COP 21 : François Hollande va découvrir que l’Inde est le vrai caillou dans sa chaussure (et ça fait 10 ans que ce caillou y est) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
New Delhi s'oppose notamment à un accord contraignant.
New Delhi s'oppose notamment à un accord contraignant.
©Reuters

Inde-ice

COP 21 : François Hollande va découvrir que l’Inde est le vrai caillou dans sa chaussure (et ça fait 10 ans que ce caillou y est)

Les Français découvrent avec la COP21 que l'Inde sera sans doute LE pays, s'il y en a un, qui va bloquer le processus de décision. New Delhi s'oppose notamment à un accord contraignant. Et les arguments de l'Inde ne sont pas incompréhensibles.

François Gautier

François Gautier

Correspondant du Figaro en Asie du sud,pendant dix ans, François Gautier est l’auteur d’une dizaine de livre. Spécialiste de l'Inde où il réside depuis plus de 45 ans.

Ouvrages publiés en Français

  • Quand l'Inde s'éveille, la France est endormie..., Monaco-Paris, Le Rocher, 2012 
  • Les Français en Inde, Paris, France Loisirs, 2008.
  • La caravane intérieure, Paris, les Belles Lettres, 2005.
  • Femmes en Inde, Albin Michel, 2004. 
  • Swami, PDG et moine hindou, éditions J.-P. Delville, 2003.
  • Un autre regard sur l'Inde, éditions du Tricorne, 1999.
Voir la bio »

Atlantico : Vous qui habitez en Inde, cette position de l'Inde vis-à-vis de l'environnement et le réchauffement climatique est-elle nouvelle ?... Ou plus ancien qu'on ne le croit ici en France ?

François Gautier : Non, le précédent gouvernement du Congrès avait la même politique. L’Inde se veut le champion des pays en voie  de développement et souhaite se démarquer de la Chine, qui est son principal concurrent – économique, militaire, politique, territorial (la Chine revendique un territoire indien grand comme la France) - en Asie

Pourquoi l'Inde ne souhaite pas suivre la ligne "Occidentale" et à fortiori française ? Comment l'expliquer ?

Il faut tout d’abord préciser que l’Inde souffre du réchauffement climatique au même titre que tous les autres pays : on a prédit que les températures des plaines de l’Inde du nord vont augmenter de trois degrés d’ici 2080, ce qui implique sécheresses, moussons moins fournies (60% de l’agriculture indienne est encore dépendante de la pluie), donc récoltes réduites. Cependant, par rapport aux pays industrialisés, les émissions de C02 indiennes par habitant (en tonnes métriques) sont minimales : 1,6 tonnes par personne et par an, contre 7,1 pour la Chine et 16,4 pour les Etats Unis. D’ici 2030, il est prévu que l’Inde atteindra les 5 tonnes par personne et par an. Peu encore par rapport à nous-mêmes. 

Les gens en Inde pensent-ils que l'Occident tente de leur imposer une solution injuste ?... Et leurs dirigeants, qu'en pensent-ils ? En jouent-ils ? Qu'en dit globalement la presse ?

Oui, la presse indienne est derrière Modi (NDLR. Premier Ministre indien). La perception ici c’est que l’occident qui a consommé une énergie énorme pour se développer et a grandement pollué la planète, ne veut pas donner la même latitude à l’Inde et aux pays en voie de de développement. 

Sans faire de politique fiction, pensez-vous que l'Inde va vraiment bloquer la COP21 ? 

 Narendra Modi est connu pour être têtu et ne s’écouter que lui-même. Cependant, depuis qu’il est arrivé au pouvoir, il s’est efforcé d’améliorer son image auprès de l’Occident, où il était auparavant connu comme un antimusulman (émeutes antimusulmanes de 2002 au Gujarat dont il était le Chef Ministre) après que 57 hindous, dont 36 femmes et enfants furent brûlés vifs par une foule musulmane). On peut donc penser qu’à un moment il va accepter une solution de compromis. Il escompte tout de même que l’Occident accepte de donner à l’Inde la latitude nécessaire en terme d’émissions de dioxyde de carbone pour que son pays puisse passer de pays en voie de développement à pays industrialisé, au même titre que la Chine. Car l’Inde a absolument besoin d’énergie pour se développer et elle a l’impression que l’occident veut la restreindre. Le cœur de l’affaire c'est les 100 $ milliards par an que l’Inde demande de la part des pays riches pour se développer d’ici 2020.  L’Inde a besoin d’au moins 140 milliards de dollars, par exemple, pour améliorer son réseau de distribution électrique, qui est des plus vétustes.

Est-ce à dire qu'il n'y a pas de problème lié à la pollution en Inde ?

Enorme. Il n’existe plus de fleuves dignes de ce nom, hormis la Narmada au Gujarat (le Gange diminue d’année en année). Les forêts himalayennes ont presque toutes été déboisées au profit de sapins et de pins, écologiquement mauvais pour le sol et la rétention de l’humus. Seules les forêts de l’Arunachal Pradesh, à la frontière du Tibet et du Bhoutan, et que la Chine revendique, sont encore préservées car le gouvernement indien restreint l’accès à cet état pour des raisons géopolitiques. Delhi est connu pour être une des villes les plus polluées au monde – moins que Beijing cependant - car le gouvernement indien a contraint tous les bus, les taxis et les rickshaws à passer au gaz il y a déjà dix ans. Mr Modi est cependant un écologiste qui avait fait du Gujarat l’état le plus développé en Inde en termes d’énergie solaire. D’ailleurs il a promis que d’ici 15 ans un tiers de l’électricité produite en Inde sera d’origine solaire, ce pays bénéficiant de soleil dix mois sur douze. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !