Bombe à retardement sur Yellowstone : les scientifiques prédisent que l'explosion du super-volcan pourrait causer la mort de 90 000 personnes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le super-volcan de Yellowstone.
Le super-volcan de Yellowstone.
©Reuters

Un gros boum

Bombe à retardement sur Yellowstone : les scientifiques prédisent que l'explosion du super-volcan pourrait causer la mort de 90 000 personnes

Endormi depuis depuis plus 70 000 ans, sa surveillance est primordiale et vitale selon les experts : l'éruption de ce volcan pourrait faire passer aux Etats-Unis un "hiver nucléaire".

Visité par plus de trois millions de personnes chaque année, le parc national de Yellowstone accueille en son sein un "super-volcan" comme le nomme les spécialistes. Endormi depuis depuis plus 70 000 ans, sa surveillance devient aujourd'hui primordiale et vitale selon les experts. Car leur dernière découverte fait froid dans le dos. Les scientifiques prévoient en effet que l'éruption de ce volcan pourrait faire passer aux Etats-Unis un "hiver nucléaire". L'éruption du super-volcan de Yellowstone pourrait provoquer la mort de 90 000 personnes.

En effet, ces chercheurs affirment que l'éruption pourrait être 1000 fois plus forte que celle du Mont Saint Helens, en 1980. Pour rappel, son éruption ne fut pas surprenante, puisque des spécialistes l'avaient annoncée.Le Mont St Helens perdit 400 m de hauteur, et environ un tiers de son volume en quelques minutes ! L’effet de souffle (Blast) causé par l’explosion coucha 600 km² de forêts. D’autres phases éruptives succédèrent à ce paroxysme, l’apport de magma ne se stoppant qu’en 1986.

Voici une vidéo qui montre l'éruption du Mont Saint-Helens et ses conséquences :

A LIRE AUSSI : Des scientifiques percent les secrets des supervolcans et de leurs effets apocalyptiques

Le volcan du Parc national de Yellowstone, situé dans le Wyoming et le Montana, se trouve au sommet d'une immense réserve de roche fondue et dont la dernière éruption il ya 640 000 ans. Il est l'un des plus grands champs continentaux siliciques volcaniques actifs dans le monde. Les experts disent qu'il existe peu de chances que son éruption se produise cette année : 1 sur 1000, selon l'Institut d'études géologiques des États-Unis. Une catastrophe massive n'arrivera probablement pas avant 700 000 ans mais des plus petites éruptions peuvent survenir dans quelques dizaines de milliers d'années. Evidemment, ce ne sont que des statistiques, car les tremblements de terre, comme les éruptions sont souvent imprévisibles. 

Mais, ce que l'on sait est inquiétant. L'éruption pourrait tuer jusqu'à 90 000 personnes presque instantanément et libérer 3 mètres de cendres. Autre comparaison, l'éruption de Tambora. En 1815, les habitants de l'île indonésienne de Sumbawa observent avec stupéfaction l'éruption du volcan Tambora. II s'agit jusqu'alors de la plus grande éruption de l'époque moderne. Les débris éjectés dans l'atmosphère ont été tels que la région connut une année "sans été" et près de 70 000 personnes trouvèrent la mort. Le "supervolcan" de Yellowstone, situé au nord-ouest du Wyoming, est bien plus grand que le Tambora et une éruption massive, qui arrivera tôt ou tard, provoquera un désastre inégalé. Non seulement une bonne partie des Etats-Unis serait ravagée, mais le dégagement massif de cendres dans l'atmosphère bloquerait toute lumière pendant plusieurs années. Et sans lumière, la Terre meurt. Une prévision apocalyptique donc.

Une étude de chercheurs de l'université de l'Utah a déjà dévoilé des détails sur le fonctionnement du super-volcan dans le magazine Science. Les scientifiques ont réussi à décrire les sous-sols les plus profonds de ce gigantesque volcan et la découverte fait (là-aussi) froid dans le dos. En dessous de la chambre de magma classique se situe une autre cavité, bien plus grande et, elle aussi, remplie de cette matière rocheuse semi-liquide, chauffée jusqu'à 1200 degrés Celsius. Surtout, cette dernière pourrait alimenter la première en cas d'éruption. Selon le Washington Post, la quantité de lave découverte pourrait remplir le Grand Canyon, long de 450 km.

Le parc national de Yellowstone est décidément dangereux. Célèbre pour ces visites au milieu des animaux sauvages, cette réserve est donc le théâtre de graves accidents souvent mortels. Un randonneur a ainsi été tué et partiellement dévoré, ce dimanche 9 août. Pas sûr que ce soit la destination idyllique pour les vacances... Pourtant, le premier parc national de l'histoire, fondé en 1872 est aussi un lieu magnifique à la nature luxuriante. La visite se fait par la Grand Loop Road, une route de 235 km qui épouse la forme d'un grand huit, idéale pour avoir un aperçu du parc, a priori le plus visité des Etats-Unis  (3,5 millions de personnes par an).

Large comme la Corse, le Yellowstone s'étendrait sur plus de 8 983 km². Hormis au nord, de Gardiner à Cooke City, un ancien village de mineurs, l'asphalte se cache sous une épaisse couche de neige. On chausse alors des raquettes ou des skis, pour les plus sportifs. Le parc héberge environ 4 000 bisons, une centaine de loups, des hordes de wapitis, des élans, des coyotes, des grizzlis et des pumas. Autant de spécimens que l'on traque avec l'ardeur d'un chasseur. 

(photo Reuters)

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !