Découverte d'un nouveau gigantesque lac sous l'Antarctique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Découverte d'un nouveau gigantesque lac sous l'Antarctique
©DR

Hibernatus

Découverte d'un nouveau gigantesque lac sous l'Antarctique

Caché sous d'épaisses glaces, ce lac tout en longueur mesurerait 140 km de long sur 12 km de large, parcouru par 1094 km de canyons. Les chercheurs espèrent trouver de nouvelles formes de vies infraglaciaires encore jamais vues

Des scientifiques britanniques pensent qu'ils ont peut-être découvert un grand lac sous la glace du continent antarctique. Et celui-ci pourrait abriter des formes de vies qui n'ont pas été dérangées pendant des millénaires. Ce lac mesurerait environ 140 km de long sur 12 km de large et serait relié par un système de canyons, serpentant sur 1094 km. Leurs conclusions sont basées sur de faibles rainures striant la glace et observées grâce à des images satellite de la région, celle de l'Est de l'Antarctique nommée Terre Princesse-Elizabeth.

Des canaux de 1094 km de long

« Nous avons vu ces étranges chaînes linéaires sur la surface, nous en déduisons que ce sont des canaux de 1094 km de long et qu'il existe un vaste lac sous la glace », a expliqué Martin Siegert de l'Imperial College de Londres et membre de l'équipe de recherche, à New Scientist. Il a en outre déclaré que des chercheurs chinois et américains ont survolé la région avec des radars capables de pénétrer la glace, espérant ainsi confirmer l'existence de ce lac. « Nous nous réunirons en mai 2016 pour examiner les données. Ce sera un très bon test pour valider nos hypothèses », a-t-il dit. Bien que gigantesque, ce lac ne serait pas la plus grande découverte sous la calotte glaciaire gelée de l'Antarctique. Cet honneur revient au lac Vostok qui mesure 250 km sur 60 km, dans une dépression rocheuse de 400 mètres de profondeur moyenne. Cela ferait toutefois de ce nouveau lac le sixième par sa taille aux États-Unis, plus de deux fois plus grand que le Grand Lac Salé de l'Utah et battu seulement par les Grands Lacs, relate le site News Discovery.

Le lac Vostok abrite près de 3500 organismes vivants

Il semblerait que le lac Vostok ait mérité tout l'intérêt qu'on lui porte depuis des décennies. Après y avoir consacré plus de 20 ans, des scientifiques russes ont finalement réussi en février 2012 à forer ce lac subglaciaire. Ils ont ainsi pu y prélever en décembre plusieurs échantillons d'eau et de glace via une technique particulière censée empêchée toute contamination. L'objectif était d'identifier les organismes qui vivent dans ces eaux isolées depuis plus de 15 millions d'années, raconte Maxi Sciences. Pour cela, ils avaient commencé à analyser ces échantillons mais les premiers résultats avaient déçu, ne révélant aucune trace de vie particulière. Quelques mois plus tard, un chercheur avait annoncé avoir identifié une bactérie inconnue, celle-ci s'est finalement avéré provenir d'une contamination. Mais un peu plus tard, des scientifiques ont récolté des échantillons contenant l'ADN de près de 3500 organismes. Pour la majorité des bactéries, mais aussi des organismes unicellulaires et multicellulaires comme des champignons. Les scientifiques ont également identifié des séquences ADN appartenant à de minuscules mollusques et crustacés.

Au moins 4000 organismes dans le lac Whillans

En parallèle, une équipe américaine, qui a foré dans le lac Whillans en Antarctique en 2013, a trouvé de la vie microbienne avec une densité comparable à celle de la plupart des fonds des océans et une communauté complexe de bactéries et au moins 4000 organismes différents. Deux ans plus tard, ils ont découvert une espèce de poissons translucides ainsi que quelques petits crustacés.

Découvrir de nouvelles vies préhistoriques

Il reste à déterminer d'où proviennent les nutriments nécessaires à la vie. Il est possible, estime News Discovery, que ces écosystèmes soient alimentés par une forme de chimiosynthèse, dans laquelle les bactéries et d'autres microbes se nourriraient des minéraux qui descendent de la glace ou suintent à travers les sédiments marins.

La découverte majeure de ce nouveau lac permettra peut-être de répondre enfin à toutes ces questions et de découvrir de nouvelles vies préhistoriques.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !