Comment Google compte détourner les djihadistes en devenir de l'endoctrinement sur Internet | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Comment Google compte détourner les djihadistes en devenir de l'endoctrinement sur Internet
©Reuters

Geek power

Comment Google compte détourner les djihadistes en devenir de l'endoctrinement sur Internet

Pour éviter la radicalisation djihadiste sur Internet, le moteur de recherche va utiliser un algorithme qui redirigera les internautes intéressés par la lutte islamiste sur des sites et vidéos discréditant l'État Islamique.

La lutte contre l'État Islamique est un combat qui se mène sur plusieurs terrains. Si la communauté internationale œuvre à contrer militairement le califat autoproclamé en Syrie et en Irak, des mesures visant à empêcher l'endoctrinement islamiste doivent également être prises afin de limiter le renouvellement des recrues djihadistes. Un recrutement qui se joue au premier abord sur la toile, par le biais de sites soutenant la cause islamiste et des réseaux sociaux où pullulent les comptes de recruteurs de l'État Islamique.

En réponse à l'appel à l'aide des gouvernements en lutte contre l'EI, Facebook, Twitter et YouTube ont mené une campagne d'épuration en leur sein afin de bannir les comptes affiliés ou soutenant le califat et de supprimer de leurs plateformes les vidéos de propagande terroriste. Et c'est au tour du géant américain Google de mettre les bouchées doubles. Si la firme californienne fournissait déjà des renseignements aux gouvernements sur l'identité des internautes classés "à risque" (une aide utile dans 64% des cas), elle va maintenant œuvrer d'elle-même pour limiter l'endoctrinement en ligne, rapporte le site Wired.

Main de fer dans un gant de velours

Et pour celà, Google a mis en place un plan, nommé "Redirect Method" et placé sous le commandement de Jigsaw - anciennement Google Ideas -, une filiale de Google spécialisée dans les technologies de contre-terrorisme. L'objectif de cette opération est de repérer les internautes qui souhaitent se renseigner sur l'EI, et les en détourner insidieusement à l'aide d'un algorithme, sans donner cette impression de censure qui ne pourrait qu'encourager les apprentis djihadistes à persévérer dans leur endoctrinement. La méthode est en effet plus subtile que celle adoptée par le gouvernement (qui consiste à censurer les sites appartenant à la mouvance islamiste et rediriger les internautes vers le site du Ministère de l'intérieur) : mettre en avant des contenus (sites, vidéos, blogs) qui discréditent l'État Islamique lorsque les mots-clés tapés sur le moteur de recherche donnent des indices sur les intentions macabres de l'internaute.

L'algorithme en question se base sur quelques 1 700 mots-clés pour façonner la page de résultats que l'on obtient suite à une recherche Google, des plus classiques (djihad, fatwa) aux plus précis (noms des points d'entrée en Syrie, noms de leaders de l'EI). L'ordre de visibilité des sites est ainsi modifié, de manière à ce que les premières pages de contenus amènent l'internaute à s'interroger sur la légitimité de l'organisation terroriste. Et il ne s'agit pas là de souligner très directement et partialement pourquoi l'EI est une abomination, car le "Redirect Method" a pour vocation de raisonner des individus déjà endoctrinés. Les vidéos de type pédagogique que l'on trouve sur les chaînes "Think again, Turn away" et "Average Mohamed" ne peuvent peser que dans les esprits les moins troublés. Au contraire, les vidéos et autres contenus promus par le nouveau dispositif de Google n'ont pas été créés dans le cadre du plan, puisqu'il s'agit de contenus déjà présent sur la toile. De plus, ces vidéos ont davantage de chance d'accrocher l'attention d'une personne déjà endoctrinée, puisqu'il ne s'agit pas d'hommes blancs et occidentaux qui s'adressent à l'internaute, mais bien d'imams, musulmans et anciens combattant de l'EI qui vont expliquer pourquoi il ne faut pas s'engager dans cette voie, en connaissance de cause. Il est plus facile de se mettre d'accord avec quelqu'un qui partage avec vous quelques valeurs, qu'avec une personne diamétralement opposée.

Il existe également des vidéos qui ne font que montrer la réalité de la vie sous le joug de l'État Islamique. Pas de grandeur, pas de scènes de liesse dans les rues, mais les problèmes économiques et sociaux auxquels fait face le régime régi par la charia, comme cette file d'attente interminable à l'entrée d'un supermarché.

Résultats encourageants

Le plan de Google est prometteur. En effet, un premier essai de deux mois a accouché de résultats encourageants : quelques 300 000 personnes ont été ainsi redirigées vers des contenus moins extrémistes que les mots-clés recherchés, soit 9% de ces internautes (contre 2 à 3% sans l'algorithme). Visiblement, les vidéos mises en valeur ont su attirer l'attention des individus, puisque plus de 500 000 minutes (soit plus de 8 333 heures) de ces vidéos ont été visionnées. Mieux : ces individus passaient en moyenne deux fois plus de temps sur YouTube à visionner ces vidéos que la moyenne de temps passée sur la plateforme par un Américain dans le même délai. Des internautes endoctrinés chez qui il reste une part de doute, comme en témoigne cette statistique : les internautes cliquaient trois à quatre fois plus que ne le ferait un internaute lambda sur une publicité commerciale.

Le plan "Redirect Method" va dont être mis en place au cours de ce mois de septembre 2016, en Amérique du Nord pour commencer. Il ne visera d'ailleurs pas que les extrémistes islamistes, mais également les suprémacistes blancs, qui constituent également des troubles à l'ordre du public à partir du moment où ils menacent une population.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !