Hommes/femmes : qui ment le plus (et pourquoi) en se présentant sur les réseaux sociaux ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Hommes/femmes : qui ment le plus (et pourquoi) en se présentant sur les réseaux sociaux ?
©ANTONIO SCORZA / AFP

À visage couvert

Hommes/femmes : qui ment le plus (et pourquoi) en se présentant sur les réseaux sociaux ?

Lors d'une étude, trois chercheurs tentent d'expliquer pourquoi l'auto-présentation trompeuse est si courante sur les réseaux sociaux.

Dasha Kolesnyk

Dasha Kolesnyk

Dasha Kolesnyk est conférencière à la Rotterdam School of Management, département de la gestion du marketing.

Voir la bio »

Atlantico : Vous avez récemment dirigé une étude intitulée "Gender Gaps in Deceptive Self-Presentation on Social-Media Platforms Vary With Gender Equality : A Multinational Investigation". La notion principale de cette étude est la "présentation trompeuse de soi" décrite comme "un comportement de gestion de l'impression visant à améliorer l'image que les autres ont de soi au moyen de divulgations délibérées et incorrectes de soi sous n'importe quelle forme, y compris le texte, les images, les vidéos et les balises de localisation". Quel est le but d'un tel comportement ?

Dasha Kolesnyk : Le but est - d'améliorer l'image de soi aux yeux de l'autre. La finalité de ce comportement dépasse le cadre de notre étude. Je pourrais spéculer sur le fait que les gens peuvent tromper pour toutes sortes de raisons pratiques (comme obtenir un meilleur rendez-vous ou un meilleur emploi), ou par sentiment d'infériorité, d'être à la traîne et de ne pas être à la hauteur. Toutefois, il ne s'agit là que de spéculations, nous n'avons pas interrogé les gens à ce sujet.

L'un de vos principaux résultats, tiré de données provenant de 25 pays, est que, sur les médias sociaux, les hommes et les femmes s'engagent beaucoup plus dans la présentation trompeuse de soi, principalement sur les qualités qui sont traditionnellement importantes pour l'évaluation par le sexe opposé. Quelles sont ces qualités ? Et comment expliquez-vous ce phénomène ?

Dans notre étude, nous n'avons mesuré la présentation trompeuse de soi que pour l'attrait physique et la réussite personnelle (c'est-à-dire la capacité d'acquérir des ressources). Ces comportements sont essentiels pour l'évaluation par le sexe opposé, d'après les connaissances tirées d'études antérieures. Les théories de l'évolution suggèrent que, généralement, les hommes sont plus susceptibles (que les femmes) de tromper sur la réussite, et que les femmes sont plus susceptibles (que les hommes) de tromper sur l'attrait physique.

L'une des conclusions contre-intuitives de vos travaux est que vous avez constaté des différences plus importantes entre les sexes en matière de présentation trompeuse de soi dans les pays où l'égalité des sexes est plus élevée. Pourquoi l'égalité des sexes ne diminue-t-elle pas cette tendance mais l'augmente-t-elle ?

Puisque nous ne pouvons pas mener une expérience contrôlée, nous ne pouvons que faire des suggestions éclairées basées sur ce que nous voyons dans les données. Et ce que nous voyons, c'est que l'égalité des sexes est associée à une plus grande déception "atypique". Ainsi, dans tous les pays, les hommes mentent sur la réussite et les femmes sur la séduction. Mais dans les pays où l'égalité des sexes est faible, les hommes semblent être motivés pour mentir davantage sur leur attrait physique, et les femmes pour mentir davantage sur leur réussite personnelle. Cela pourrait être dû à un environnement de rencontre plus restrictif dans les pays où l'égalité des sexes est faible. Il s'agit d'une question à étudier dans le cadre de recherches futures.

Vous constatez également qu'une plus grande égalité des sexes est associée à une présentation de soi moins trompeuse pour les hommes et les femmes du monde entier. Comment cela s'articule-t-il avec vos autres résultats ?

L'explication que nous avons proposée est assez intuitive : l'environnement de rencontre moins restrictif des pays où l'égalité des sexes est respectée crée moins de pression pour les hommes et les femmes, de sorte que le besoin de tromperie est globalement moindre.

En définitive, comment résumeriez-vous notre comportement sur les plateformes de médias sociaux ? Qu'est-ce que cela dit de notre culture et de l'importance du genre ? 

La culture et l'environnement socio-économique influencent le comportement sur les médias sociaux. La prévalence de la tromperie sur l'attrait physique et la réussite personnelle varie de 5 % à plus de 50 % selon les pays. L'égalité des sexes est associée à une prévalence plus faible de ces comportements. Cela pourrait signifier que dans les sociétés où règne l'égalité des sexes, les gens sont moins frustrés et ont donc moins de raisons de tromper. Peut-on en conclure que l'égalité des sexes rend donc les révélations sur les médias sociaux plus honnêtes ? Peut-être

À Lire Aussi

Comment se protéger des effets pervers des réseaux sociaux

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !