Comment compenser le fait que votre enfant ne mange (presque) rien à la cantine | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Comment compenser le fait que votre enfant ne mange (presque) rien à la cantine
©

Lundi, des patates, mardi, des patates, ...

Comment compenser le fait que votre enfant ne mange (presque) rien à la cantine

Lorsqu'un enfant ne mange pas de tout à la cantine et qu'au final son menu du midi n'est pas équilibré, cela aura peu de conséquences car il est tout à fait possible de compenser aux autres repas. En revanche, pour les enfants qui refusent de manger le midi, la situation est plus compliquée.

Patrick Tounian

Patrick Tounian

Patrick Tounian est professeur de pédiatrie, chef du service de nutrition et gastroentérologie pédiatrique de l'hôpital Armand-Trousseau à Paris.
Docteur en sciences, il dirige les formations " Obésité de l'enfant et de l'adolescent " et " Nutrition de l'enfant et de l'adolescent " à la faculté de médecine Pierre-et-Marie-Curie de Paris.
Il est secrétaire général de la Société française de pédiatrie et auteur de nombreux livres et publications scientifiques sur la nutrition et l'obésité de l'enfant et de l'adolescent.

Voir la bio »

Atlantico : Les enfants qui mangent à la cantine risquent de se retrouver carrencés car ils ne choisissent pas forcément bien parmi les plats qui leur sont proposés. Dans ce cas comment, est-il possible de compenser lors des autres repas ?

Patrick Tounian : Cette situation est relativement fréquente surtout chez les petits mangeurs et les mangeurs électifs. Le problème quand les enfants mangent mal est qu'ils connaissent des déséquilibres alimentaires qui induisent des carrences. Afin d'éviter ces carrences, il suffit de respecter les pilliers de alilimentation. 

  • Il faut assurer les besoins en fer de l'enfant grâce à deux produits carnés par jour. Et si ce besoin n'est pas satisfait à l'école, il est difficile de compenser ces deux produits carnés simplement au diner. Je suis donc un farouche opposant de l'instauration d'une journée sans viande à l'école. Par ailleurs, c'est rarement le produit carné qui est délaissé à la cantine. 
  • Le calcium, il leur faut trois produits laitiers par jour. Là, on peut compenser. Un le matin, un le soir, voire deux (un fromage et un yaourt). Sinon on peut en prendre le midi, car les enfants délaissent rarement les laitages.
  • Les acides gras essentiels qui sont apportés par le poisson, il faut en consommer une à deux fois par semaine. Si le poisson est souvent délaissé à l'école, les parents peuvent compenser. 
  • Les phytonutriments apportés par les végétaux ne sont pas plebiscités par les enfants car ils n'aiment pas les légumes qui leurs sont proposés. Mais comme il n'en faut réellement que un ou deux par jour plutôt que cinq, il n'est pas si compliqué de compenser. 

 

Ne risque-t-on pas en essayant de compenser de trop nourir son enfant ? 

C'est une angoisse fréquente mais on ne peut pas trop nourrir un enfant. Par ailleurs, ce n'est pas à l'école d'assurer l'équilibre alimentaire des enfants en revanche leur rôle est de les nourrir. Les enfants qui ne mangent rien, c'est un drame car il faut commencer par assurer l'apport caloriques.

Que faire si son enfant ne mange absolument rien à la cantine ? 

C'est un réel problème, car si c'est le cas, il ne pourra pas se concentrer l'après-midi. Depuis des années, on essaye de faire de la prévention de l'obésité mais on oublie que le rôle principal de la cantine c'est de nourir les adolescents. Et quand on propose du poisson à l'eau et du fenouil, forcément, les adolescents n'en n'auront pas envie. Quand on propose des frites et de la viande, on est sûr qu'ils vont manger. 1/3 adolescents ne mangent pas suffisemment au petit déjeuner. L'ado, si on ne propose rien de bon, ne mangera pas puis ne se concentrera pas et va se ruer sur des viennoiseries à l'heure du goûter car il aura une faim de loup. Et il faudra donc assurer les quatre piliers de l'alimentation mentionnés ci-dessus au dîner.

 

A 4 heures alors qu'il est affamé, il faudra lui dire, mange un fruit, du jambon.. et là c'est compliqué. Il faut absolument que les cantines proposent aux adolesecnts ce qu'ils aiment. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !