Antoine Jouteau - Leboncoin.fr : "On regarde droit devant nous sans regarder ce qui se passe autour de nous" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Antoine Jouteau - DG adjoint Leboncoin.fr
Antoine Jouteau - DG adjoint Leboncoin.fr
©BFM Business

Le Zap'Eco

Antoine Jouteau - Leboncoin.fr : "On regarde droit devant nous sans regarder ce qui se passe autour de nous"

Le replay du jour : 

Antoine Jouteau était l’invité de BFM Business ce matin. Le directeur général adjoint du site Leboncoin.fr était interrogé sur l'efficacité et la réactivité de son site sur la partie offre d'emploi et recrutement. Antoine Jouteau revendique un "site puissant et efficace avec 18 millions de français qui l’utilisent chaque mois". "En deux minutes, vous pouvez déposer votre offre d’emploi et le lendemain vous avez 30 candidats" affirme le directeur général adjoint. Consulté par "un français sur trois", Leboncoin.fr a alors "la capacité d’offrir à 20.000 PME de déposer leur offre d’emploi". Notamment sur les emplois commerciaux qui représentent 70 % des 60.000 offres du site "à pourvoir immédiatement et en CDI pour la plus part ". "Notre site est une machine à fournir des contacts". En matière immobilière, Antoine Jouteau soutient avoir un avantage sur son concurrent Seloger.com : Leboncoin.fr "a la particularité d’avoir des particuliers et des professionnels qui déposent des offres immobilières" et qui paient "en échange de plus de services et d’accompagnement". "On a une tarification singulière, une ambition affichée, une puissance inégalée, on regarde droit devant nous sans regarder ce qui se passe autour de nous". 

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]


Qui a dit ?

"Une finalité et une seule finalité, c’est la croissance pour l’emploi, c’est l’emploi par la croissance."

Réponse :  Pierre Moscovici sur France Info. Le ministre de l'Économie et des Finances était interrogé sur la direction et la cohérence du pacte de stabilité demandé par le président de la République et discuté aujourd'hui par les partenaires sociaux et le gouvernement. Pour le ministre, "l'emploi c'est la première contrepartie" de la baisse des charges du pacte de stabilité, qui refuse que les Français voit la politique économique gouvernementale comme "un cadeau au patronat". 

Le tweet du jour : 

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !