Comment les entreprises débusquent tous les secrets de votre comportement... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Consommation
Comment les entreprises débusquent tous les secrets de votre comportement...
©

Indiscret

Comment les entreprises débusquent tous les secrets de votre comportement...

Achat en magasin ou en ligne, nos décisions sont influencées par nos habitudes plus que par des choix conscients. Chercheurs et entreprises se passionnent pour le sujet.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

Les marques bénéficient encore d’un avantage indéniable face aux consommateurs :  ceux-ci n’ont pas réellement conscience du fait que leur comportement en ligne est étudié et ciblé. "Ont-ils d’ailleurs vraiment envie de le savoir ?" s'interroge Adversitement reprenant les idées de Daniel Elroy exprimées sur Web Analytics World.

"On ne peut pas mieux décrire l'histoire du marketing Internet ciblé qu'en le présentant comme un jeu du chat et de la souris, où les progrès technologiques, l'intelligence du consommateurs et les règlements gouvernementaux se bousculent en frolant la ligne interdite" estime Elroy.

Le récent exemple des applications comme celle de Twitter qui copiaient l'intégralité du carnet d'adresse des utilisateurs de sa version pour iPhone (sans, bien sûr, avoir demandé la moindre autorisation, ni avoir prévenu le consommateur de la manoeuvre) vient encore de l'illustrer.

Voir aussi la nouvelle politique de Google en matière de confidentialité annoncée fin janvier par Google et déja contestée pour mieux suivre les utilisateurs de Gmail, Chrome, Google+ ou Google docs et autres services maison.

Après les cartes de crédit, "les réseaux sociaux offrent aujourd’hui des opportunités sans précédents pour mettre en place un marketing de plus en plus ciblé. Technologie et demande se sont rencontrées dans un environnement toujours en cours de régulation. Résultat : les marketeurs investissent ce nouveau terrain de jeu à grande vitesse", ajoute Elroy.

Le New York Times cite Andrew Pole qui a commencé à travailler pour la chaîne de magasins américains Target en 2002. Une chaîne inconnue en France, mais elle possède pourtant près de 1 770 magasins 355 000 employés dans 49 états américains. Des magasins où la pharmacie voisine avec les vêtements et l'alimentation. Et Target démarrera ses activités au Canada en 2013.

Bref quand Pole est arrivé chez Target, on lui a demandé "si nous voulons savoir si une cliente est enceinte, même si elle ne veut pas que nous le sachions, pouvez-vous y arriver ?" Target savait en effet que lorque la naissance se produit, les registres étant publics, les nouvelles mamans sont assaillies d'offres de toutes les entreprises, il faut donc agir auparavant.

Cibler ses offres

La collecte de données sur les clients n'est pas un phénomène nouveau ni chez Target, ni chez ailleurs. A chaque fois que c'est possible, Target assigne à chaque client un numéro unique un "Gest ID number"  qui enregistre tout ce qu'il achète. Si Target croise ses informations avec des données démographiques, il peut anticiper et vraiment cibler ses offres. D'aillleurs Target annonce que l'âge moyen de ses clients est de 40 ans, et qu'environ 43% ont des enfants encore à la maison.

Ce qui intéresse Target ce ne sont pas seulement nos habitudes d'achat, mais nos habitudes personnelles, notre mode de vie dont la formation est devenue un champ majeur de recherche en neurologie et en psychologie, aussi bien en médécine que dans les universités, et bien sûr dans les services de recherche des entreprises.

La faculté d'analyser toutes ces données de manière de plus en plus fine pour mieux comprendre comment nos habitudes quotidiennes influencent nos décisions est devenue fondamentale, ajoute le New York Times. Une étude de la Duke University estime que les habitudes influencent - davantage qu'un choix fait de manière consciente - 45% des décisions que nous prenons chaque jour. Exemple amusant avec l'alerte sonore d'un email arrivé sur votre ordinateur ou votre smartphone : votre cerveau anticipe le plaisir neurologique (même s'il n'est pas reconnu comme tel) de cliquer et de le lire. Si cette attente ne peut être satisfaite, cela peut vous amener à vous déconcentrer par la simple idée qu'un email non-lu vous attend, même si rationnellement, vous avez qu'il est sans intérêt.

Fin du ménage

Etonnante aussi cette histoire de ménagère (habitant l'Arizona avec quatre enfants) et sa bombe désodorisante (Febreze de Procter & Gamble). Les chercheurs ont pu la regarder faire le ménage dans une habitation où il n'y a aucune source d'odeur gênante (ni chiens ou chats, ni fumeurs). Quand elle a fini chaque pièce elle termine avec quelques pulvérisations, une manière pour elle, de marquer la fin du ménage dans cette pièce. Et aussi de consommer, sans raison précise, une bombe tous les quinze jours. C'est peut-être la raison pour laquelle Procter & Gamble a modifié sa publicité et ajouté un parfum propre à son produit, qui devient , non plus seulement un moyen de masquer de mauvaises odeurs, mais de donner une "bonne" odeur à une maison propre, qui serait, sinon inodore.

Enfin, si le pouvoir des habitudes vous intéresse, il ne vous reste plus qu'à lire "The Power of Habit"  le livre écrit par Charles Duhigg, auteur de l'article du New York Times.

Et si vous êtes un pro, jetez un oeil sur l'outil Conso Ad'Vision de Consodata : « cet outil de réponse à la convergence médias et hors-médias étudie le comportement de 300 000 consommateurs qualifiés selon plus de 1 000 critères socio-comportementaux pour paramétrer les cibles marketing que l'on souhaite analyser, à travers plus de 500 critères d'habitudes et de comportements médias et hors-médias. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !