Covid-19 : la rentrée scolaire a eu lieu et voilà pourquoi il est trop tôt pour un ouf de soulagement | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une école au Royaume-Uni.
Une école au Royaume-Uni.
©DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP

Inertie de l'épidémie

Covid-19 : la rentrée scolaire a eu lieu et voilà pourquoi il est trop tôt pour un ouf de soulagement

Les indicateurs épidémiques des différents Etats du Royaume-Uni montre que la rentrée scolaire, si elle n'est pas associée à des mesures strictes contre le Covid-19, entraîne systématiquement une augmentation de l'épidémie, avec un délai de latence pouvant aller jusqu'à trois semaines.

Claude-Alexandre Gustave

Claude-Alexandre Gustave

Claude-Alexandre Gustave est Biologiste médical, ancien Assistant Hospitalo-Universitaire en microbiologie et ancien Assistant Spécialiste en immunologie. 

Voir la bio »

Qui n'a pas déjà entendu le fameux "Alors !!!? La rentrée a eu lieu et tout va bien ! L'épidémie ne flambe pas !"... Outre des ministres de l'Education, on trouve aussi des soutient de la Déclaration de Great Barrington (GBD) quand on suit cette petite musique. 

Mais quand on veut associer un évènement socio-épidémiologique, et l'évolution des indicateurs épidémiques, il ne faut pas oublier un paramètre inhérent à l'épidémie elle-même : l'inertie ! On peut essayer d'illustrer cette inertie avec l'exemple britannique et deux grands évènements socio-épidémiologiques d'intérêt : l’allègement des mesures sanitaires et la rentrée scolaire.

Tout d'abord, revenons à la notion d'inertie inhérente à l'épidémie. Depuis plus de 20 mois, vous avez forcément vu, lu, entendu, ce fameux délai de 3 semaines, souvent évoqué entre l'instauration/levée d'une mesure sanitaire et son impact sur les indicateurs épidémiologiques. A quoi tient ce délai ? Tout d'abord à la COVID elle-même !

Un premier délai se situe entre une contamination et l'apparition des symptômes. C’est la période d'incubation, de 2 à 14 jours (en moyenne 5 jours). Puis, un délai entre l'apparition des symptômes et le recours à un test de dépistage. Généralement de 2 à 3 jours. A quoi s'ajoute encore 1 à 2 jours pour en obtenir le résultat. Puis enfin 1 jour pour que ce résultat soit intégré dans les données officielles. Au total, pour percevoir une contamination dans les indicateurs épidémiologiques, nous sommes limités par un délai incompressible minimal de : 2 à 14 + 2 à 3 + 1 à 2 + 1 = 6 à 20 jours ! Soit 1 à 3 semaines selon la politique et capacités de dépistage.
Ce délai peut même être beaucoup plus long, notamment pour percevoir un rebond épidémique en partant d'un niveau très bas de circulation virale, ou si la population est largement immunisée. Il est alors intéressant de mettre en parallèle l'indicateur des contaminations détectées au Royaume-Uni, et les dates clés qui sont souvent sources de polémique, et potentiellement associées à un risque de rebond épidémique.

À Lire Aussi

Journée mondiale d’Alzheimer : ces aidants que nous n’aidons pas assez

Voici comment le nombre de cas détectés a évolué au Royaume-Uni :


Le Royaume-Uni est le 4ème plus fort "testeur" d'Europe (derrière Chypre > Autriche > Grèce), avec un taux de positivité qui reste modéré (sous la barre des 5%), ce qui traduit une envergure de dépistage correctement proportionnée par rapport à la circulation virale.

Avant d'aller plus loin, rappelons que l'Angleterre est le pays le plus peuplé du Royaume-Uni, avec donc l'impact épidémiologique national le plus lourd sur les indicateurs britanniques. On retrouve cette prépondérance épidémiologique de l'Angleterre dans le nombre de cas détectés, répartis selon le pays, avec une échelle qui ne permet alors pas la lecture des épidémies en Ecosse, Pays de Galles et Irlande du Nord.

Il faut donc regarder les courbes normalisées selon le nombre d'habitants pour percevoir les dynamiques épidémiques des pays moins peuplés du Royaume-Uni.

Commençons avec l'Angleterre, l'évolution de son épidémie depuis cet été jusqu'à aujourd'hui, et 2 évènements socio-épidémiologiques d'intérêt : la levée des mesures sanitaires (appelé "freedom day") le 19/07/2021 et la rentrée scolaire le 01/09/2021.


A] Concernant le Freedom day le 19/07/2021
Pour percevoir son impact, nous devons tenir compte du délai incompressible évoqué précédemment, soit 1 à 3 semaines après.

À Lire Aussi

La crise, mais quelle crise ? Les salaires vont augmenter en moyenne de 2,5% en 2022, après 2,1% en 2020

Flèche bleu = 19/07 ; Zone rouge = délai incompressible

Que voit-on ?

Exactement dans la fenêtre du délai incompressible après le 19/07, la décrue épidémique s'arrête, avec un nombre de cas détectés qui repart à la hausse à partir du 03/08.

En regardant la courbe immédiatement après le 19/07, il était tentant de dire "le Freedom Day a freiné l'épidémie !" Mais c'est oublier le délai incompressible et donc raisonner comme si les données étaient "hors sol", déconnectées de leur réalité bio et logistique ! 

A quoi correspond cette baisse du nombre de cas détectés immédiatement après le 19/07 ? A coup sûr c'est un coup du refroidissement estival. Cela ne peut être que ça, c'est évident ! (Non). Il faut plutôt en rechercher la cause dans des évènements survenus 1 à 3 semaines auparavant, notamment : la fin de l'Euro de foot le 11/07 et la fermeture des écoles étalée jusqu'au 23/07.  A quoi s'ajoute les départs des jeunes Anglais vers l'étranger pour les vacances et le recul du dépistage suite à la vague d'arrêts maladies qui ont gêné l'activité économique (absentéisme et quarantaines). On pourrait alors me dire : "Oui mais cette hausse, à partir de début août, est beaucoup moins forte que celle de juillet !". C’est vrai, notamment parce qu'elle survient avec des écoles fermées, et sans les brassages massifs de l'Euro de foot. La fermeture des écoles limite la diffusion communautaire de l'épidémie car elle supprime l'un des principaux moteurs de la contamination ENTRE foyers familiaux via les enfants au sein des classes.

À Lire Aussi

Allègement des contraintes sanitaires : comment apprendre à vivre normalement pendant les accalmies de la pandémie (sans s’exposer à de violents retours de bâtons)

Regardons d'ailleurs ce qu'il se passe depuis la rentrée scolaire.

La rentrée scolaire anglaise a eu lieu le 01/09/2021 (cf. flèche bleue) ; et toujours notre délai incompressible (zone rouge).

La hausse des cas détectés qui fait immédiatement suite à la rentrée scolaire est probablement à mettre en lien avec la politique de dépistage massif appliquée aux écoles anglaises : 2 tests / semaine recommandés pour tous les élèves. Ceci a pu provoquer un "sursaut" des cas détectés, notamment chez les plus jeunes. Effet qui s'est estompé par la suite, avant de voir les cas détectés repartir à nouveau en hausse depuis le 18/09.

Une forte circulation virale scolaire est d'ailleurs attendue :
Comment le Royaume-Uni tente de sécuriser ses écoles ?
Outres les tests hebdomadaires :
- masques en Ecosse et Irlande du Nord
- distanciation en Ecosse
- Ventilation très renforcé (et capteurs de CO2)

Il faudra suivre l'évolution épidémique dans ces pays qui n'appliquent pas tout à fait les mêmes mesures sanitaires.

Pour le moment :
- tendance à la hausse en Angleterre et au Pays de Galles
- tendance à la baisse en Ecosse et Irlande du Nord (où les protocoles scolaires restent les plus strictes)

Passons maintenant à la situation de l'Ecosse. Sa courbe des cas détectés, normalisée avec le nombre d'habitants, est la suivante :


Flèche + zone bleue = 09/08 (assouplissement des règles sanitaires)

À Lire Aussi

Vaccination, étalage de vertu et tyrannie des petites décisions

L'Ecosse est passée au niveau 0 du niveau d'alerte COVID le 09/08 avec l'abandon des règles de distanciation physique et des jauges. D'autre part, la rentrée scolaire y a eu lieu le 13/08/2021.

Mettons en parallèle ces dates et la courbes des cas détectés, en incluant toujours le délai incompressible.

Flèche + zone oranges = 13/08 (rentrée scolaire)

Ça se passe de commentaires ! Mais tout de même, il est important de noter la "synergie" néfaste d'une levée des mesures sanitaires associées à un retour à l'école, qui semblent induire une forte augmentation de la circulation virale... 

Passons au Pays de Galles. Sa courbe des cas détectés, normalisée avec le nombre d'habitants, est la suivante :


Le pays est lui aussi passé au niveau 0 de son plan d'alerte COVID le 07/08/2021 (seul reste le masque dans les transports, hôpitaux, commerces).

La rentrée scolaire a eu lieu le 02/09/2021. 
Mettons en parallèle ces dates et la courbes des cas détectés, en incluant toujours le délai incompressible.


Flèche + zone bleue = 07/08 (assouplissement des règles sanitaires)


Flèche + zone orange = 02/09 (rentrée scolaire)

À Lire Aussi

Ça coince au départ : Nike en rupture d’approvisionnement va priver la génération Z de baskets et de vêtements de marque

Comme pour l'Ecosse, la levée des mesures sanitaires au Pays de Galles est associée à une forte hausse de la circulation virale. Pour la rentrée scolaire, on retrouve aussi le "sursaut" immédiat à la rentrée (tests en forte augmentation), puis une nouvelle hausse durant le délai critique... 

A NOTER : la hausse de début août était même modélisée et attendue à cette date, suite à la levée des mesures sanitaires.

Enfin, l'exemple de l'Irlande du Nord.
Sa courbe des cas détectés, normalisée avec le nombre d'habitants, est la suivante :

La "réouverture" du pays a été bcp plus étalée que dans le reste du Royaume-Uni, notamment depuis le mois d'avril 2021. Les mesures les plus impactantes datent notamment du 24/05 et du 05/07.
Comme précédemment, mettons en parallèle ces dates et la courbe des cas détectés, en incluant toujours le délai incompressible.


Flèche + zone bleue = 24/05 (1er assouplissement majeur des règles sanitaires) ;


Flèche + zone orange = 05/07 (2ème...)

Là encore, on voit que le 1er allègement provoque un changement de tendance durant le délai critique (une baisse devient une hausse). Le 2ème allègement survient alors que la hausse est déjà entamée et on note que durant son délai critique, la hausse accélère encore. Des nombreux allègements supplémentaires ont été instaurés à partir du 26/07. Reportons cette date et son délai critique sur la courbe des cas détectés...

À Lire Aussi

Covid-19 : le passe sanitaire reste pour l'instant maintenu dans tous les départements


Là aussi, l'exemple est éloquent. Exactement durant le délai critique de 1 à 3 semaines après les allègements sanitaires, on constate un nouvel emballement épidémique. 

Pour terminer, regardons l'évolution épidémique après la rentrée scolaire (01/09/2021).
Même mise en situation sur la courbe des cas détectés :

Là encore, on note un nouveau rebond dès le début du délai critique de perception des contaminations ; ce qui traduit une hausse de circulation virale associée à la rentrée scolaire... 
A NOTER : Une forte baisse depuis le 11/09 (donc toujours durant le délai critique), à mettre au crédit du protocole scolaire, le plus strict du Royaume-Uni avec celui de l'Ecosse. Irlande du Nord et Ecosse sont d'ailleurs les deux seuls pays où on observe cette baisse. Les propos d'un des plus fervents soutiens de la GBD... et leur incohérence avec les données ! 

Cette démonstration n'aura probablement pas convaincu grand monde, mais elle aura au moins illustré l'impact des décisions politiques et l'importance de ne pas confondre "décision politique", "obligation légale" et "décision/recommandation sanitaire". Si tous ces rebonds épidémiques ont fait suite aux décisions politiques de levées des mesures sanitaires, ou à une rentrée scolaire, c'est avant tout parce qu'on oublie que même si l'obligation est levée, les mesures sanitaires restent nécessaires :

A] Masque FFP2 systématique en lieux clos (en extérieur si foule ou <2 mètres entre individus)
B] Aération/ventilation+++ des espaces clos
C] Vaccination complète
D] Auto-isolement en cas de symptômes/test positif et alerte des contacts

"Vivre avec", c'est aussi ça.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !