Comment les cabinets de consultants tentent de s’infiltrer au sein de la Cour des comptes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La Cour des comptes n’est pas à l’abri des « infiltrations » des cabinets de consultants.
La Cour des comptes n’est pas à l’abri des « infiltrations » des cabinets de consultants.
©LUDOVIC MARIN / AFP

Bonnes feuilles

Comment les cabinets de consultants tentent de s’infiltrer au sein de la Cour des comptes

Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre publient « Les Infiltrés. Comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l'État » chez Allary Editions. Depuis vingt ans, les consultants se sont installés au cœur de l'État. Gestion de la pandémie, stratégie militaire, numérisation de nos services publics... : les cabinets de conseil, pour la plupart anglo-saxons, sont à la manœuvre dans tous les ministères. L'État a payé pour se dissoudre. Extrait 2/2.

Matthieu  Aron

Matthieu Aron

Matthieu Aron est chroniqueur judiciaire depuis vingt ans. Il est spécialisé dans la couverture des grandes enquêtes criminelles et judiciaires. 

Voir la bio »
Caroline Michel-Aguirre

Caroline Michel-Aguirre

Caroline Michel-Aguirre est grand reporter à L'Obs.

Voir la bio »

Tenue à l’écart pour l’instant de la volonté réformatrice d’Amélie de Montchalin, la Cour des comptes n’est pas à l’abri, cependant, des «infiltrations». Les cabinets de consultants ont aussi leurs entrées au sein de cette assemblée de magistrats inamovibles dont le rôle, la vérification de la régularité des comptes publics, est défini et donc protégé par la Constitution. Un cordon sanitaire qui, visiblement, n’est aujourd’hui plus assez dissuasif. Claude Revel, l’ex-déléguée interministérielle à l’Intelligence économique, a pu le constater, lorsqu’elle est devenue membre de cette juridiction financière en juin 2015.

«Dès ma nomination, confie-t-elle, le président, Didier Migaud, m’a demandé de travailler à la transformation numérique de la Cour. Pour lancer le chantier, une réunion a été organisée avec les principaux magistrats, le secrétariat général, et des personnes que je ne connaissais pas. À la fin de la réunion, j’ai vu un essaim fondre sur moi : c’était des consultants, qui m’ont assaillie de questions : “En quoi consiste votre projet ? De quoi avez-vous besoin? Comment peut-on vous aider ?” Je peux vous dire que ce n’est pas moi qui les avais invités!» Claude Revel reste encore stupéfaite par ce débarquement de consultants : «Ils savaient très bien qui j’étais. J’ai réalisé ce jour-là que les cabinets de conseil sont tellement présents à l’intérieur de notre Administration qu’ils savent tout ce qui s’y passe ».

L’ancienne conseillère a quitté la fonction publique au bout de quelques années pour créer sa propre société. Elle n’a pas eu le temps de voir que le marché de la transformation numérique de la Cour avait finalement été confiée à… Capgemini. Un contrat d’externalisation loin d’être une exception : depuis une dizaine d’années, la Cour dépense en moyenne, avons-nous découvert, entre 200000 et 400000 euros en prestations intellectuelles par an. En 2018, le président Didier Migaud dénoncera pourtant la vacuité de certains conseils, copier-coller, dira-t-il, de données collectées dans le service public…

A lire aussi : Covid-19 : comment le gouvernement a délégué certaines missions essentielles de la politique vaccinale au cabinet de conseil McKinsey ou pour faire face à la pénurie de masques

Extrait du livre de Matthieu Aron et Caroline Michel-Aguirre, « Les Infiltrés. Comment les cabinets de conseil ont pris le contrôle de l'État », publié chez Allary Editions.

Lien vers la boutique : cliquez ICI et ICI

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !