Halloween… toutes les nuits : ce même cauchemar de l’homme au chapeau que font des millions de personnes partout à travers le monde | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Halloween… toutes les nuits :  ce même cauchemar de l’homme au chapeau que font des millions de personnes partout à travers le monde
©Flickr

L'homme au chapeau

Halloween… toutes les nuits : ce même cauchemar de l’homme au chapeau que font des millions de personnes partout à travers le monde

Cela vous est peut-être déjà arrivé : vous émergez de l'innocence du sommeil, et là, l'angoisse vous déchire. Paralysé, plus aucun de vos membres ne vous obéit, à côté de vous se dresse une présence malveillante qui vous regarde où écrase votre poitrine. Vous avez rencontré l'homme au chapeau... Mais rassurez-vous : comme 40% des gens, vous venez de vivre un épisode appelé "paralysie du sommeil", un phénomène finalement tout à fait banal.

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien est neurobiologiste et directrice de recherche à l'INSERM et à la SFRMS (Société française de recherche et médecine du sommeil). Elle est aussi présidente de l'Institut National du Sommeil et de la vigilance, etauteur de Mieux dormir et vaincre l'insomnie, paru chez Larousse en juin 2014.

Voir la bio »

Atlantico : La paralysie du sommeil est un phénomène aussi fréquent qu'effrayant pour le dormeur. Pouvez-vous nous décrire en quoi cela consiste et si cette paralysie est dangereuse ?

Joëlle Adrien : Non, ce n'est pas dangereux, cela consiste à se réveiller d'un sommeil et ne plus pouvoir bouger, d'avoir la sensation d'être paralysé. On continue à respirer, il y a donc des mouvements du corps, mais les mouvements volontaires sont impossibles. C'est donc très angoissant et parfois associé à des hallucinations, on croit être agressé ou qu'il y a quelqu'un dans la pièce. Cela augmente l'angoisse de ces épisodes : d'une part celle de rester paralysé toute sa vie, d'autre part celle des hallucinations.

Au moment où survient cette paralysie du sommeil, le dormeur est-il éveillé ou encore endormi ? Ou peut-être un peu des deux ?

Le cerveau est éveillé mais le corps est encore endormi, il se trouve toujours dans la phase appelée "sommeil paradoxal" dans laquelle il n'ya plus du tout de tonus musculaire. C'est un éveil incomplet, cette paralysie arrive très fréquemment au moment du réveil, beaucoup moins lors de l'endormissement. Il y a une espèce de dissociation entre le cerveau et le corps.

Le sommeil et le réveil font jouer un très grand nombre de mécanismes qui doivent être coordonnés. Parfois cette coordination ne fonctionne pas bien, cela peut être du à un stress, à un manque de sommeil, des horaires irréguliers, à beaucoup de facteurs comportementaux. Dans des rares cas cela est du à une vraie maladie : la narcolepsie, mais elle est extrêmement rare, touchant peut-être trois personnes sur mille. Dans l'immense majorité des cas ce n'est pas grave, mais du à une mauvaise hygiène de vie, au stress, qui fait que le cerveau se réveille avant le corps.

Les patients confrontés à cette paralysie décrivent souvent la même sensation : celle d'une présence malveillante tout près d'eux, dans la pièce, qui les regarde. Certains disent voir un sombre "homme au chapeau". D'où vient la récurrence de ce schéma hallucinatoire ?

Au moment de la paralysie, on est en train de se réveiller du sommeil paradoxal, dans ce sommeil il y a des hallucinations car il y a des rêves par exemple, des phénomènes de respiration irrégulière ou haletante tout à fait normaux dans cette phase. Au moment de cet éveil incomplet persistent toute la partie hallucinatoire faisant partie du rêve, mais aussi ces respirations parfois oppressée. Quand le cerveau s'éveille on perçoit toujours cela car le corps est dans un état de rêve, cela suscite l'angoisse, on se demande ce qui se passe, si ça va s'arrêter. Tout cela augmente l'angoisse. Si l'on comprend que cela n'est pas grave, que l'on comprend que c'est une paralysie du sommeil, tout devient beaucoup moins angoissant.

Ce genre de présence peut prendre des formes très diverse. C'est le cas de ces personnes qui voient un "homme au chapeau", ou de toute forme d'ombre fantasmagorique perçue pendant cet épisode de paralysie du sommeil. 

Beaucoup de personnes ayant vécu cette expérience ont eu l'impression que la présence malveillante était assise sur eux ou leur écrasait la poitrine. D'où vient cette sensation d'étouffement ?

Cela vient de phénomènes naturels. Pendant le sommeil paradoxal il y a l'activation de ce qu'on appelle le système neurovégétatif qui régule la respiration, le rythme cardiaque, la sudation, et tout un tas de phénomènes végétatifs, c'est-à-dire sur lesquels on n'a pas de contrôle volontaire. Or, pendant cette phase, ce système est extrêmement bousculé, on s'en rend pas compte dans les rêves, mais quand on le vit de façon éveillée, on en prend conscience.

Ce phénomène naturel de paralysie du sommeil a beaucoup influencé les histoires de fantômes, de démons qui nous visiteraient la nuit. Parmi celles-ci, le mythe des succubes, des diables qui profiteraient de la nuit pour avoir des rapports érotiques avec les dormeurs. Dans cette veine-là, avez-vous déjà entendu parler de paralysie liée à une sensation agréable ?

Moi, je n'en ai jamais vraiment entendu parler. Peut-être dans les relations mystiques, où l'idée de "passion", de rapport avec l'autre, peut être transformée en "amour mystique". Là ça pourrait être agréable, mais en règle générale c'est plutôt violent, donc désagréable. Tout cela a donné lieu à tellement d'interprétations ancestrales, philosophiques ou mystiques, que le côté mystique, donc agréable, peut être présent, mais cela a également donné lieu à des histoires de "diables" ou autres.

La plupart des folklores reprennent ces histoires de diables nocturnes pour expliquer ces paralysies du sommeil, de façon religieuse notmment. Y a-t-il un facteur culturel qui puisse influencer le développement de ce phénomène ?

Non, je ne pense pas qu'il y ait un facteur culturel, mais je pense que toute expérience est reprise par différentes cultures. C'est une expérience extra-ordinaire, donc qui sort de l'ordinaire, c'est donc normal qu'on y mette ensuite des connotations elles aussi extra-ordinaires. Dans l'Antiquité, les rêves ont toujours porté une signification surnaturelle, d'oracle par exemple, de prévision … Ils ont toujours eu beaucoup plus de significations que dans la culture scientifique actuelle. Je pense que pour les paralysies du sommeil et les hallucinations qui surviennent à ce moment là, on a attribué les mêmes vertus selon les cultures. Cependant, on ne fait pas plus d'hallucinations lorsqu'on fait partie d'une culture ou d'une autre.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !