Dégivrer son frigo, bien choisir ses rideaux, nettoyer ses ampoules et autres astuces étonnamment faciles pour vraiment réduire sa facture d'électricité | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Une famille britannique a réussi à économiser jusqu'à 200 euros par an d'électricité en dégivrant régulièrement son frigo.
Une famille britannique a réussi à économiser jusqu'à 200 euros par an d'électricité en dégivrant régulièrement son frigo.
©Reuters

Ecolo économe

Dégivrer son frigo, bien choisir ses rideaux, nettoyer ses ampoules et autres astuces étonnamment faciles pour vraiment réduire sa facture d'électricité

Une famille britannique a réussi à économiser jusqu'à 200 euros par an d'électricité en dégivrant régulièrement son frigo. Tour d'horizon des comportements à adopter pour une facture moins salée.

Myriam Maestroni

Myriam Maestroni

Myriam Maestroni est présidente d'Economie d'Energie et de la Fondation E5T. Elle a remporté le Women's Award de La Tribune dans la catégorie "Green Business". Elle a accompli toute sa carrière dans le secteur de l'énergie. Après huit années à la tête de Primagaz France, elle a crée Ede, la société Economie d'énergie. 

Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages majeurs: Intelligence émotionnelle (2008, Maxima), Mutations énergétiques (Gallimard, 2008) ou Comprendre le nouveau monde de l'énergie (Maxima, 2013), Understanding the new energy World 2.0 (Dow éditions). 

Voir la bio »

#Dégivrer son réfrigérateur

Aussi étonnant que cela puisse paraître, dégivrer votre réfrigérateur régulièrement pourrait vous permettre d'économiser une somme considérable sur votre facture d'électricité annuelle. Le Daily Mail rapporte ainsi l'histoire d'une famille ayant économisé 100 à 200 livres sterling sur une année. Grâce à un compteur lui permettant de contrôler sa consommation, la famille Lewis s'est rendue compte que sa consommation augmentait considérablement lorsque le frigo était givré. En effet, plus un réfrigérateur est givré, plus il consomme d'électricité pour conserver le froid.

#Bien choisir ses rideaux 

Mieux vaut que vos rideaux ne tombent pas sur votre radiateur afin qu'ils en soient pas un obstacle à la diffusion de la chaleur. Et dans les pièces chauffées, préférez des rideaux épais. Par ailleurs, fermer les volets pendant la nuit vous permettra de réduire la déperdition de chaleur jusqu'à 60% selon une étude de la European Solar Shading Organisation. En journée, ouvrir les rideaux et les volets permet de profiter de la chaleur du soleil. 

#Ne pas placer son frigo à côté d'une fenêtre ou d'un four  

Un four ou une source de lumière naturelle risquent de réchauffer votre réfrigérateur ou congélateur qui devront consommer davantage pour rester à bonne température.
 

#Nettoyer ses ampoules 

Nettoyer régulièrement les ampoules permet de maximiser leur utilisation, car selon un document de la communauté d'agglomération de Chambéry, des ampoules poussiéreuses perdraient 40% de leur efficacité. 
 

#Répartir les sources de lumières

Plutôt qu'un éclairage unique, optez pour plusieurs sources de lumière moins gourmandes en énergie, et permettant d'éclairer un endroit précis comme une lampe de bureau par exemple.

#En hiver, ouvrir grand les fenêtres pendant cinq minutes 

Vous économiserez davantage d'énergie en ouvrant les fenêtres en grand pendant cinq minutes pour aérer une pièce plutôt que de laisser une fenêtre entrouverte plus longuement. En 5 à 10 minutes les murs n'ont pas le temps de se refroidir alors qu'entrebâiller une fenêtre plus longuement ne permet pas d'aérer et surtout refroidit durablement la pièce. L'augmentation de chauffage peut ainsi être de 16%. Et ne pas ventiler une pièce en hiver, vous fera consommer plus d'énergie. Car un air humide nécessite de chauffer davantage l'air.
 
 

Atlantico : Quels sont les gestes du quotidien qui permettent de réduire la facture d’électricité ? Quels sont les comportements à adopter ? Quelles sont les solutions les plus rentables ?

Myriam Maestroni : Il paraît tout d'abord extrêmement important de bien comprendre l'ensemble des différentes utilisations de l'énergie dans notre logement au quotidien pour "automatiser" un certain nombre d'éco-comportements. Un des moyens mnémotechniques que j'ai trouvé pour cela est celui de repenser à l'évolution de nos besoins énergétiques au fil de l'histoire de l'humanité. J’ai donc classé 6 types de besoins d’énergie: 1/ Au départ, on se souvient que l'homme préhistorique a découvert que manger cuit était meilleur que cru.., ce qui nous fait penser à toute l'énergie dépensée dans notre cuisine aujourd’hui pour la cuisson des aliments (plaques électriques ou à gaz, fours...). On est passé ensuite directement avec les Romains 2/ aux systèmes d'eau chaude, puis 3/ de chauffage, grand bond en avant si l’on garde présent à l'esprit qu’aujourd’hui, chauffer l'eau et notre habitat est encore, dans notre pays, un des postes de consommation d’énergie les plus significatifs. 4/ Plus récemment, un autre formidable grand bond en avant dans l'histoire a consisté, avec la révolution industrielle,  le passage de la bougie à l'éclairage électrique (lampe à incandescence).

Ainsi, il y a quelques semaines, nous sommes passés à l'heure d'été qui, ne l'oublions pas, a été mise en place pour effectuer des économies d’énergie en réduisant les besoins d’éclairage en soirée. Cette pratique a été adoptée par la plupart des pays dans le monde et ceci constitué une des mesures phares en matière d'économie d'énergie. 5/ Avec les années 1960, nous avons assisté à la généralisation des appareils électro-ménagers (réfrigérateurs, machines à laver, lave-vaisselle, etc) et de toute la cohorte de petits appareils électro-ménagers (presses fruits, mixeurs, fers à repasser, etc).

Il est devenu obligatoire pour les appareils électro-ménagers de mentionner l’étiquette énergie (A pour les plus économes, G pour les plus énergivores) laquelle s’affine avec le label énergie “plus” (A + et A ++) pour les appareils qui consomment 30 à 50 % de moins d’électricité que les appareils de classe A classique. 6/ Enfin, la dernière catégorie et la plus récente de besoins en énergie, notamment l’électricité, est celle liée aux TIC (Technologies de l’Information et de la Communication) qui se caractérise par des appareils devenus totalement électro-dépendants (ordinateurs, téléphones portables, etc). 

Au-delà des mesures réglementaires, il est important d’acquérir des réflexes de base  ou des gestes simples pour réduire la facture énergétique. A ces six grands types de l’utilisation de l’énergie qui sont cumulatifs correspondent des comportements, des solutions permettant de réduire la consommation annuelle moyenne d’énergie. Dans la cuisine, par exemple, il faut bien veiller à refermer au plus vite la porte de son réfrigérateur, éviter d’y placer des aliments chauds, préférer des cuissons rapides à des longs plats mijotés de longues heures ; préférer l’utilisation des appareils ménagers la nuit en profitant du tarif heures creuses électricité, réduire de 1 degré la température de chauffage représente 7% d’économies d’énergie, 19 degrés étant la température de jour recommandée, 16 degrés étant celle recommandée de nuit pour les chambres à coucher; préférer les douches courtes aux bains chauds longs, ce qui réduit à minima la consommation d’eau et d’énergie de 50 à 70 %. Il est aussi vivement recommandé d’équiper ses robinets d’économiseurs d’eau, ce qui va diviser par deux la consommation d’eau. Pour l’éclairage, il est fortement conseillé de passer aux ampoules LED et bien sûr éviter la position veille pour les écrans télé et d’ordinateur, puisqu’un écran en veille une nuit consomme autant qu’une utilisation normale de 3 heures.

En quoi dégivrer un frigo, par exemple, peut faire baisser une facture d’électricité ? Ces réflexes peuvent-ils réellement faire baisser le prix de manière significative ? Quel peut- être le montant d’économie sur une année ?

Lorsqu’une couche de glace se forme dans le réfrigérateur, l’appareil consomme davantage d’électricité pour pouvoir garantir les températures de réfrigération ou de congélation. Il faut veiller à dégivrer régulièrement. On estime qu’au-delà d’une couche de 6 millimètres de givre, la surconsommation électrique peut atteindre 30%. Il convient de penser aussi à aspirer régulièrement la poussière du condenseur (grille située à l’arrière du frigo). Ensuite, il faut bien sûr veiller à remplacer des appareils trop anciens et peu performants : selon le GIFAM (groupement interprofessionnel des fabricants d’appareils d’équipements ménagers), le renouvellement des 25 millions d’appareils électroménagers de plus de 10 ans permettrait d’économiser 5,7 milliards de KWh, soit la consommation électrique annuelle des Parisiens… Il convient aussi bien sûr surveiller le contenu du réfrigérateur en supprimant les emballages superflus (notamment cartonnés) et conserver un frigo ni trop vide ni trop plein.  En fait, un réfrigérateur classé A +++ ne va coûter que 24 euros par an d’électricité, soit deux fois moins qu’un appareil de classe A +.

Quels sont les gestes qu’il faut bannir afin d’empêcher une augmentation de sa facture ?

Les ménages français consacrent entre 2400 et 3000 euros en moyenne par an à leur budget énergie, soit environ 8,4 % de leur budget global. Les gestes à bannir sont par exemple : laisser couler l’eau en se lavant les dents ; se promener en manches courtes plutôt que de mettre un pull-over ; laisser les lumières allumées dans les pièces où l’on ne se trouve pas ; remonter la température de chauffage ; prendre sa voiture pour aller au bout de la rue… ou préférer sa voiture aux transports en commun ou à la marche à pied lorsqu’on aurait le temps et le choix ; démarrer un lave-vaisselle à moitié plein ; multiplier les téléviseurs dans une même maison, etc. A contrario, j’ai déjà mentionné plus haut les gestes et réflexes vertueux à adopter pour économiser de l’énergie dans la vie de tous les jours et en particulier dans sa maison.

Observons-nous un changement de comportement des Français ces dernières années pour réduire leur facture ? Y a-t-il une prise de conscience générale ?

Incontestablement, on observe une sensibilité croissante, pour ne pas dire une inquiétude croissante, concernant le poids du budget énergie, en hausse constante durant toutes ces dernières années. Cela se traduit par une multiplication des conseils en matière d’éco-gestes, mais aussi et surtout par des investissements pour réaliser des travaux de rénovation énergétique du logement. Ainsi, on observe qu’un nombre croissant de Français fait appel aux différentes aides (CIDD, prêts à taux zéro, et surtout éco-primes liées aux certificats d’économie d’énergie) pour remplacer par exemple des chaudières trop anciennes et énergivores ; isoler des combles, des toitures, installer des thermostats, des systèmes de régulation de température ; changer des fenêtres peu isolantes au profit de doubles vitrages, etc.

Le succès des différents sites expliquant les différentes options dont ils disposent ou pour lesquelles ils peuvent opter en attestent largement et sont un signe de changement de paradigme et de comportements. La question de l’éco-rénovation est d’autant plus cruciale dans nos pays que 15 millions de logements – soit un sur deux - consomment 6 fois plus d’énergie à minima qu’un logement neuf (catégorie A qui représente 50 KWh par mètres carrés par an).

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !