Accident ou sabotage ? Le naufrage du Kharg fragilise l'Iran | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le Kharg était l'un des plus grands navires de la marine iranienne.
Le Kharg était l'un des plus grands navires de la marine iranienne.
©ASHRAF SHAZLY / AFP

Coup dur

Accident ou sabotage ? Le naufrage du Kharg fragilise l'Iran

Le Kharg, l'un des plus grands navires de guerre iraniens, a coulé le 2 juin en mer d’Oman après des heures de lutte contre un incendie d’origine inconnue.

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani

Ardavan Amir-Aslani est avocat et essayiste, spécialiste du Moyen-Orient. Il tient par ailleurs un blog www.amir-aslani.com, et alimente régulièrement son compte Twitter: @a_amir_aslani.

Voir la bio »

Deux drames ont coûté mercredi à l'Iran l'un de ses plus puissants navires militaires et une importante raffinerie pétrochimique, propriété de l'Etat iranien. Le Kharg a coulé au large du détroit d'Ormuz après plusieurs heures de lutte contre un incendie d'origine indéterminée – une explosion survenue dans la salle des machines est parfois évoquée – tandis que quelques heures plus tard, c'est un gigantesque incendie, consécutif à une fuite de gaz et à une explosion, qui s'est déclenché dans la raffinerie au sud de Téhéran.

Le naufrage du Kharg constitue véritablement une lourde perte pour la marine iranienne. Dédié à l'entraînement et au soutien logistique, ce navire de guerre était le plus grand en tonnage jusqu'à la reconversion du Makran au début de l'année comme porte-hélicoptères. Celui-ci ne pourra cependant pas atteindre le niveau d'autonomie du Kharg, capable de ravitailler en hydrocarbures et de réapprovisionner d'autres navires en haute mer. A cet égard, il a plusieurs fois aidé les forces opérationnelles iraniennes à mener des opérations de lutte contre la piraterie au large de la Corne de l'Afrique. Dans la Mer Rouge face aux Israéliens ou lors d'escales en Chine et en Indonésie, il servait également la « diplomatie navale » de l'Iran. On ignore si le Kharg devait se rendre au Venezuela, ou bien devenir un centre de commandement maritime des Gardiens de la Révolution. Dans les deux cas, ces deux affectations étaient hautement stratégiques.

Le naufrage et l'explosion de la raffinerie sont-ils d'origine iranienne, ou bien israélienne ? S'agit-il d'une défaillance technique, ou d'une opération de sabotage ? Toutes ces questions sont soulevées, bien que les analystes penchent sérieusement pour l'hypothèse d'une attaque d'Israël en marge des négociations sur le nucléaire iranien. Les deux accidents sont en effet survenus alors même que l'Iran faisait état de progrès significatifs dans les négociations en vue de réactiver l'accord de Vienne.

À Lire Aussi

Israël face au risque d’une guerre civile ?

L'Iran a fait face ces derniers mois à plusieurs attaques sur ses sites stratégiques, dont le complexe d'enrichissement nucléaire de Natanz, qui ont confirmé de graves défaillances dans la sécurité iranienne, comme la haute performance des opérations d'infiltration israéliennes à l'étranger. L'Etat hébreu a tacitement reconnu sa responsabilité dans plusieurs attaques de terrain, notamment en Syrie, et de cyber-attaques contre l'Iran, tout comme l'assassinat du scientifique Mohsen Fakhrizadeh en novembre dernier. Pour autant, Israël n'a ni démenti ni revendiqué la moindre implication dans la double catastrophe de cette semaine. Le Pentagone a confirmé avoir pris connaissance de la perte du Kharg, sans commenter davantage.

Le Golfe Persique reste néanmoins le théâtre d'une guérilla navale qui dure depuis 2019 entre l'Iran, Israël et les Etats-Unis. Précisément, le 27 avril dernier, une opération assez semblable était survenue dans la Mer Rouge, au large du Yémen, contre un autre navire militaire iranien, le Saviz. Les Israéliens avaient alors prévenu les Etats-Unis de cette attaque, menée officiellement « en représailles à des frappes antérieures de l'Iran », mais étrangement programmée en marge, une fois encore, de progrès manifestes lors des négociations sur le nucléaire iranien.

Ce contexte soulève donc deux hypothèses. Dépité par la volonté de Joe Biden de reprendre le dialogue avec Téhéran, Israël pourrait avoir décidé d'agir de manière indépendante contre l'Iran en vue de défendre sa sécurité nationale. Une autre possibilité serait celle d'opérations menées en réalité par proxy par les Américains, en vue d'affaiblir Téhéran et de gagner davantage de marge de manœuvre dans les négociations à Vienne. Dans les deux cas, Israël n'a jamais caché, depuis le mois d'avril, sa ferme opposition à ce traité qu'il considère inapte à limiter les ambitions militaires de l'Iran. Après l'attaque menée contre le site de Natanz, Washington s'était gardé de tout commentaire, se bornant à nier toute implication « de quelque manière que ce soit ».

À Lire Aussi

Israël : nouveau directeur du Mossad mais même objectif : l'Iran

Pour l'heure, la République islamique n'a pas répondu à ces provocations. Elle a en effet tout intérêt à minimiser les succès israéliens, à la fois pour éviter de souligner ses propres faiblesses en matière de sécurité intérieure, mais aussi pour ne pas envenimer les négociations sur l'accord de Vienne. Pour éviter le piège de l'escalade dans lequel Israël aimerait tant le voir tomber, l'Iran pourrait choisir, à dessein, la résistance et la patience.

Une dernière thèse, plus embarrassante, mérite néanmoins d'être soulevée : celle de l'accident provoqué par la vétusté de l'équipement militaire de la République islamique. Commandé à l'époque du Shah à la Grande-Bretagne et achevé en 1977, le Kharg n'a été livré qu'en 1984, en pleine guerre contre l'Irak, après de longues négociations. Si de tels accidents peuvent frapper n'importe quelle armée, leur récurrence au sein des forces iraniennes pose tout de même question. Mardi dernier, la veille du naufrage du Kharg, une défaillance technique des sièges éjectables d'un F-5 antérieur à 1979 a coûté la vie à deux pilotes, alors que l'appareil était encore au sol. L'année dernière, durant un exercice militaire, un missile lancé d'une frégate iranienne a frappé par erreur un autre navire dans le port de Jask, faisant 19 morts et 15 blessés parmi les marins. En 2018, un contre-torpilleur iranien avait également coulé en mer Caspienne en raison d'une erreur humaine. Entre 2003 et 2020, pas moins d'une vingtaine d'accidents dus à des défaillances techniques ont été relevés au sein des forces armées iraniennes. Qu'il soit donc le fait d'une nouvelle opération de sabotage israélienne ou d'une défaillance technique, le naufrage du Kharg met malheureusement en lumière les failles du système de sécurité iranien, y compris dans le contre-espionnage, dans un contexte diplomatique pourtant lourd d'enjeux pour son avenir économique et géopolitique.

À Lire Aussi

En Iran, la stratégie risquée des conservateurs pour remporter l'élection présidentielle

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !