Bilan estival : comment les Chinois sont en train d’envahir le marché du camping made in France | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Bilan estival : comment les Chinois sont en train d’envahir le marché du camping made in France
©Pixabay

A la mode

Bilan estival : comment les Chinois sont en train d’envahir le marché du camping made in France

Le camping suscite de plus en plus d'adhésion en Chine, où plusieurs sociétés françaises spécialisées dans le secteur se sont déjà installées. Cela permet aux Chinois de découvrir un modèle de vacances répondant aux besoins de loisir et d'ouverture à la nature qui commencent à émerger. Il est tout à fait possible d'imaginer dans un futur proche que les Chinois deviennent la première population en termes de chiffres dans ce secteur.

Josette Sicsic

Josette Sicsic

Josette Sicsic est sociologue du tourisme et travaille sur le site spécialisté sur le tourisme http://touriscopie.fr/

Voir la bio »
Jean-François  Barral

Jean-François Barral

Jean-François Barral est directeur des Ressources Humaines chez Huttopia, société spécialisé dans le camping
Voir la bio »
Guillaume Patrizi

Guillaume Patrizi

Guillaume Patrizi est fondateur et directeur du site spécialisté dans le camping www.camping-and-co.com

Voir la bio »

Atlantico : En Chine, quelles sont les raisons qui peuvent expliquer le succès grandissant du camping ?

Josette Sicsic : De plus en plus de chinois prennent des vacances, ce qui explique qu’ils aient besoin d’une offre alternative à l'hôtel. Le camping est un concept qui fonctionne depuis que le tourisme et les vacances existent donc il n'y a aucune raison que le camping ne fonctionne pas en Chine. D’ailleurs, cela correspond au budget des classes moyennes, à une demande grandissante de retour à la nature et à une demande intérieure qui se développe de plus en plus.

Guillaume Patrizi : De mon point de vue, il y en a deux :

La première, c’est que le quotidien des Chinois se résume pour une majorité à vivre dans des mégalopoles surpeuplées et polluées. Il y a donc un engouement pour des vacances tournées vers la nature.

Mais le principal levier, c’est vraiment l’accès aux vacances. La Chine connaît la même situation que la France lorsque les congés payés ont été décrétés. Par exemple, ce n’est qu’en 1995 que la semaine de 5 jours a vu le jour. Les Chinois qui partent en vacances à l’étranger ont pour la plupart de gros revenus, mais ceux qui restent en Chine ont peu de période de congés, et pour eux, le camping est un moyen bon marché de se changer les idées et de s’offrir des vacances.

Jean-François Barral : Cela peut s’expliquer par le désir très fort du gouvernement chinois de développer le tourisme suite au treizième plan quinquennal. Le tourisme est un point fondamental de leur réflexion car c’est avant tout un moyen de créer de la consommation intérieure, qui est le nouvel axe leur permettant de maintenir une croissance aux alentours de 6/7%. Le camping était une des orientations stratégique du douzième plan quinquennal de Pékin en vue de développer le tourisme intérieur et de développer de l’activité économique dans les zones rurales. Cet axe a été conforté en faisant du tourisme un des axes cles du développement économique en Chine dans le 13eme plan. La plus grande concentration des campings est située à l’Est de la Chine, à moins de 100 km des grandes villes (Beijing – Shanghai – Hangzhou). On comptait au début des années 2010 une centaine de campings en Chine. Pour mémoire la France en compte 8500. Le camping en Chine commence donc à émerger. C’est-à-dire qu’il permet aux chinois de trouver un panorama différent du décor fortement urbanisé et pollué qui caractérise leur pays. Le camping tel qu’on le conçoit répond à des besoins d’air pur et de retour à une nature qui est le moins artificialisée possible.

En France, le secteur du camping est-il également dynamisé par l'arrivée d’une nouvelle clientèle potentielle chinoise ?

Jean-François Barral : Nous commençons à voir sur nos sites français des Chinois. Certains viennent en avion et louent un camping-car à leur arrivée, mais j’ai déjà vu des personnes ayant fait le trajet Chine/France au volant de leur véhicule. Ceux qui s’y essayent sont avant tout des personnes curieuses et qui souhaitent tester de nouvelles choses. Je pense que c’est un vrai sujet car les Chinois sont un peuple capable de prouesse et d’évolution rapide. Ce qu’ils font un jour peut devenir vrai le lendemain.

Il est d’ailleurs intéressant de noter que leur tourisme se caractérisait par un tourisme collectif et que la démarche individuelle était peu développée. Mais ce modèle change peu à peu vers un modèle de plus en plus individuel. Et le camping a beaucoup à proposer de ce point de vue-là. Beaucoup de faisceaux permettent de nous dire que le camping va se développer en Chine, et que les Chinois viendront camper en France. Mais pour l’instant, le mouvement reste émergent.

Côté chinois, il n’y a pas de chiffres sur le camping qui ont été officiellement publiés sur le site du Ministère du Tourisme. Mais les travaux des professeurs de l’ESTHUA (Université d’Angers) et d’une étudiante qui avait fait son mémoire sur le camping en Chine ont estimé que le marché du camping en Chine pouvait viser près de 30 millions de touristes.

Guillaume Patrizi : Quand on observe les modes de fonctionnement des Chinois dans le tourisme, on constate que leurs vacances se résument à un séjour en hôtel, à un transport en bus d’une capitale européenne à une autre, à des repas dans des restaurants chinois de préférence. Ils gardent leur pouvoir d’achat au maximum pour acquérir des produits de marques de luxe. On est donc à un “stade primaire” du développement du tourisme pour cette population qui le découvre.

Mais ils ne sont pas encore des clients de camping. Cela viendra peut-être dans quelques années, lorsqu’ils auront découvert chez eux ce mode de vacances car c’est quelque chose de très nouveau. D’ailleurs, même sur la création de terrains en Chine, il faut une approche pédagogique car ils doivent apprendre le B.A BA, comme le montage d’une tente, le plantage des piquets, le fonctionnement d’un sac de couchage etc. Cela requiert une adaptation de cette masse de clients intéressants mais qui ne connaît pas encore, ou peu, le camping. S’ils le découvrent chez eux, ce sera plus simple pour eux de venir le pratiquer en Europe, car pour l’instant, rien n’est adapté pour eux, comme les structures de commercialisation, l’accueil dans leur langue ou l’explication du fonctionnement.

Suite aux investissements d'entreprises françaises de camping Huttopia et Indigo en Chine, est-il légitime de penser que la Chine devient un acteur clé dans le développement du tourisme "à la française" ?

Guillaume Patrizi : Je pense que la France est dotée d’un savoir-faire reconnu dans des domaines comme le tourisme ou l’art de vivre. Cela signifie qu’un pays qui découvre peu à peu les vacances va vouloir s’entourer de professionnels et de compétences qu’ils n’ont pas aujourd'hui. Si l’on se fie au rachat de plusieurs compagnies comme la chaîne d'hôtels Accor ou le Club Med, on se rend compte qu’ils vont chercher des compétences clés pour développer leur tourisme sur un marché qui promet des essors exceptionnels. Cela leur évite de partir de zéro en quelque sorte.

Propos recueillis par Thomas Gorriz

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !