Discriminations raciales : économistes et sociologues ne les mesurent pas de la même manière | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Discriminations raciales : économistes et sociologues ne les mesurent pas de la même manière
©JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP

Perspectives différentes

Discriminations raciales : économistes et sociologues ne les mesurent pas de la même manière

Timothy Taylor revient dans cet article sur les différences majeures entre les économistes et les sociologues sur la question de la discrimination raciale.

Timothy Taylor

Timothy Taylor

Timothy Taylor est un économiste américain. Il est directeur de la rédaction du Journal of Economic Perspectives, une revue universitaire trimestrielle produite au Macalester College et publiée par l'American Economic Association.

Voir la bio »

Les économistes ont tendance à considérer que la discrimination est fondée sur les actions des individus, qui à leur tour interagissent sur les marchés et dans la société. Cependant, les sociologues ne ressentent pas la même contrainte que les économistes à fonder leurs théories sur des décisions délibérées prises par les individus : "Les sociologues comprennent généralement la discrimination raciale comme une différence de traitement fondée sur la race qui peut ou non résulter de préjugés ou d'animosité et qui peut ou non être de nature intentionnelle".   Le numéro de printemps 2020 du Journal of Economic Perspectives illustre cette différence avec un symposium de deux articles sur les "Perspectives sur la discrimination raciale" : 

"Perspectives sociologiques sur la discrimination raciale", par Mario L. 
"La discrimination raciale : La discrimination raciale : une perspective économique", par Kevin Lang et Ariella Kahn-Lang Spitzer

Comme la plupart des économistes l'ont appris en cours de route, on peut penser que les motivations individuelles de la discrimination sont de deux sortes : la discrimination fondée sur le goût dans l'œuvre de Gary Becker (Nobel 1992) ou la "discrimination statistique" dans les écrits d'Edmund Phelps (Nobel 2006) et de Kenneth Arrow (Nobel 1972). On peut contester la façon dont les économistes discutent du sujet de la discrimination, mais il serait tout simplement faux de prétendre que ce n'est pas un sujet prioritaire des économistes de haut niveau depuis des décennies).

La discrimination fondée sur le goût est le nom donné aux préjugés et à l'animosité raciale. La discrimination statistique fait référence à la réalité que nous faisons tous des généralisations sur les gens. Parfois, les généralisations sont socialement utiles : Lang et Spitzer mentionnent les généralisations selon lesquelles les gens sont plus susceptibles de céder leur place dans le bus ou le métro à une femme enceinte ou à une personne âgée, en se basant sur la généralisation statistique selon laquelle ils sont plus susceptibles d'avoir besoin de cette place, ou que les prestataires de soins de santé sont plus susceptibles de mettre l'accent sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes que pour moi. Cependant, la discrimination statistique peut également être préjudiciable : par exemple, si elle est fondée sur la croyance que les personnes d'une certaine race qui postulent à un emploi ou à la location d'un appartement sont plus susceptibles d'être des criminels. En outre, lorsque la discrimination statistique est fondée sur des statistiques inexactes et des préoccupations exagérées, elle commence à ressembler fonctionnellement à la discrimination fondée sur le goût. 

En outre, les économistes soulignent depuis longtemps que les effets de la discrimination peuvent varier en fonction des parties concernées : par exemple, dans le contexte de la discrimination sur le marché du travail, on peut examiner séparément la discrimination par les employeurs, par les collègues et par les clients. Par exemple, s'il s'agit d'une discrimination par les employeurs, il est possible que les entreprises soient séparées en fonction de la race, mais qu'elles vendent toutes deux aux mêmes consommateurs. S'il s'agit d'une discrimination par les consommateurs, les Blancs peuvent être plus susceptibles d'occuper des emplois de "première ligne", c'est-à-dire de traiter directement avec les clients.  

L'approche économique de la discrimination, qui met l'accent sur les actes délibérés et intentionnels des individus, peut apporter des informations utiles, et Lang et Spetzer donnent un aperçu utile de la recherche. Par exemple, alors que les statistiques de base montrent que les Noirs sont plus susceptibles d'être arrêtés pour des infractions au code de la route, comment pouvons-nous savoir si cela est lié à un comportement préjudiciable de la part de la police ? Un axe de recherche a porté sur les infractions routières à différents moments de la journée, lorsqu'il fait plus ou moins jour. L'idée sous-jacente est que les préjugés raciaux sont plus susceptibles de se manifester lorsque la police peut voir le conducteur ! Les résultats de ces études sont mitigés : Une étude a montré que la lumière du jour n'avait aucun effet sur la mixité raciale des contrôles routiers, mais une autre a montré que les Noirs étaient plus souvent arrêtés la nuit dans des rues mieux éclairées. 

Les études sur la législation "bannissement" ont également des effets inattendus, comme le soulignent Lang et Spetzer : 

Comme une plus grande proportion de Noirs ont un casier judiciaire que les Blancs, on pourrait s'attendre à ce que le fait d'empêcher les employeurs de se renseigner sur les casiers judiciaires, au moins à un stade précoce, augmente l'emploi des Noirs. Toutefois, si les entreprises ne peuvent pas demander d'informations sur les casiers judiciaires, elles peuvent se baser sur des corrélats d'antécédents criminels, notamment le fait d'être un jeune homme noir. Cette préoccupation est encore plus grande si les employeurs ont tendance à exagérer la prévalence des antécédents criminels chez les hommes noirs, ce qui entraîne une discrimination statistique inexacte. Agan et Starr (2018) enquêtent sur la législation "bannir la boîte", qui interdit aux entreprises de demander aux candidats à un emploi leurs antécédents criminels. Avant l'entrée en vigueur de ces règles, les employeurs interrogeaient des proportions similaires de demandeurs d'emploi masculins noirs et blancs sans antécédents criminels. L'interdiction faite aux entreprises de demander ces informations a réduit les rappels des hommes noirs par rapport à des hommes blancs par ailleurs similaires. Dans le même ordre d'idées, Doleac et Hansen (2016) ont constaté que l'interdiction de la boîte réduisait l'emploi de jeunes hommes noirs peu qualifiés de 3,4 points de pourcentage et de jeunes hommes hispaniques peu qualifiés de 2,3 points de pourcentage. De même, l'octroi de licences professionnelles augmente la part des emplois peu qualifiés.

Par exemple, de nombreuses entreprises, lorsqu'elles embauchent, encouragent les travailleurs actuels à recommander leurs amis et voisins. Cette pratique n'est pas ouvertement raciale. Mais étant donné les modèles américains de ségrégation résidentielle et d'amitié, cela signifie que les nouvelles embauches auront tendance à renforcer la composition raciale antérieure de la main-d'œuvre. Ou encore, considérez la pratique habituelle selon laquelle, lors d'un licenciement, le dernier embauché sera d'abord renvoyé. Si une entreprise n'a commencé à embaucher des groupes minoritaires qu'assez récemment, le poids des licenciements pèsera plus lourdement sur ces groupes. Comme l'écrivent Small et Pager : 

Il n'est pas surprenant qu'une étude nationale portant sur 327 établissements ayant procédé à des réductions d'effectifs entre 1971 et 2002 ait révélé que ces réductions d'effectifs réduisaient la diversité des cadres de l'entreprise - les cadres féminins et minoritaires ont tendance à être licenciés en premier. Mais ce qui est peut-être plus surprenant, c'est que les entreprises dont les licenciements étaient officiellement basés sur la titularisation ou le poste ont vu une plus grande diminution de la diversité de leurs cadres ; déduction faite des caractéristiques de l'établissement telles que la taille, les structures du personnel, la syndicalisation, les programmes ciblant les minorités pour la gestion, et bien d'autres ; et des caractéristiques de l'industrie telles que la composition raciale de l'industrie et de la main-d'œuvre de l'État, la proportion d'entrepreneurs gouvernementaux, et autres (Kalev 2014). En revanche, les entreprises dont les licenciements ont été formellement basés sur des évaluations de performance individuelle n'ont pas connu de plus grandes baisses de la diversité managériale (Kalev 2014).

Dans d'autres cas, les mesures prises pour des raisons discriminatoires dans le passé peuvent avoir des effets pendant de longues périodes à l'avenir. Par exemple, les Noirs sont beaucoup moins susceptibles que les Blancs d'accumuler des richesses grâce à l'accession à la propriété, et l'une des raisons remonte aux décisions prises par les agences fédérales dans les années 1930. 

Cependant, la Home Owners Loan Corporation et l'Administration fédérale du logement sont également responsables de la propagation du redlining. Dans le cadre de son évaluation des personnes à aider, la HOLC a créé un système d'évaluation formalisé, qui incluait les caractéristiques du quartier dans lequel la propriété était située. Les quartiers étaient classés de A à D, et ceux qui avaient les deux derniers rangs ou classements étaient jugés trop risqués pour l'investissement. Des cartes à code couleur ont permis d'évaluer facilement les quartiers, et les quartiers les plus risqués (catégorie D) ont été marqués en rouge. Ces évaluations ont permis d'examiner ouvertement les caractéristiques raciales d'un quartier, car le "% de nègres" était l'une des variables que les formulaires HOLC standard demandaient aux évaluateurs sur le terrain d'enregistrer (par exemple, Aaronson, Hartley et Mazumder 2019, 53 ; Norris et Baek 2016, 43). Les quartiers redéfinis comptaient invariablement une forte proportion d'Afro-Américains. De même, l'absence d'Afro-Américains a considérablement amélioré les résultats. Par exemple, une évaluation des quartiers de St. Louis réalisée en 1940 par la Home Owners Loan Corporation a donné la note la plus élevée, A, à Ladue, un quartier alors largement sous-développé, décrit comme "occupé par des capitalistes et d'autres familles riches" et comme un endroit qui "n'était pas la maison d'un seul étranger ou d'un seul nègre" (Jackson 1980, 425). En fait, parmi les principales considérations pour désigner la stabilité d'un quartier figuraient, explicitement, sa "protection contre les influences négatives", "l'infiltration de groupes raciaux ou nationaux inharmoniques" et la présence d'une "population indésirable" (comme cité dans Hillier 2003, 403 ; Hillier 2005, 217).

Des recherches plus récentes se penchent sur les effets à long terme des frontières qui ont été tracées à l'époque. 

Les résultats sont cohérents avec les limites de la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales qui ont un impact causal à la fois sur la ségrégation raciale et sur les résultats plus faibles des quartiers à prédominance noire. Comme l'écrivent les auteurs, "les zones classées "D" deviennent plus fortement afro-américaines que les zones voisines classées "C" au cours du XXe siècle, [a] ... l'écart de ségrégation [qui] augmente régulièrement de 1930 jusqu'à 1970 ou 1980 environ, avant de diminuer par la suite" (p. 3). Ils constatent une tendance similaire en comparant les quartiers C et B, même si "il n'y avait pratiquement pas de résidents noirs dans les quartiers C ou B avant les cartes" (p. 3). En outre, les auteurs constatent "un effet négatif économiquement important sur l'accession à la propriété, la valeur des maisons, les loyers et les taux d'inoccupation avec des modèles temporels analogues à ceux des Afro-Américains, ce qui suggère un désinvestissement économiquement significatif dans le domaine du logement dans le sillage de l'accès restreint au crédit" (p. 2-3).

Si les économistes n'ont pas totalement négligé le rôle des institutions et de l'histoire dans la transmission de la discrimination raciale, il est juste de dire qu'ils n'ont pas non plus mis l'accent sur ce point.  Mon sentiment personnel est que, pendant la plus grande partie de l'histoire des États-Unis, la principale question de la discrimination raciale a été le préjugé blanc explicite. Mais l'équilibre a changé, et les différences actuelles dans les résultats raciaux sont une combinaison difficile de l'histoire, des institutions et des modèles sociaux. 

Par exemple, un thème qui est ressorti de recherches antérieures menées par des économistes et des sociologues est que la discrimination peut réduire les incitations à acquérir du capital humain. En effet, un groupe qui a été victime de discrimination peut se retrouver avec un capital humain moindre pour des raisons liées entre elles : un accès moindre aux ressources éducatives, une motivation réduite pour acquérir du capital humain (en raison de la discrimination future qui se cache), des attentes réduites ou un soutien moindre de la part de la famille et des groupes de pairs, et d'autres raisons. Une fois cette dynamique enclenchée, même les employeurs qui n'ont aucune préférence pour la discrimination fondée sur le goût, mais qui embauchent uniquement sur la base d'antécédents et de compétences observables, se retrouveront avec des résultats différents sur le marché du travail selon la race. 

Cet article de Timothy Taylor a été initialement publié sur le site Conversable Economist, cliquez ICI 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !