Gastro-entérite : les réflexes à adopter pour se préserver de l'épidémie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
L'épidémie hivernale de gastro va atteindre son pic dans les prochains jours.
L'épidémie hivernale de gastro va atteindre son pic dans les prochains jours.
©

Santé

Gastro-entérite : les réflexes à adopter pour se préserver de l'épidémie

L'épidémie hivernale va atteindre son pic dans les prochains jours. Quelques conseils pour se protéger ou se soigner d'une maladie virale certes bénigne mais qui, mal traitée, peut faire peser des risques sérieux pour la santé des plus faibles.

Antoine Flahault

Antoine Flahault

 Antoine Flahault, est médecin, épidémiologiste, professeur de santé publique, directeur de l’Institut de Santé Globale, à la Faculté de Médecine de l’Université de Genève. Il a fondé et dirigé l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (Rennes, France), a été co-directeur du Centre Virchow-Villermé à la Faculté de Médecine de l’Université de Paris, à l’Hôtel-Dieu. Il est membre correspondant de l’Académie Nationale de Médecine. 

 

Voir la bio »

Les épidémies de gastro-entérites de l'hiver sont récurrentes. Chaque année, on assiste au même type de phénomène épidémique en France, et dans toute l'Europe. Ces phénomènes sont liés à des virus qu'on appelle "virus à tropisme intestinal" qui causent des maladies de l'intestin et de l'estomac. Les symptômes se ressentent donc au niveau gastrique (vomissements) et entérite (diarrhée).

Il existe d'autres gastro-entérites qui peuvent être dues à des causes d'intoxication alimentaire, mais celles de l'hiver sont dues à des transmissions inter-humaines de différentes familles de virus : les adénovirus, les calicivirus, les astrovirus et les rotavirus.

Le lavage de main

Les gastro-entérites sont un péril dans les pays en développement, et même une grande cause de mortalité infantile. Il y a encore des épidémies dans les pays développés, comme en France, car il y a des ruptures dans la séparation de la chaîne fécale et de la chaîne alimentaire, essentiellement liées à l'homme. Ce dernier ne se protège pas assez, notamment parce qu'il ne se lave pas suffisamment les mains entre les moments où il va aux toilettes, et celui où il porte la main à sa bouche, fait la cuisine, …Tout le péril fécal est lié à cela, la protection contre les virus entériques est liée à un problème d'hygiène.

Cependant, c'est plus facile à dire qu'à faire car on peut imaginer que la contagiosité est importante, due au fait que les virus sont assez résistants dans l'environnement, et qu'ils se déposent sur les poignées de porte, les surfaces planes,… comme pour la grippe. La meilleure prévention est donc le lavage des mains, même si il ne protège pas à 100%.

Dans les pays en développement, la prévention passe par le développement d’infrastructures : lorsque l'on sépare clairement les eaux d'égout et les eaux de boisson, on résout une grande partie du problème.

Le vaccin

Il existe un vaccin contre une des familles de virus, les rotavirus. Ils prévalent chez les enfants, et le vaccin est très efficace chez ces derniers.

Il n'y a pas de médicament efficace pour prévenir les gastro-entérites virales, et les antibiotiques n'ont aucune efficacité. Les médicaments servent surtout à éviter la diarrhée ou les vomissements et traitent seulement les symptômes, qui ne vont pas rester très longtemps. De plus, nous ne sommes pas tout à fait sûrs qu'ils soient très efficaces d'une part, et très indiqués par ailleurs.

Eau et sels minéraux

Il faut penser à boire de l'eau et du sel. Il ne faut pas faire le mélange soi-même, mais demander conseil à sa pharmacie, afin d'avoir la bonne ration de sels minéraux dans l'eau. Cependant, il ne suffit pas de boire que de l'eau, car ce serait dangereux pour les nourrissons. L'adulte aussi doit se réhydrater, en buvant de l'eau et en mangeant des aliments salés, afin de fixer l'eau dans l'organisme.

Il faut consulter le médecin lorsque l'on a un tout petit nourrisson ou une personne déjà affaiblie, mais seulement dans ces deux cas.

Les gastro-entérites durent très peu de temps, il est très étonnant de voir les gens consulter leur médecin lorsqu'ils en souffrent. On est sur pied au bout de 24 heures en général, ou au pire après 48 heures, sauf dans le cas des petits nourrissons, des gens très affaiblis par les maladies, ou des personnes très vulnérables comme les grands vieillards. On déplore chaque année des décès dus aux gastro-entérites qui provoquent une déshydratation chez ce type de personne.

On peut avoir souffert de la gastro-entérite plusieurs fois dans l'hiver. Cependant, lorsqu'on a en a attrapé une due à un virus donné, il y a peu de chance qu'on ait à nouveau une infection par ce même virus. Mais il y a plusieurs familles de virus, et il est donc tout à fait possible d'avoir une autre gastro-entérite avec un autre virus, on n'est pas immunisé contre toutes les gastro-entérites parce qu'on en a eu une. Dans les pays africains, les enfants en souffrent en moyenne trois fois par an.

Cette article a déjà été publié sur Atlantico.fr le 4 janvier 2013

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !