Christiane Taubira pourquoi êtes-vous fâchée avec la langue française ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Christiane Taubira pourquoi êtes-vous fâchée avec la langue française ?
©THOMAS COEX / AFP

Essayez le créole

Christiane Taubira pourquoi êtes-vous fâchée avec la langue française ?

Dans votre campagne promotionnelle, les fautes de grammaire se ramassent à la pelle.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Christiane Taubira vous vous définissez comme poète et femme de lettres. Quand vous déclamez vos vers on les entends mais, et c’est heureux, on ne sait pas comment ils ont été rédigés. 

À l’oral vous êtes formidable mais à l’écrit nous sommes contraints de vous recaler. Car c’est avec tristesse et stupéfaction que nous avons découvert comment vous souhaitez promouvoir votre candidature. On peut y trouver des perles dignes de Lafabrique des Crétins

Une déclaration de vous. « Les produits issus de l’agriculture biologiquedoivent pouvoir bénéficier d’une TVA à 0% ». Voilà qui est bien. Continuons : « Nous ne pouvons pas laisser les fonctionnaires se faire maltraités cinq ans de plus » ! Et plus loin « contreverse » au lieu de "controverse". Certes cette campagne est en partie animée par « Les jeunes avec Taubira ». Ils sont jeunes mais leurs bourdes en disent long sur le niveau de l’Éducation Nationale. Et on est en droit de supposer que vous Christiane Taubira, avait pris le soin de revoir leurs copies. 

Pour clore cet article, que nous espérons sans coquille, une phrase de vous : « Seule l’école est une promesse d’avenir ». Rigolo non ! 

Ps : J'allais oublier le pompon :  « le peuple en à assez d’être tenu à l’écart méprisé et ignoré. » 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !