1er débat LR : quatre attaquants et un arbitre  | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Les candidats Les Républicains posent avant le débat télévisé
Les candidats Les Républicains posent avant le débat télévisé
©BERTRAND GUAY / POOL / AFP

Politique

1er débat LR : quatre attaquants et un arbitre 

Parmi les 5 candidats à la désignation pour la candidature à la présidentielle, quatre ont joué offensifs tandis que Michel Barnier a tenté un discours de la méthode du rassemblement. 

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Une primaire qui ne dit pas son nom , mais une primaire très fermée : les Français, à travers les sondages, vont-ils  peser sur le choix des adhérents LR pour «  départager »  les cinq prétendants à l’investiture LR à l’investiture présidentielle de 2022 ? C’est tout l’enjeu des 

quatre débats télévisés sont organisés avant le congrès du 4 décembre. Le premier se tenait sur LCI et RTL ce lundi . Pour montrer que le parti retrouve de la vitalité, et pour éclairer le choix des Français, 

 Trois heures durant au lieu des deux prévues initialement , ont permis  aux cinq prétendants de se positionner  et de marquer leurs différences , au-delà des points d’accord, qui sont nombreux . On est loin des débats de 2016 précédant la primaire qui avaient donné lieu à quelques règlements de comptes entre Nicolas Sarkozy et ses anciens premiers ministres, et autres membres du gouvernement …On a décelé quelques échanges à fleurets mouchetés mais aucune agressivité. L’enjeu est trop important .

  Tous les cinq veulent croire que c’est l’un d’entre eux qui battra Emmanuel Macron au printemps prochain. Ils mettent toute leur énergie pour convaincre au-delà de la centaine de milliers d’adhérents de LR, car à ce jour aucun sondage  ne crédite la droite républicaine de sa présence au second tour de la présidentielle face à Emmanuel Macron , et encore moins de sa victoire sur le président sortant .

Pour creuser l’écart, Xavier Bertrand , Valérie Pécresse, Eric Ciotti, et Philippe Juvin ont choisi l’attaque frontale contre …Emmanuel Macron. Michel Barnier, l’ancien négociateur du Brexit qui sait peut être mieux que ses concurrents que la vie politique est faite de compromis , a choisi un positionnement plus nuancé, plus rassembleur. Cela  a d’ailleurs provoqué une passe d’armes avec Valérie Pécresse sur le réduction du nombre de fonctionnaires .. « Attention de ne pas trop promettre » a-t-il dit en substance . « Ce qu’on ne promet pas , on ne le fait pas » , lui a rétorqué la présidente de la région Ile de France . 

Haut et fort, ils ont promis de ne pas participer à un gouvernement Macron « aucazou » . Au concours de l’anti-macronisme , la palme revient à Eric Ciotti, puisqu’il est le seul à ne pas avoir voté pour Emmanuel Macron au deuxième tour en 2017. Valérie Pécresse et Xavier Bertrand se veulent également insoupçonnables puisqu’ils s’honorent d’avoir eu chacun cinq ministres contres eux aux dernières régionales …Tous les cinq  ont affirmé leur volonté de réduire l’endettement de la France . Valérie Pécresse, qui a fait mouche avec sa formule  « Emmanuel Macron a cramé la caisse avec le chéquier des Français » l’a redit plusieurs fois au cours du débat. 

A l’exception de Philippe Juvin, ils veulent tous réduire le nombre de fonctionnaires , tout en privilégiant la sécurité et la santé … Comment ? On ne remplace pas les partants ici pour recruter là…Un discours déjà entendu en 2017. Tous les cinq sont d’accord pour décrier les éoliennes qui polluent les paysages et redisent  leur soutien à l’énergie nucléaire en promettent le lancement de nouvelles centrales, dix pour Xavier Bertrand. Ils se prononcent en chœur en faveur du maintien de la France au Sahel , et tous prônent des mesures fortes pour lutter contre l’immigration clandestine.

Par delà les différences et les nuances dans leurs programmes respectifs, qu’est-ce qui va déterminer le choix des électeurs LR ? Pencheront-ils pour Xavier Bertrand, le plus ancien en lice en campagne depuis mars dernier en faisant campagne sur « la valeur travail »,  qui a choisi de revenir au sein de la famille LR pour ne pas faire figure de diviseur ? Le président de la région Hauts de France est dans le paysage,  mais il n’a pas « tué le match ».Les débats y contribueront-ils ? 

Eric Ciotti, le plus à droite qui veut « être le candidat qui coupe le robinet d'eau tiède », ne rejette pas Eric Zemmour et sa théorie du « remplacement », tout en se revendiquant du programme de François Fillon de 2017 ? Valérie Pécresse, qui revendique « rupture et courage » et met en avant sa réussite à la tête de sa région, et prend à son compte les résultats de la politique de Nicolas Sarkozy pour l’expulsion des clandestins : «  44% des obligations de quitter le territoire étaient exécutées, aujourd’hui ce sont 12% », avance-t-elle.  Michel Barnier, lui a choisi un positionnement plus « central »,rassembleur : « Je n'ai pas la science infuse», Moi si je devais être élu, je ferai la proposition de se réunir tout de suite pour former tout de suite une équipe de campagne .L’ancien  ministre des affaires étrangères sous Jacques Chirac , déplore que   «depuis quelques années à force d'arrogance et d'incantations, nous nous isolons en particulier au sin de l'Union européenne». Dans ce groupe Philippe Juvin fait figure de challenger ;  le chef des urgences de l’hopital Pompidou à Paris, apporte sa touche d’originalité au-delà des «  éléphants » du parti. Le premier round n’a pas désigné de vainqueur, le second est programmé dimanche prochain…et  verdict le 4 décembre .

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !