Macron est évidemment un leader populiste | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Emmanuel Macron n'est toujours pas officiellement candidat à l'élection présidentielle mais de nombreuses personnalités politiques lui apportent déjà leur soutien.
Emmanuel Macron n'est toujours pas officiellement candidat à l'élection présidentielle mais de nombreuses personnalités politiques lui apportent déjà leur soutien.
©PASCAL ROSSIGNOL / POOL / AFP

Bas les masques

Macron est évidemment un leader populiste

Ni droite ni gauche.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Il est beaucoup question ces derniers temps du populisme. On en parle sans cesse sans trop s’interroger sur sa définition. Or le populisme se caractérise par le culte du chef et l’émergence d’un parti unique. 

Nous y sommes presque. Après Richard Ferrand, Christophe Castaner et quelques autres venus du PS, Elisabeth Guigou, Marisol Touraine et Claude Bartolone viennent de rallier LREM. On a observé le même mouvement du côté des Républicains avec Edouard Philippe, Gérald Darmanin, Bruno Le Maire et un peu de menu fretin.

Le but de ce chef populiste est de faire disparaître la gauche et la droite du paysage politique français. Il est en passe d’y parvenir. Or la gauche et la droite ont une histoire séculaire et la France s’est construite en fonction de leurs affrontements idéologiques. De ce passé utile, Macron entend faire table rase. Son but : un chef (lui) et un seul parti (LREM). 

De ce parti, parlons-en un peu. A-t-il une idéologie ? Non ! A-t-il des valeurs qui le distinguerait des autres ? Non ! A-t-il un programme ? Non ! Il n’a qu’un seul mot à la bouche « oui chef ! ».

C’est cela le populisme. Pour la première fois dans l’histoire de notre vieux pays, un populiste est à la tête de l’État. Un modèle pour lui : l’Argentin Juan Peron. On ne sait si Brigitte Macron abandonnera ses belles robes pour devenir Evita Peron. 

À Lire Aussi

Et Poutine roula Macron dans la farine

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Au revoir le « Grand Remplacement », bonjour « Dépossession » … "Macron, pourquoi tant de haine ?"

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !