Cynisme électoral et déconstruction au gouvernement : Emmanuel Macron continue à faire travailler la poutre… | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
La liste des ministres du nouveau gouvernement d'Elisabeth Borne a officiellement été dévoilée ce vendredi 20 mai.
La liste des ministres du nouveau gouvernement d'Elisabeth Borne a officiellement été dévoilée ce vendredi 20 mai.
©Ludovic Marin / POOL / AFP

Remaniement

Cynisme électoral et déconstruction au gouvernement : Emmanuel Macron continue à faire travailler la poutre…

La composition du nouveau gouvernement dirigé par Elisabeth Borne envoie un signal à l’électorat de Jean-Luc Mélenchon en vue des législatives.

Anita Hausser

Anita Hausser

Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003). Elle a également réalisé les documentaires Femme députée, un homme comme les autres ? (2014) et Bruno Le Maire, l'Affranchi (2015). 

Voir la bio »

Une bien étrange séquence que celle qui se déroule depuis la réélection d’Emmanuel Macron, le 24 avril dernier ! Il a fallu attendre presque trois semaines pour entrer dans cette ère nouvelle promise avec la nomination de celle qui a succédé à Jean Castex comme 1ère ministre... Plus logiquement, un délai de 4 jours a été nécessaire pour composer l’équipe gouvernementale ; campagne électorale des uns et des autres dans leurs fiefs respectifs oblige, ce n’est que lundi prochain, soit un mois après le deuxième tour que se tiendra la premier conseil des ministres de l’ère Macron 2... juste avant l’ouverture de la période de réserve, où la parole gouvernementale sera très réglementée en raison de la campagne pour les législatives des 12 et 19 juin… En attendant les premières décisions « en faveur du pouvoir d’achat » qui ne seront mises en œuvre que dans quelques semaines, ce sont les «  signaux » envoyés aux électeurs qu’il convient d’analyser. Alors qu’en 2017, la nomination d’Edouard Philippe avait profondément troublé la droite, celle de l’ancien président du groupe LR à l’Assemblée Nationale Damien Abad, nommé Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, n’est pas une surprise. Celle-ci se trouve du côté de l’Education Nationale avec le remplacement de Jean-Michel Blanquer, tenant d’une ligne laïque stricte, par l’historien Pap Ndiaye, à qui l’on reproche d’appartenir à la pensée « décoloniale », et d’avoir déclaré il y a quelques années  dans une interview au Monde, qu’« il existe bien un racisme structurel en France ». Pour la droite, cette nomination est avant tout un signal à une frange de l’électorat de Jean-Luc Mélenchon…

À Lire Aussi

2022, la présidentielle qui laissait tout le monde sur sa faim

La polémique s’installant instantanément, la Première Ministre est montée au créneau sur TF1, pour affirmer que « les attaques contre Pap Ndiaye sont tout à fait caricaturales… Pap Ndiaye, c’est un républicain très engagé et c’est bien évidemment ce qu’il va porter en tant que ministre de l’Éducation nationale. Elle a aussi laissé entendre que le nouveau Ministre de l’Education nationale devra avant tout s’occuper de l’école, manière de dire que son prédécesseur n’en a pas fait assez dans ce domaine. Cette action passe par la revalorisation du métier d’enseignant pour lui redonner de l’attractivité auprès des étudiants. L’abandon de la ligne laïque stricte est conforté par le départ de Marlène Schiappa ; la ministre déléguée à la citoyenneté a dû faire ses bagages de la Place Beauvau. Pour autant l’égalité Femmes-Hommes est une des priorités revendiquées par la Première Ministre, tout comme la transition Ecologique. Pas moins de 2 ministres lui seront dédiées sous la férule de la cheffe du gouvernement... Amélie de Montchalin est nommée Ministre de transition écologique et de la Cohésion des Territoires, Agnès Pannier-Runacher, devenant pour sa part Ministre de la transition énergétique. La frontière entre les deux fonctions semblant ténue etsans doutedifficile à établir au quotidien, Matignon a annoncé la création d’un secrétariat général à la Planification écologique, avec, à sa tête, un haut fonctionnaire… on ne se refait pas… En attendant le verdict des urnes le mois prochain,on note que les « poids lourds » (Bruno Le Maire, Gérald Darmanin, Eric Dupond-Moretti), restent en place, les deux premiers prenant du galon dans l’ordre protocolaire en qualité de numéros deux et trois du gouvernement . Il y a quelques promotions spectaculaires, dont celle de deux brillantset ambitieux trentenaires, Sébastien Lecornu, 36 ans, qui passe des Outre-mer à la Défense, et Gabriel Attal, porte-parole apprécié, qui devient à 31 ans, Ministre des Comptes Publics. Promotions pour Brigitte Bourguignon, élue du Pas de Calais, la seule « marconiste » à avoir gagné une législative partielle sous le premier quinquennat, qui est nommée à la Santé et Marc Fesneau, le Ministre charge des relations avec le Parlement qui hérite de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire. Rétrogradation en revanche pour Olivier Véran, le puissant ministre de la Santé qui se retrouve Ministre Délégué, chargé des Relations avec le Parlement et de la vie démocratique, sous l’autorité directe d’Elisabeth Borne. L’arrivée de Catherine Colonna, jusqu’ici ambassadrice de France en Grande-Bretagne, au Quai d’Orsay est une surprise. Brillante diplomate mais également fine politique, elle connait également les arcanes gouvernementaux pour avoir exercé les fonctions de porte-parole de Jacques Chirac à l’Elysée, et celles de Ministres des Affaires Européennes dans le gouvernement Villepin. Surprise également, la promotion de Rima Abdul-Malak à la Culture, pour succéder à Roselyne Bachelot. Ex-conseillère culture à l’Elysée, elle s’est beaucoup investie dans la création du « pass culture », et promet d’être une des personnalités phares de la nouvelle équipe.

À Lire Aussi

Remaniement : la périlleuse habileté d’Emmanuel Macron

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !