Eurovision, Euro de foot, 100 mètres hommes aux JO : 2021, l’été italien | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Les joueurs italiens soulèvent le trophée du Championnat d'Europe lors de la cérémonie officielle après la victoire de l'Italie lors de la finale de l'UEFA EURO 2020 face à l'Angleterre, le 11 juillet 2021.
Les joueurs italiens soulèvent le trophée du Championnat d'Europe lors de la cérémonie officielle après la victoire de l'Italie lors de la finale de l'UEFA EURO 2020 face à l'Angleterre, le 11 juillet 2021.
©Michael Regan / POOL / AFP

Triomphe des Italiens

Eurovision, Euro de foot, 100 mètres hommes aux JO : 2021, l’été italien

En proie aux doutes politiques et économiques depuis des années, l’Italie accumule des succès cette année depuis la victoire de Maneskin. De quoi soigner le mal-être de la péninsule ?

Florent Parmentier

Florent Parmentier

Florent Parmentier est enseignant à Sciences Po et chercheur associé au Centre de géopolitique de HEC. Il a récemment publié La Moldavie à la croisée des mondes (avec Josette Durrieu) ainsi que Les chemins de l’Etat de droit, la voie étroite des pays entre Europe et Russie. Il est le créateur avec Cyrille Bret du blog Eurasia Prospective

Pour le suivre sur Twitter : @FlorentParmenti

 

Voir la bio »

Atlantico : Eurovision, Euro de football et épreuve reine du 100 m aux JO, l’Italie semble avoir le vent en poupe dans plusieurs compétitions internationales. Hormis le talent des compétiteurs, faut-il chercher des explications plus globales à ces réussites italiennes ? Ces victoires disent-elles quelque chose de la situation actuelle du pays ?

Florent Parmentier : Effectivement, en matière de bonnes nouvelles, l’Italie semble dans une période faste, tant dans le domaine du divertissement que dans celui du sport ! Un article de La Repubblica, grand journal de centre-gauche italien, s’interrogeait pour savoir s’il fallait donner raison à Giovanni Malago, directeur du Comité olympique italien depuis 2013, quand celui-ci disait que le triomphe en athlétisme aux JO est plus important que celui du championnat d’Europe à Wembley, qui a autant été synonyme de renaissance pour les Italiens qu’il a été un coup de Trafalgar pour les Anglais.

Les clés du succès à l’Eurovision ne sont pas les mêmes que pour une victoire en football ou dans d’autres sports, le fait de trouver une explication globale est donc une tâche compliquée. En revanche, ces victoires s’inscrivent bien dans une volonté de l’Italie d’améliorer son image extérieure, ce qu’on appelle le nation-branding ou l’image de marque du pays. Les victoires récentes donnent de l’eau au moulin de ce développement.

À Lire Aussi

L’arrivée de Mario Draghi aux affaires en Italie : difficultés continues plutôt que solution aux problèmes de l’Italie

Alors qu’elle est en proie aux doutes politiques et économiques depuis des années, l’Italie pourrait-elle tirer partie de cette accumulation de succès pour renouer avec plus d'optimisme à l’échelon national et international ?

En effet, l’Italie, comme la France, est bien un pays en proie aux doutes. Il suffit, pour s’en convaincre, de lire le chapitre du l’Italexit de La valse européenne, l’ouvrage d’Elie Cohen et Richard Robert paru récemment, dans lequel les auteurs reviennent sur la fébrilité d’un pays dont la survie dans la zone euro était discutée. Parallèlement, la vague 12 du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF (février 2021), comparant l’Italie, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, montrait bien les similitudes des deux premiers pays en matière d’état d’esprit, comme le faible niveau de sérénité et de bien-être. A plusieurs niveaux, l’Italie nourrit un complexe d’infériorité, entre sentiment de déclin, corruption et chaos.

Pour autant, le rapprochement de ces deux pays est observable, et ils ne peuvent que tirer mutuellement bénéfice d’une relation renouvelée : le site Politico, l’une des références en Europe, s’est récemment interrogé sur le fait de savoir si une alliance entre Mario Draghi et Emmanuel Macron pourrait remplir le vide laissé en Europe par Angela Merkel. Cela en dit long sur le potentiel de ce rapprochement, à condition d’y associer les partenaires du Med 7 (Espagne, Portugal, Grèce, Chypre, Malte), groupement qui pourrait gagner en influence comme l’a fait le groupe de Visegrad au sein de l’UE.

À Lire Aussi

De l'Eurovision à l'Euro 2021, l'Europe entre joie de la réouverture et envie de frontières

La victoire, notamment à l’Euro, a suscité des scènes de liesse. Derrière cette euphorie, pourrait-il y avoir un contrecoup de la victoire ? Cette Italie qui gagne parle-t-elle à tous les Italiens ?

En 2020, il faut se souvenir que l’Italie a été le pays le plus touché lors de la première vague. L’euphorie réelle des Italiens après la victoire a donc davantage de portée que la simple victoire sportive, elle a une portée politique. Dès lors qu’il y a euphorie, il y a soit retour sur terre, soit lassitude, toute la question étant de connaître les conditions de l’atterrissage. Nul ne sait si l’Italie pourra emporter le mondial en 2022. Le contrecoup viendra nécessairement quand il s’agira de défendre chacun des titres.

Au-delà du contrecoup, il est évident que la vague d’optimisme pourrait s’accompagner de déception ; mais sans optimisme, le pays risque lui-même de s’enfoncer dans une sinistrose observable en France. Naturellement, les victoires récentes ne résolvent pas les crises sociales, les trajectoires économiques ou le sentiment de déclassement et de perte de repères. Derrière l’Italie qui gagne, qui s’élargit et qui va mieux, les déséquilibres persistent et sont encore lourds de menaces.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !