How French are you, le test américain qui tue… mais à quel point méritons nous les stéréotypes que les Américains véhiculent sur nous ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Un quizz humoristique du site Buzzfeed propose un test afin de déterminer à quel point vous êtes Français
Un quizz humoristique du site Buzzfeed propose un test afin de déterminer à quel point vous êtes Français
©Reuters

French Bashing

How French are you, le test américain qui tue… mais à quel point méritons nous les stéréotypes que les Américains véhiculent sur nous ?

Un quizz humoristique du site Buzzfeed propose un test afin de déterminer à quel point vous êtes Français... à partir d'une liste de défauts. Parallèlement, une publicité pour la marque de voitures Cadillac joue allègrement sur le french bashing.

Nicholas Marks

Nicholas Marks

Nicholas Marks est professeur à l'ISIT (école de management et de communication) et Américain à Paris depuis 1973.

Voir la bio »

Atlantico : Un quizz humoristique du site américain Buzzfeed (ici) propose un test afin de déterminer à quel point vous êtes français. Comment faire la part des choses entre stéréotypes abusifs et travers avérés ?

Nicholas Marks : Pour moi, le stéréotype "abusif" est soit non justifié, soit tellement usé qu'il ne devrait pas avoir lieu d'être. Quelques exemples : les Français et la baguette. D'accord, il est beaucoup plus probable de voir quelqu'un avec une baguette sous le bras dans une rue en France qu'aux Etats-Unis ou une file d'attente (surtout le dimanche) devant une boulangerie à Paris qu'à Los Angeles. Mais cela prouve quoi ? (Il n'est pas rare d’apercevoir une grosse Américaine avec un flacon de Coca deux litres à Atlanta, mais TOUTES les femmes américaines ne sont pas de grandes consommatrices de Coca Cola - mais cela "colle à l'image d’Épinal".)

Par contre, toujours pour moi, un travers avéré est un "constat". Exemples : les affaires Cahuzac ou DSK ou Zidane : un français peut se permettre de mentir d'une manière éhontée au public alors que cela se paie très cher aux Etats-Unis (et au Royaume-Uni aussi). Autre exemple : la peur du courant d'air chez les Français : je n'ai jamais connu un seul ressortissant de France qui n'ait pas peur du chaud-froid et de se trouver en "plein courant d'air". D'accord, ce n'est pas un "travers"... mais une phobie avérée. J'ai constaté des crottes de chien... avenue Foch à Paris. Vu le prix du mètre carré on peut se demander si l'étiquette "les Français sont sales" n'est pas quelque peu justifié. 

Pourriez-vous commenter ces dix stéréotypes en précisant si ceux-ci sont avérés ou non ?

Les Français font tout le temps grève et manifestent tout le temps. 

Oui, avéré. Le plus énervant c'est que cela sert la plupart du temps à rien et n'est souvent absolument pas justifié (changement à l'horaire d'hiver pour les cheminots, mis à pied d'un journaliste à France Inter...). Toutefois, comme une grève française ne dure pas longtemps en règle générale et n'est efficace que peu souvent, dans l'ensemble ça ne me gêne pas. (Et, à l'époque où j'étais salarié, une grève de transport fournissait toujours une bonne excuse pour un bon retard de l'arrivée au travail.)

Les Français se plaignent vraiment tout le temps.

Oui, certain. Le verre n'est pas seulement à moité vide, on n'arrive même pas à le trouver et de plus il est sale !

Les Français mangent des baguettes à outrance, aiment les fromages qui puent, mangent des huîtres, des grenouilles, des escargots et du foie gras. 

Faux. Bien qu'on ait un problème lors d'une réunion de famille (couscous, mais pas de pain ! mon dieu ...), je pense que c'est surtout les générations plus âgées qui consomment la baguette à outrance. Je connais beaucoup de français qui n'achètent pas de pain tous les jours et qui - pire ! - n'aiment pas le fromage, surtout ceux qui puent, qui ne mangent jamais des huîtres, grenouilles, ou foie gras.

Les Français fument trop. 

Oh oui ! Et surtout dans les endroits où c'est formellement interdit. (J'ai le souvenir d'avoir passé un quai de gare du RER A en train en voyant quatre contrôleurs dont trois fumaient... Mieux, une maman d'un petit en bandoulière sur le ventre, le mégot au bec).

Les Français aiment le vin et l’alcool en général. Ils commencent même à en boire très tôt. 

Oui, et non. Je trouve que les Français aiment le vin en général (bien que les nouvelles générations, moins) et l'alcool (surtout le whisky) mais pas qu'ils commencent à boire tôt, à l'exception des alcooliques, bien entendu.

Les Français sont pessimistes. 

Sûr. Il suffit de regarder la tête des gens dans les transports, et pas que le matin ! Dans mon entourage/belle famille et chez les collègues, français, force est de constater que l'avenir n'est pas rose (et ne l'a jamais été !).

Les Français n’aiment pas les riches, ni les gens qui réussissent. 

Pas vraiment. Je trouve qu'ils ne leur vouent pas une admiration particulière, mais qu'ils ne les détestent pas non plus.

Les Français sont superficiels et pédants.

Non, pas particulièrement "superficiels" (cela dit, je suis Américain...). Mais "pédants", oh que oui ! Pire, tout bon français DOIT avoir une opinion sur tout sujet, même s'il n'y connait rien. (Et, le Français n'hésite pas à corriger le français, parlé par un étranger ; je connais une Québécoise qui s'est fait corriger un mot car ce n'était "pas du français !")

Les Français n’aiment personne.

Je pense que les Français aiment beaucoup et sincèrement leur proches. Mais n'aiment pas du tout l'étranger, dans le sens de quelqu'un qu'ils ne connaissent pas. ("Les Italiens, cela passe et encore. TOUS les autres sont des cons.")

Les Français sont fans des films et séries américaines mais aiment pourtant critiquer les Américains. 

Je trouve qu'il y a là aussi une question de génération. Je ne trouve pas qu'ils aiment particulièrement les films et séries s'ils ont plus de quarante ans, par contre, plus quand ils sont jeunes. Critiquer les Américains ? Oui, les Français adorent cela. Là aussi, plus généralement, ceux qui ont un certain âge aiment faire cela, mais il y a aussi tous ceux qui "adorent les Etats-Unis". 

Les Américains ont-ils une vision particulièrement négative et biaisée des Français ? Pourquoi ?

Je le pense. Surtout chez les Américains qui n'ont jamais mis les pieds ici. Par contre, ceux qui y ont voyagé généralement aiment la France (peut-être moins les Français...). Je suis convaincu que les médias américains maintiennent cela, comme une sorte de blague récurrente facile. (Il n'y a pas si longtemps une de mes tantes aux Etats-Unis avait demandé à une de mes filles s'il y avait des McDonald's en France... comme si c'était la marque d'un pays civilisé).

Je pense qu'il s'agit :

1) de notoriété : si on demande à un Américain lambda ce qu'il pense d'un Slovaque ou d'un Belge il n'y aura aucune réponse. Mais les Français ont une réputation (justifiée ou pas) et une abondance de clichés autour d'eux.

2) Les Français, tels qu'on les décrit dans les livres, au cinéma et à la télévision, sont bardés de stéréotypes (dont quelques travers justifiés) - un peu comme les Chinois dans "Benny Hill" - on reconnait tout de suite et on rit, ou sourit, mais c'est de la facilité.

3) Dans les médias américains, surtout de droite (Fox News) il y a un agenda anti-français qui s'explique par :

- votre non-acceptation aveugle de la politique étrangère américaine (guerre d'Irak),

- l'indépendance de celle de la France (Syrie, Mali) qui va parfois contre les intérêts américains

- et (sans que cela soit dit) le refus par les conservateurs du "modèle français" comprenant le chômage bien indemnisé, de longues vacances ou congés maternités payés, des systèmes d'éducation ET de santé de qualité souvent gratuits, des TGV, des Airbus et (il ne faut pas le dire !) des femmes belles qui fument et qui boivent !

 

Ces travers concernent-ils l'ensemble des Français ou davantage les Parisiens ?

J'ai passé pas mal de temps en province et je trouve que certains travers ou traits (pessimisme, baguette, vin) sont plus exacerbés ou forts en province alors que d'autres (égoïsme, pédanterie, anti-américanisme primaire ...) le sont plus à Paris. 

Mais je pense qu'un Américain "normal" ne pourrait pas faire la différence entre le Parisien et le provincial. Il aura déjà du mal à la faire entre un Français et un Italien ou un Allemand... ce sont tous des Européens pour nous.

Certains de ces travers ne sont-ils pas finalement caractéristiques de tous ceux que l'on considère comme étrangers ?

Je dirais que non. Il y a vraiment une image particulière des Français, chez les Américains, et vice versa.

Il y a une réelle "identité française". Aucun Américain ne traiterait un Hongrois d'arrogant, un Portugais de pédant, un Suisse de sale, un Suédois de menteur, ou un Irlandais de chiant. Non, les travers des Français, s'ils sont dans certains cas partagés avec d'autres nationalités, forment néanmoins un faisceau de torts - réels ou perçus comme tels - qui distinguent bien le Français de tout autre étranger.

Propos recueillis par Clémence de Ligny

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !