Des chimpanzés sont observés en train de tuer des gorilles pour la toute première fois et voilà ce que ça nous apprend | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Cinq des vingt chimpanzés du zoo de Beauval vaquent à leurs occupations, le 04 mai 2001 à Saint-Aignan.
Cinq des vingt chimpanzés du zoo de Beauval vaquent à leurs occupations, le 04 mai 2001 à Saint-Aignan.
©ALAIN JOCARD / AFP

La guerre des singes

Des chimpanzés sont observés en train de tuer des gorilles pour la toute première fois et voilà ce que ça nous apprend

Une équipe de l’Université d’Osnabrück et de l’Institut Max Planck d’anthropologie évolutive de Leipzig a documenté les premières attaques mortelles de chimpanzés sur des gorilles dans la nature. Les chercheurs ont observé, dans un parc national au Congo, des chimpanzés se réunissant en bandes pour attaquer et tuer des gorilles.

Shelly Masi

Shelly Masi

Shelly Masi est primatologue, spécialiste de l’écologie des gorilles et Maître de conférences au Muséum national d’Histoire naturelle. Depuis 2000, Shelly Masi étudie les gorilles de l’ouest qui vivent notamment en République Centrafricaine et en République du Congo. Ses recherches s’appuient sur de longs séjours de terrain en Afrique, au contact des rares groupes de gorilles de l’ouest habitués à la présence de l’observateur humain. 

Voir la bio »

Atlantico : Une équipe de l’Université d’Osnabrück et de l’institut Max Planck d'anthropologie évolutive de Leipzig en Allemagne ont observé pour la première fois une attaque de chimpanzés envers des gorilles de la région. Cet événement semble inhabituel car, à plusieurs occasions, les deux espèces ont interagi pacifiquement et se sont même nourries aux mêmes sources de nourritures. Pourquoi cet événement était-il si surprenant ?

Shelly Masi : Cela surprend car c’est la première fois que nous assistons à des attaques de la part de chimpanzés envers des gorilles. Moi-même aussi j’ai rencontré plusieurs fois ce phénomène en étudiant des gorilles : les rencontres entre les gorilles et les chimpanzés sont normalement plutôt pacifiques. Il est possible de les observer manger sous le même arbre. Normalement, ils n’interagissent pas trop. Ils s’évitent.

J’ai constaté une fois des tensions près d’un arbre. Le groupe de gorilles que je suivais s'est approché d’un arbre à fruit où il y avait des chimpanzés. A ce moment-là le chef du groupe, le dos argenté, a fait une vocalisation agressive puis il est parti avec son groupe. Il était frustré de la présence des chimpanzés. Mais il ne les a pas attaqués. Les chimpanzés n’ont pas attaqué le gorille non plus.

Le phénomène relaté par les chercheurs est donc très surprenant. C’est choquant de voir ce que les chimpanzés ont fait aux gorilles. Normalement, ils n’interagissent pas de cette façon.

Je trouve aussi que la réaction du gorille est très étrange vis-à-vis des chimpanzés. Il est vrai que les chimpanzés étaient beaucoup plus nombreux (parfois au nombre de neuf autour d’un gorille).      

Mais au moment de la deuxième attaque huit chimpanzés sont montés sur l’arbre et il y avait le dos argenté et deux femelles avec leurs enfants. La réaction du dos argenté a été de s’enfuir tout de suite. Ce n’est pas une réaction normale des dos argentés sauvages. Normalement, ce sont des machines agressives pour protéger leur famille, particulièrement les enfants car chez les gorilles, l’infanticide existe entre groupes différents ou entre groupes et mâles solitaires. Un dos argenté peut attaquer un groupe pour tuer un enfant pour libérer des femelles qui vont donc quitter le groupe de leur dos argenté car elles ne se sentent plus protégées. Elles vont donc rejoindre un mâle solitaire ou un autre groupe car elles ne peuvent pas se déplacer toutes seules (pour éviter les risques liés à la prédation).

Les dos argentés font très attention. Ils défendent beaucoup leur famille. Il est donc étonnant et bizarre de voir un dos argenté qui fuit ainsi. Sa réaction est très étonnante, même en présence des observateurs humains qui suivent les chimpanzés. Mais elle témoigne du fait que les attaques de chimpanzés envers les gorilles doivent être fréquentes.

Ce gorille connaissait bien le danger et savait qu'il n'y avait pas grand-chose à faire (comme dans la première attaque où le dos argenté a essayé de se battre) à mon avis, ce qui explique sa fuite. Il savait qu’il ne pouvait rien faire. Normalement, on constate que les dos argentés luttent et se battent contre toute présence qui tente de s’approcher. Ils peuvent mordre, frapper et riposter. Les dos argentés sont normalement des machines agressives lorsqu’ils doivent défendre leur famille lors de situations d’urgences.

Constater ce spectacle d’un dos argenté qui assiste impuissant à cette attaque de chimpanzés et qui fuit me paraît donc très bizarre. Cette scène témoigne du fait que les attaques de chimpanzés à Loango au Gabon sont en réalité beaucoup plus fréquentes. Ce gorille connaissait déjà les risques.

Les chimpanzés et les gorilles vivaient auparavant dans une sorte d’harmonie. Il y a donc un événement qui a dû causer la fin de cette harmonie ? Le changement climatique a-t-il pu jouer un rôle ?

De nombreux journalistes ont effectivement évoqué l’idée que le changement climatique soit en effet l’une des explications à ce phénomène.   

Les gorilles que j’étudie en République Centrafricaine dans les Aires Protégés de Dzanga-Sangha aujourd'hui meurent de faim malheureusement parce qu’ils n’arrivent pas à trouver beaucoup de fruits. La saison des pluies est retardée de trois à quatre mois cette année. Les ressources dans la forêt sont donc moins importantes. Les gorilles ont des difficultés à trouver à manger.

Avec ce changement de l’environnement, il peut y avoir des situations où les animaux sont plus agressifs dans leur quête de nourriture.

Par exemple, chez les gorilles de montagnes, il y a beaucoup plus d’interactions agressives entre les groupes et/ou les mâles solitaires car il y a moins de ressources et d'espace. Cette espèce a été bien protégée. Leur population est préservée et a augmenté au point que aujourd'hui il n’y a presque plus d’espace pour cette population en augmentation. La capacité de l’environnement a atteint ses limites. Cela entraîne donc plus de luttes agressives face à la pénurie de ressources et d’espace.

Le changement climatique n’est pas donc le seul et unique responsable de cette évolution et de ces tensions entre les espèces. Mais si le changement climatique influence les ressources il pourrait l’être.

Cependant, nous n'avons aucune évidence que le changement climatique soit à la base de ce comportement inhabituel chez les chimpanzés. Les auteurs même de cet article sur les chimpanzés ne semble pas non plus accentuer ce point. Je pense plutôt que cela peut être lié en réalité au fait qu’un chimpanzé dans leur patrouille de territoire ait décidé un jour d’attaquer des gorilles qui se retrouvaient dans leur chemin car ils n’avaient pas trouvé des chimpanzés de la communauté voisine. Les patrouilles du territoire chez les mâles adultes de chimpanzés sont liées à des forts moments d'excitation de la part de participants, qui émettent des vocalisations très fortes. A mon avis, cette excitation a pu déclencher ce comportement par un individu et vu l'excitation et la coopération typique de cette espèce, les autres donc l’ont suivi. Et maintenant, cela a abouti à comportement habituel de la part de cette communauté. 

Les chimpanzés sont une espèce très étudiée dans différents parties de l’Afrique. Jamais personne n’avait constaté ce phénomène. Il s’agit donc d’un comportement qui peut être considéré peut-être comme aberrant. En effet, lire cet article m'a fait penser à Gombe, le site de recherche de la célèbre Jane Goodall où elle a étudié les chimpanzés pendant des années. Sur ce site, un chimpanzé mâle, Frodo, était connu pour se rendre au village et kidnapper et tuer des bébés humains. Cela me fait penser que le comportement de tuer un bébé gorille (à la place d'un bébé chimpanzé, ce qui peut être habituel pour les chimpanzés en patrouille en réaction d'un rencontre avec la communauté voisine) peut avoir été ainsi initié par un individu qui pour une raison quelconque avait un comportement « différent/innovant » et pendant la patrouille de défense du territoire a décidé, dans l'excitation d'une patrouille typique de chimpanzés, d'attaquer plutôt les gorilles (vu que l'absence des chimpanzés envahisseurs de l'autre communauté) et que les autres mâles suivaient son comportement, devenu enfin usuel dans cette communauté.

Par ailleurs, la forêt de Loango est un peu différente des autres forêts où les chimpanzés et les gorilles ont été étudiés depuis quelques décennies, la forêt est proche de la mer et certains aliments clés des gorilles, par exemple, y sont absents. Il se peut donc aussi qu'il s'agisse d'une situation environnementale particulière qui amène les chimpanzés à se comporter différemment.

La violence intra-espèce est-elle un phénomène courant ?

Elle est décrite souvent dans différentes espèces. Cette violence est pourtant difficile à définir. Il s’agit d’un terme anthropomorphique. Il y a souvent des agressions entre les individus de la même espèce. Il y a des agressions entre des individus d’espèces différentes, qui sont liées plutôt à la prédation ou à la compétition de l’espace ou des ressources alimentaires.

Les scientifiques ne parlent pas souvent de violences. Parfois on utilise ce mot pour les grands singes probablement car ils sont très proches de nous.

L’un des exemples concerne un buffle qui se défendait contre des lions. Il a failli encorner un lionceau. Il s’agissait d’un exemple de violence de la part d’un buffle et non de la prédation. C’est aussi de la défense de la part du buffle.

Des cas de violence existent donc entre les animaux mais on les attribue plus à des comportements qui sortent de l’ordinaire, qui sont aberrants. Ces actes isolés d’accès de violence, en dehors de la prédation et de la compétition, ne constituent pas la normalité chez telle ou telle espèce.   

Les agressions et la violence sont plutôt liées à la prédation ou dans le cadre de la compétition pour l’espace ou pour les ressources.  

Qu’est-ce que cette situation des chimpanzés et des gorilles nous apprend de la différence des comportements entre l’homme et l’animal au regard de cette opposition entre les chimpanzés et les gorilles ?

Au niveau de la violence, il est assez facile de pouvoir faire un parallèle mais il faut néanmoins faire attention. Cela ne veut pas dire que la violence est quelque chose de naturelle, que l’on peut la retrouver dans la nature. Cela pourrait néanmoins nous permettre de réfléchir à l’origine de la guerre chez l’homme.

De nombreux articles scientifiques témoignent du fait que les chimpanzés patrouillent et une espèce de guerre peut s’instaurer avec les groupes voisin de chimpanzés.

Les attaques de chimpanzés contre les gorilles m'ont fait penser aux réflexions concernant l’homme de Néandertal et l’Homo sapiens. Aujourd'hui on sait que ces deux espèces d'Homo ont cohabité et on ne sait pas si cette cohabitation a été toujours pacifique. On ne sait pas toute la nature des contrastes. Il avait été évoqué même l’hypothèse que nous, l'Homo sapiens, on était la cause de la disparition de l'Homme de Néandertal. En tout cas, il est possible d’imaginer que si ce genre de tensions et de rixes se passent entre les chimpanzés et les gorilles, il est possible d’imaginer que comme il existait plusieurs espèces de nos lointains ancêtres et qu’ils cohabitaient, il est possible que des interactions de ce type se soient produites. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !