C'est quoi un « candidat naturel » ? Faut demander à Xavier Bertrand... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Xavier Bertrand, le 27 juillet 2021.
Xavier Bertrand, le 27 juillet 2021.
©Sebastien SALOM-GOMIS / AFP

Devinette

C'est quoi un « candidat naturel » ? Faut demander à Xavier Bertrand...

Il est mal barré, car chez les Républicains on continue à faire la différence entre les enfants légitimes et ceux qui ne le sont pas.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

Le Code civil français est très précis sur la filiation. Un enfant conçu hors mariage est automatiquement le fils ou la fille de sa mère, sauf si elle accouche sous X. Le père, lui, doit, s'il le souhaite, reconnaître l'enfant avant ou après sa naissance...

Après, tout n'est qu'une question de mots. Il y a longtemps, l'enfant illégitime était qualifié de bâtard, ce qui était tout à fait infamant. Fort heureusement, ça ne se dit plus. Même qu'on a abandonné le « conçu hors mariage », le mariage ayant perdu toute signification.

La droite française aurait donc dans ce registre un « candidat naturel ». Un candidat naturel autoproclamé car c'est ainsi que Xavier Bertrand se désigne lui-même. Certes, il est né de père et de mère LR. Mais il a renié ses parents pour se sentir plus libre.

Dans un monde compliqué, il avance avec une idée simple : « je suis le candidat naturel de la droite ». On n'est jamais aussi bien servi que par soi-même. Le problème, pour Bertrand, c'est qu'à droite, ils sont nombreux à vouloir être candidat à la présidence de la République, les régionales leur ayant donné des ailes.

Tous se sont peu ou prou déclarés : Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Michel Barnier, Bruno Retailleau, Philippe Juvin. Et tous acceptent, enfants légitimes, l'épreuve des primaires. Tel n'est pas le cas du « candidat naturel » qui refuse ces éliminatoires.

On le comprend. D'après les derniers sondages, chez les sympathisants de droite, il ne vient qu'en cinquième position après Nicolas Sarkozy, Edouard Philippe, et même Laurent Wauquiez. On connaît le dicton : chassez le naturel, il revient au galop. Mais s'agissant de Xavier Bertrand déjà très essoufflé, on le voit mal galoper !

À Lire Aussi

Angela Merkel, un modèle pour Valérie Pécresse. Vraiment…?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !