Des robots contre le cancer | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Un chirurgien assis devant les écrans d'un appareil Focal One réalise une tumorectomie de la prostate assistée par robot par imagerie ultrasonore à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon.
Un chirurgien assis devant les écrans d'un appareil Focal One réalise une tumorectomie de la prostate assistée par robot par imagerie ultrasonore à l'hôpital Edouard Herriot de Lyon.
©JEFF PACHOUD / AFP

Innovations

Des robots contre le cancer

Le progrès technologique est notre meilleur allié pour lutter contre le cancer. La robotique apporte de nombreuses solutions dans la chirurgie.

Erwann  Tison

Erwann Tison

Erwann Tison est le directeur des études de l’Institut Sapiens. Macro-économiste de formation et diplômé de la faculté des sciences économiques et de gestion de Strasbourg, il intervient régulièrement dans les médias pour commenter les actualités liées au marché du travail et aux questions de formation. Il dirige les études de l’Institut Sapiens depuis décembre 2017.

Voir la bio »

Le cancer est la première cause de mortalité prématurée en France. Chaque jour, ce sont près de 1000 nouvelles personnes qui en sont diagnostiquées. On compte chaque année, environ 59.000 nouveaux cas de cancers du sein, 50.000 de la prostate, 46.000 du poumon et 43.000 cas de cancer colorectal. Les enfants sont également touchés, près de 2.000 diagnostics annuels concernent des moins de 15 ans.

Ce sont ainsi près de 157.000 décès qui sont dus chaque année au cancer. Au niveau mondial, on déplore plus de 18 millions de nouveaux cas annuels, pour environ 9,6 millions de décès. Si l’incidence augmente fortement depuis 25 ans, la mortalité suit une courbe inverse, grâce à l’amélioration des traitements et des méthodes de diagnostic qui favorisent une détection plus rapide et une prise en charge plus précoce des malades. Et ce mouvement de progrès pourrait s’accentuer, si l’on fait davantage appel aux technologies innovantes.

Le progrès technologique en la matière est notre meilleur allié pour lutter contre ce fléau. La 5G permet par exemple le développement de la médecine personnalisée, qui, appliquée à la lutte contre le cancer permettra de mieux caractériser les tumeurs, de prédire plus finement les réponses aux traitements afin de mieux les adapter, et de développer des nouvelles méthodes de diagnostics grâce à l’IA. L’ARN messager, arme utilisée contre le COVID, représente également un espoir pour les patients atteints d’un cancer, pour améliorer les traitements et réduire les taux de rechute.

Les nanorobots trouvent aussi une utilité médicale importante. 1000 fois plus fins qu’un cheveu humain, ils peuvent, de manière autonome, délivrer directement et avec précision le médicament dans les cellules cancéreuses en les détectant dans l’organisme. Les chercheurs de Polytechnique Montréal, de l’Université de Montréal et de l’Université McGill ont montré que l’espérance de vie des sujets concernés par ce protocole pouvait doubler, principalement parce que la chimiothérapie ainsi délivrée devenait plus ciblée et donc moins toxique pour tout le corps.

À Lire Aussi

Cancer : belle avancée sur les traitements par protonthérapie

La robotique est d’une grande aide dans la chirurgie. Depuis son développement en France, plus de 60% des ablations de la prostate sur les patients atteints d’un cancer sont actuellement réalisées grâce au concours d’un robot chirurgical. Aujourd’hui, cette technique est également utilisée dans de nombreuses autres indications, comme en gynécologie, en chirurgie générale dont colorectale ou encore thoracique. Elle permet non seulement d’améliorer la précision de la dissection, mais également d’offrir une meilleure visibilité au chirurgien et de diminuer les risques d’infection et de fausse manipulation. En favorisant une chirurgie mini-invasive, la robotique réduit les séquelles physiques et esthétiques pour les patients.

Les solutions sont légion, mais restent encore à déployer. Pour y parvenir, il faut d’abord augmenter la notoriété de ces solutions technologiques, que ce soit à travers la mise en avant dans les médias, l’organisation d’évènements dédiés aux innovations en cancérologie ou par la sensibilisation des patients ainsi que des étudiants en médecine à l’existence de ces outils, lors de leur cursus.

Il faut également faire éclore un écosystème dédié à cette recherche de pointe en France. A l’image de l’IRCAD à Strasbourg, nous devons faire émerger des pôles d’excellence de recherche contre le cancer, alliant recherche fondamentale et appliquée, développant des solutions robotiques efficaces pour lutter contre les cancers. Pour financer ces recherches, nous pouvons imaginer la création de HealthBond, attirant une partie de l’épargne disponible dans notre pays pour la mettre au service de l’émergence de ces progrès. C’est une façon non seulement d’attirer de nouveaux fonds, mais aussi d’impliquer les ménages et les entreprises dans cette lutte collective.

Ces innovations représentent non seulement un nouvel espoir pour de nombreux patients, mais aussi une opportunité pour diminuer la mortalité prématurée dans les prochaines années. L’innovation technologique au service de la cancérologie permet de sauver des vies.

Erwann Tison, directeur des études de l’institut Sapiens

À Lire Aussi

Immunothérapie : l’espoir qui pourrait faire du cancer une maladie chronique

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !