En panne d'idées pour rédiger votre lettre de motivation ? Inspirez-vous de celle rédigée par Léonard de Vinci en 1481 | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
En panne d'idées pour rédiger votre lettre de motivation ? Inspirez-vous de celle rédigée par Léonard de Vinci en 1481
©DR

En toute humilité

En panne d'idées pour rédiger votre lettre de motivation ? Inspirez-vous de celle rédigée par Léonard de Vinci en 1481

Dans une lettre adressée à son futur employeur en 1481, le jeune Léonard de Vinci expose sans le savoir ses talents de visionnaire dans le domaine militaire, dont il n'était pourtant pas spécialiste.

A la Renaissance aussi, il convenait de savoir se "vendre" pour décrocher un emploi. Même Léonard de Vinci en a fait l'expérience en arrivant à Florence dans les années 1480. Humble fils de notaire, le jeune homme s'est d'abord vu refuser l'accès aux "hautes fonctions" de la ville (telles qu'avocat ou homme d'Etat), devant ainsi se satisfaire d'une activité d'artisan, et plus précisément, de peintre. Sous le patronage de Verrochio, artiste et orfèvre respecté, Léonard de Vinci développe la capacité d'observation qui va bientôt guider son illustre carrière. Après avoir rapidement réalisé que Florence pullulait d'artistes en tous genres, Léonard de Vinci décide de quitter la ville pour se faire un nom, loin de cette concurrence trop rude. 

Une fois arrivé à Milan, il fait la rencontre de Ludovico Sforza, qui s'employait alors à transformer Milan en capitale du monde culturel, sur le modèle de Venise et Florence. De Vinci lui propose donc ses services, et, connaissant l'intérêt que son probable employeur manifeste pour la guerre, rédige à son attention une lettre de "motivation" dans laquelle il se présente comme "ingénieur militaire" et façonne volontiers le résumé de son expérience. Voici quelques unes de ses inventions : " J'ai un moyen de construire des ponts très légers et faciles à transporter, pour la poursuite de l'ennemi en fuite". "Là où on ne peut se servir de canon, je puis le remplacer par des catapultes et des engins d'une efficacité étonnante et jusqu'ici inconnus".

Outre des armes, de Vinci a également proposé plusieurs projets d'innovations, comme des tunnels à creuser sous les murs des châteaux, accompagnés de systèmes conçus pour dévier l'eau des douves et détruire des forteresses. "Comme l'exigent de nombreux cas de figure, j'élaborerai un nombre sans fin d'objets destinés à attaquer et à défendre" avait-il notamment écrit. Chose plus surprenante, l'artiste légendaire n'y mentionne ses talents d'architecte, de peintre ou de sculpteur qu'à la toute fin de sa lettre. Si ce choix de mise en valeur peut sembler douteux au regard des méthodes actuelles, la lettre de Léonard de Vinci a produit l'effet escompté : l'intéressé a travaillé pour le Duc pendant 16 ans, achevant une partie considérable de son œuvre, incluant "La Cène".

Ci-dssous, la lettre de Léonard de Vinci à Ludovic Sforza (1481)

Ayant très illustre Seigneur, vu et étudié les expériences de tous ceux qui se prétendent maîtres en l'art d'inventer des machines de guerre et ayant constaté que leurs machines ne diffèrent en rien de celles communément en usage, je m'appliquerai, sans vouloir faire injure à aucun, à révéler à Votre Excellence certains secrets qui me sont personnels, brièvement énumérés ici.

1 - J'ai un moyen de construire des ponts très légers et faciles à transporter, pour la poursuite de l'ennemi en fuite ; d'autres plus solides qui résistent au feu et à l'assaut, et aussi aisés à poser et à enlever. Je connais aussi des moyens de brûler et de détruire les ponts de l'ennemi.

2 - Dans le cas d'investissement d'une place, je sais comment chasser l'eau des fossés et faire des échelles d'escalade et autres instruments d'assaut.

3 - Item. Si par sa hauteur et sa force, la place ne peut être bombardée, j'ai un moyen de miner toute forteresse dont les fondations ne sont pas en pierre.

4 - Je puis faire un canon facile à transporter qui lance des matières inflammables, causant un grand dommage et aussi grande terreur par la fumée.

5 - Au moyen de passages souterrains étroits et tortueux, creusés sans bruit, je peux faire passer une route sous des fossés et sous un fleuve.

6 - Item. Je puis construire des voitures couvertes et indestructibles portant de l'artillerie et, qui ouvrant les rangs de l'ennemi, briseraient les troupes les plus solides. L'infanterie les suivrait sans difficulté.

7 - Je puis construire des canons, des mortiers, des engins à feu de forme pratique et différents de ceux en usage.

8 - Là où on ne peut se servir de canon, je puis le remplacer par des catapultes et des engins d'une efficacité étonnante et jusqu'ici inconnus. Enfin, quel que soit le cas, je puis trouver des moyens infinis pour l'attaque.

9 - S'il s'agit d'un combat naval, j'ai de nombreuses machines de la plus grande puissance pour l'attaque comme pour la défense : vaisseaux qui résistent au feu le plus vif, poudres et vapeurs.

10 - En temps de paix, je puis égaler, je crois, n'importe qui dans l'architecture, construire des monuments privés et publics, et conduire l'eau d'un endroit à l'autre. Je puis exécuter de la sculpture en marbre, bronze, terre cuite. En peinture, je puis faire ce que ferait un autre, quel qu'il puisse être. Et en outre, je m'engagerais à exécuter le cheval de bronze à la mémoire éternelle de votre père et de la Très Illustre Maison de Sforza.

Et si quelqu'une des choses ci-dessus énumérées vous semblait impossible ou impraticable, je vous offre d'en faire l'essai dans votre parc ou en toute autre place qu'il plaira à Votre Excellence, à laquelle je me recommande en toute humilité.

Lu sur Business Insider

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !