d’ombre », depuis 2006 aux éditions « Archipoche » (avec une préface d’Amélie Nothomb). 

Voir la bio »

Selon  un rapport l'American Psychologist Association, les changements climatiques n'auraient non pas seulement un impact sur l'environnement, mais également sur la santé des êtres humains. Comment expliquer ce phénomène ?

Le lien qui y est défini est un lien de deux natures. Le premier est celui qui parait le plus évident : lorsque vous avez une perturbation climatique importante, des cataclysmes comme des coulées de boues, des incendies de forêts, des pluies diluviennes, ou un tremblement de terre, vous avez des situations qui sont essentiellement des psycho traumatismes. C’est-à-dire des événements inattendus, qui confrontent à la mort et qui débordent les capacités de l'individu. Ce sont les trois critères principaux de ce que l'on va appeler, en psychologie, un psycho traumatisme. On peut rencontrer cette pathologie dans d'autres circonstances. Un cataclysme, lié à un changement naturel, peut, de par sa violence, amener donc à traumatisme. Il y a, ensuite, un deuxième impact important : c'est la question des migrations liées aux changements climatiques. C'est très particulier : à partir du moment où vous avez un terrain climatique qui change notamment dans les pays pour lesquels l'agriculture est une ressource centrale, vous avez des déplacements de populations. Ce sont des déracinements qui ne sont pas des processus naturels. C'est une construction de mode de vie et de réseau social qu'il faut changer. Tout cela est très délétère d'un point de vue psychologique. On mène la personne à devoir repenser son identité. L'être humain est un être relationnel : il existe à travers ses interactions avec les autres.  C'est vital. S'il n'y a pas de reconstruction de l'individu après ce déracinement, alors peuvent résulter anxiétés, dépressions etc. Mais ce que nous montre ce rapport, c'est que cela ne touche pas que les adultes, mais également les enfants. C'est-à-dire qu'un enfant ayant subi un déracinement sera une personne qui va ressentir une certaine violence, et un sentiment de gêne vis-à-vis de l'environnement, et va lui-même adopter des comportements plus facilement violents, et des troubles du développement. Ce n'est donc pas qu'un problème d'adulte.

Quelles sont les différentes pathologies que peut provoquer le réchauffement climatique sur les êtres humains? Existe-t-il un moyen de s'en prévenir?

 Comme je l'ai dit, ce sont essentiellement des psycho-traumatismes, de l'anxiété et de la dépression qui interviennent. Mais pourquoi ? Fondamentalement parce ces pathologies sont extrêmement sensibles à une dimension psychologique qui est la question du contrôle, et de la réponse à l'incertitude. L'être humain est "programmé" pour croire qu'il a le contrôle sur son environnement. L'effet d'être face à une situation climatique changeante le confronte à la question de l'incertitude. Le fait d'être devant cette forme de vulnérabilité entraîne une forme d'anxiété, qui est une réaction d'alerte au nouveau et au non contrôlé, voire même de la dépression, en tant pathologie de la perte : lorsque l'on perd quelque chose ou quelqu'un, c'est un tableau dépressif qui apparait. Le risque de perte d'habitat peut amener à cette situation. Pour les psycho traumatismes, il faut que ce soit soudain. Il faut être confronté à un évènement brutal qui ne soit pas anticipable. Ce sont trois grands tableaux cliniques qui sont liés à la sensation d'incertitude.

La simple existence du réchauffement climatique et de la dégradation de l'environnement, peut-elle suffire à créer de l'anxiété auprès des populations?

Pas simplement cela. Il faut différencier plusieurs types de populations. Il y a d'abord, d'un côté, les groupes plus vulnérables qui, par exemple, sont déjà dans des inégalités démographiques ou économiques. Le rapport montre bien que ces personnes sont plus vulnérables, car elles sont déjà dans cette problématique de gestion de l'incertitude. Pour la population générale, il ne suffit pas de le savoir. Néanmoins, il y a un besoin d'information qui serait un facteur de protection. Ça ne garantit pas que cette population ne soit pas touchée psychologiquement par un problème climatique qui va changer son environnement de vie. Mais si j'ai pu anticiper la situation, si j'ai trouvé comment m'adapter, alors je serai moins touché psychologiquement que d'autres par le fait d'être confronté à un changement climatique qui va profondément changer mon habitat.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !