Géo-ingénierie : des chercheurs australiens envisagent de déverser de l’eau froide dans la mer pour sauver la grande barrière de corail | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Géo-ingénierie : des chercheurs australiens envisagent de déverser de l’eau froide dans la mer pour sauver la grande barrière de corail
©MARCEL MOCHET / AFP

Coraux en danger

Géo-ingénierie : des chercheurs australiens envisagent de déverser de l’eau froide dans la mer pour sauver la grande barrière de corail

Pour protéger la Grande Barrière de Corail, les scientifiques se tournent vers toutes les solutions, même parfois les plus simples.

Mathieu Mongin

Mathieu Mongin

Mathieu Mongin est chercheur, modélisateur biogéochimique au CSIRO Océans et atmosphère.

Voir la bio »

Atlantico.fr : La température de l’eau de mer aux abords de la Grande barrière de corail continue d'augmenter, pouvant même aller au-delà de 29 °C. A terme, la Grande barrière de corail pourrait-elle disparaître à cause de la hausse des températures ? Combien de temps nous reste-t-il pour agir ?

Mathieu Mongin : Oui, la température de l'océan autour de la Grande barrière de corail augmente, plus précisément nous observons des périodes de température anormalement élevée (par rapport à la moyenne des 10 à 20 dernières années) qui provoquent le blanchiment des coraux.

La conséquence de ces épisodes répétés de blanchiment (3 au cours des 4 dernières années, contre seulement quelques uns au cours des 10 dernières années) est une perte de diversité corallienne (seul celui capable de survivre à haute température subsiste avec d'autres espèces comme les algues). Au final, l'ensemble de l'écosystème de la Grande Barrière de Corail perd sa diversité avec moins d'espèces. La Grande Barrière de Corail nous survivra, mais pas sous sa forme actuelle, il ne sera plus aussi beau, aussi coloré et aussi riche. Il se mélangera.

Le problème est qu'il y a un long délai entre le moment où le carbone supplémentaire (émis par nous) et l'augmentation de la température de la terre et des océans. Les projections actuelles sur le climat indiquent que la plupart des coraux blanchiront presque chaque année d'ici 2050 (même si nous réduisons considérablement l'émission de carbone).

Afin d'aider à préserver la diversité de l'écosystème, les scientifiques du monde entier commencent à élaborer ce que nous appelons une stratégie d'émissions négatives (afin d'inverser les effets du changement climatique en plus de la réduction des émissions de carbone). Il est à peu près trop tard pour que la seule réduction des émissions soit suffisante, nous devons inverser nos changements par des interventions artificielles (ou commencer à étudier ces dernières).

Pour répondre à votre question, il est donc déjà trop tard (nous devons être proactifs), nous devons commencer à réfléchir et à agir dès maintenant sur ces stratégies pour protéger l'écosystème de la Grande Barrière de Corail.

Nous devons simplement faire preuve de diligence et effectuer les recherches nécessaires avant qu'une technique ne soit utilisée dans le monde réel. 

Une étude à laquelle vous avez participé étudie la possibilité d’injecter de l’eau froide pour limiter l’impact de la hausse des températures sur la grande barrière de corail. Comment mettre en pratique un tel défi ? 

Les phénomènes de blanchissement sont de nature épisodique. Pour protéger le récif, il faut donc éviter la longue période (au printemps et au début de l'été) où les températures sont plus élevées que la normale. Comme les gens le savent probablement, plus l'eau est profonde dans l'océan, plus elle est froide. Donc, en théorie, pomper l'eau des profondeurs vers la surface devrait garder le récif un peu plus froid et empêcher le blanchiment.

Le problème est que l'eau se déplace avec les courants et que les récifs sont des structures complexes où la circulation de l'eau est très variable dans le temps et entre les récifs. Nous devons donc d'abord tente de comprendre comment l'eau plus froide injectée interagit (mélange dilué) avec l'eau de surface pour avoir une idée de l'efficacité du système. Comme nous ne pouvons pas déployer le système pour les 3000 récifs de la Grande Barrière de Corail, nous devons également décider quel récif choisir parmi lesquels s'inscrit dans le cadre de notre étude.

Par ailleurs, il faut que les gens réalisent que 80 % des récifs n'ont pas été explorés, car ils sont souvent inaccessibles (Google Earth est un excellent outil pour visualiser cela).

Les récifs sont des endroits dangereux pour naviguer et installer des infrastructures, la plupart d'entre eux se trouvent à des dizaines, voire des centaines de kilomètres du port le plus proche.

Quels en seraient les avantages et les coûts ?

Pour réduire nos émissions de carbone, c'est une méthode relativement simple, une pompe, un peu d'électricité, quelques tuyaux et un système de surveillance, et c'est tout.  Les avantages réels sont les suivants : le système est facile à arrêter et à démarrer, il est entièrement réversible (nous ne refroidissons pas l'eau artificiellement, nous la transportons seulement). En théorie, les effets secondaires sur l'écosystème sont également limités (par rapport à d'autres techniques plus agressives). Et la technologie existe.

La situation actuelle de la pandémie nous dit que l'argent n'est pas un problème. Donc oui, elle coûtera des millions de dollars par an et devra probablement rester en place pour les imprévus à venir. Nous ne parlons que de quelques récifs, pas des 3 000 au total, et il est très coûteux de ne protéger qu'une poignée de récifs. Ce n'est pas la solution parfaite, mais si elle est combinée à d'autres, elle pourrait aider la Grande Barrière de Corail à conserver sa diversité et sa beauté.

Existe-t-il d’autres techniques pour protéger la grande barrière de corail ? Suffiraient-elles à la sauver ?

Oui, beaucoup d'autres techniques ont été mises sur la table, il existe en fait une série de projets en Australie qui les explorent spécifiquement (dans un cadre théorique, de modélisation, de laboratoire pour commencer). L'idée est d'explorer de nombreuses options et d'informer le régulateur des avantages et des inconvénients de chacune d'entre elles.

En voici quelques exemples :

Transplantation de récifs (déplacer les coraux pour conserver la diversité).

Ensemencement du corail par assistance larvaire après les événements de blanchissement. 

Ombrage par éclaircissement des nuages, où nous créons artificiellement des nuages pour bloquer le soleil (déjà utilisé pour créer de la pluie autour des structures hydroélectriques).

L'ombrage par structure, où nous recouvrons pratiquement le récif d'une bâche pour protéger du soleil

L'ombrage par la crème solaire (injecter dans l'eau un composant qui agit comme une crème solaire).

Il y a aussi le problème de l'acidification des océans (qui empêche les coraux de se guérir et réduit leur croissance). Je travaille actuellement sur un projet qui consiste à utiliser des cargos sur leur trajet de retour (lorsqu'ils sont vides) pour libérer du calcaire dans l'océan le long du RGO afin d'inverser l'effet de l'acidification de l'océan et d'aider le corail.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !