Burkinis et seins nus dans les piscines grenobloises : c’est très bien mais pourquoi pas un burkini-topless ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Tribunes
Burkinis et seins nus dans les piscines grenobloises : c’est très bien mais pourquoi pas un burkini-topless ?
©©capture d'écran Facebook / ACTA

Innovation

Burkinis et seins nus dans les piscines grenobloises : c’est très bien mais pourquoi pas un burkini-topless ?

Grenoble doit oser expérimenter une authentique créolisation culturelle

Michel Villard

Michel Villard

Michel Villard est universitaire. Il écrit sous pseudonyme.

Voir la bio »

Le maire de Grenoble est une source inépuisable de surprises. Il faut dire qu’il est face à un sérieux problème : comment rester moderne tout en soutenant le voile islamique ? Pour lui, il est exclu d’interdire aux femmes de s’habiller comme elles l’entendent. La femme a toujours raison. Sa liberté est sacrée : elle est totale ou elle n’est pas. Au nom de quoi dès lors pourrait-on refuser aux musulmanes de faire trempette dans la tenue qu’elles souhaitent ?

Oui mais voilà : des esprits chagrins osent critiquer. Le burkini est-il vraiment un signe de libération ? Est-il un instrument d’émancipation comme on dit dans les milieux progressistes ? Même quelqu’un comme Sandrine Rousseau, qui s’y connait en matière de libération féminine, pourrait douter : est-on sûr que les femmes voilées cherchent un homme déconstruit ? Rêvent-elles d’avoir pour mari un gentillet bobo urbain qui passe l’aspirateur à la demande tout en se passionnant pour le compost et les steaks végétaux ?

L’argument a dû faire mouche car Piolle a cherché une parade. Il vient de trouver : il entend donc autoriser simultanément le burkini et les seins nus, comme ça tout le monde sera content. La tradition pourra cohabiter harmonieusement avec la modernité. Mieux : en montrant leurs seins, les femmes seront enfin à égalité avec les hommes, même si pour être complet, il faudrait aussi autoriser les hommes à venir nager en burkini. Mais cela ne devrait pas poser de problèmes car les hommes musulmans sont d’un naturel très égalitaire. Ils sont même tellement ouverts qu’ils accepteront sans difficulté de barboter à côté de femmes en version topless, lesquelles n’auront pas à craindre la moindre remarque déplacée.

Tout cela s’annonce donc fort bien. Les piscines de Grenoble vont être célébrées dans le monde entier comme un haut-lieu de la société post-moderne. Son modèle futuriste sera bientôt imité partout en France et dans le monde, jusqu’en Turquie et dans les pays du Golfe.

Mais le projet est-il cependant complet ? Pour aller jusqu’au bout, ne faudrait-il envisager de franchir une étape supplémentaire, c’est-à-dire fusionner les seins nus et le burkini ? Voilà un idéal qui fait carrément rêver : burkini et seins nus en même temps, sur la même personne, la beauté charnelle des femmes se mêlant à leur mystère oriental, l’érotisme voilé cohabitant avec l’érotisme dévoilé. On appellerait cela le burkini-topless, et ce serait assurément la meilleure réponse au choc des civilisations. 

Pour être parfaitement égalitaire, il faudrait évidemment que ce maillot soit rendu obligatoire pour tout le monde, y compris pour les hommes. Non seulement toutes les discriminations cesseraient alors séance tenante puisque tout le monde serait placé sur le même pied, mais en plus la créolisation culturelle chère à Mélenchon ferait un remarquable bond en avant. Et pour peu que ce nouveau maillot soit bio et fabriqué localement, on atteindrait le sublime. 

Vivement l’été prochain à la piscine ! 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !