Comment le réchauffement climatique menace (aussi) notre sommeil | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Comment le réchauffement climatique menace (aussi) notre sommeil
©Reutrers

Clim' pour tous

Comment le réchauffement climatique menace (aussi) notre sommeil

Si l'augmentation de la température prévue par les experts venait à se confirmer, une des victimes notables pourrait être... notre sommeil. En effet, le corps humain a plus de difficulté à dormir en cas de forte chaleur.

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien

Joëlle Adrien est neurobiologiste et directrice de recherche à l'INSERM et à la SFRMS (Société française de recherche et médecine du sommeil). Elle est aussi présidente de l'Institut National du Sommeil et de la vigilance, etauteur de Mieux dormir et vaincre l'insomnie, paru chez Larousse en juin 2014.

Voir la bio »

Atlantico : Une équipe de scientifiques d'Harvard, San Diego et de UoC a étudié les effets d'une augmentation du réchauffement climatique sur les troubles du sommeil. Elle en a conclu que plus de 100 millions de personnes pourraient être atteintes de troubles si le réchauffement venait à se confirmer. Qu'est-ce qui fait qu'une nuit plus chaude équivaut à une moins bonne nuit ?

Joëlle Adrien : On dort moins bien lorsqu'il fait trop chaud car le corps ne parvient pas à se refroidir assez pour "une bonne nuit". En effet, la température du corps oscille toutes les 24h au rythme de notre horloge biologique. Pour les personnes vivant à des horaires conventionnels, elle est maximale (environ 37°5) vers 17h et minimale (environ 36°5) vers 5h du matin. La qualité du sommeil est la meilleure possible lorsqu'il se produit autour du minimum de température corporelle. S'il fait trop chaud dans la chambre,  le sommeil sera perturbé car le corps ne parviendra pas perdre les quelques dixièmes de degrés nécessaires pour constituer les conditions optimales d'un bon sommeil. 
 

Comment le corps humain gère-t-il généralement les périodes de chaleur intense comme l'été dans les climats tempérés au moment de s'endormir ?

L'endormissement est facilité par une baisse de température corporelle interne de quelques dixièmes de degrés. S'il fait frais dans la chambre, notre corps réchauffe la literie en échangeant ses calories et, de ce fait, il se refroidit jusqu'à créer une température de confort sous la couette. Pour un bon sommeil, la température idéale de la chambre est ainsi d'environ 18°C. En cas de forte chaleur, le corps ne parvient pas à se refroidir puisque l'air et la literie sont trop chauds. Le corps se refroidit alors en activant des mécanismes de thermorégulation: la sudation. 
 

A partir de quel seuil de chaleur le corps humain risque-t-il de passer une mauvaise nuit dans tous les cas ?

A partir de 24°C de température extérieure, le sommeil sera moins bon. Cependant, l'humidité de l'air est aussi un élément clé: un air sec est plus facile à supporter car la sudation est plus efficace pour générer du froid.
 

Quelles sont les méthodes pour lutter contre les troubles du sommeil liés à la chaleur ?

Un mouvement d'air favorise l'évaporation de la sueur et permet au corps de mieux se refroidir. On peut également prendre un bain tiède et laisser l'eau se refroidir progressivement, se passer un linge mouillé sur le corps... etc. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !