À quoi ressemble le club très privé des 1% les plus riches au monde ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
À quoi ressemble le club très privé des 1% les plus riches au monde ?
©Reuters

Répartition des richesses

À quoi ressemble le club très privé des 1% les plus riches au monde ?

Quelques 48 millions de personnes peuvent se vanter de faire partie du club très privé des 1% les plus riches du globe. Mais quelles sont les nationalités les plus représentées ? À quoi ressemblerait ce groupe si on le réduisait à un village de 100 personnes ? Mise en perspective.

Les écarts de richesse dans le monde sont vertigineux. Pour vous donner une idée, les 80 personnes les plus riches au monde détiennent la moitié des richesses globales, le reste étant partagé entre les quelque 7,5 milliards d'individus qui peuplent la Terre. Si les 1% les plus riches au monde représentent 48 millions de personnes, la part de la richesse mondiale qu'ils détiennent n'est pas tellement plus grande que celle possédée par ces 80 super riches. Avec une telle inégalité de richesse entre ces deux catégories, imaginez donc le fossé qui sépare les super riches des plus pauvres de ce monde.

Vous en faites peut-être partie

Mais revenons à notre club déjà très privé des 1% les plus riches, dont vous faites d'ailleurs peut-être partie si la totalité de vos possessions et comptes en banque sont d'une valeur cumulée supérieure à 770 000 dollars, soit environ 690 000 euros. Environ un Français sur dix peut se targuer d'en faire partie. Mais à quoi ressemblerait ce groupe si on le réduisait à un village de 100 personnes ? Quelles seraient les nationalités les plus représentées ? Le groupe bancaire Crédit Suisse a publié un rapport sur la répartition des richesses dans le monde. Des données que le site américain Quartz a exploitées afin de pouvoir formuler cette comparaison.

Et ce sont sans surprise les Américains qui sont de loin les plus représentés parmi les 1% les plus riches. Plus d'une personne sur trois (37,8%) de ce club est un Américain. À noter que leur présence au sein de ces 48 millions de personnes s'est renforcée, puisqu'ils ne représentaient "que" 32,9% en 2010. Une tendance que ne partagent pas les Japonais, deuxièmes au classement, comptant pour 9,6% de l'effectif, contre 12% il y a six ans. Suivent ensuite les Britanniques (7,3%), les Français (5,3%) et les Allemands (5,1%) dont la représentation stagné ou faibli depuis 2010, notamment chez les Français. On constate en outre une forte augmentation du nombre de personnes riches en Chine, 6ème au classement, dont la représentation est passée de 0,8% à 4,8%.

On peut notamment constater que l'émergence économique mène à un accroissement drastique des écarts de richesses. Tandis qu'au Royaume-Uni, pays développé, les 1% les plus riches possèdent 24% des richesses du pays, cette proportion s'étend en au pays émergent qu'est l'Inde à 60% des richesses nationales, dans les poches des 1% les plus aisés.

Si cet ensemble des 1% les plus riches du monde s'appliquait à un village de 100 habitants, on compterait donc 38 Américains, 10 Japonais, sept Britanniques, cinq Français, cinq Allemands, cinq Chinois, quatre Australiens, quatre Canadiens, quatre Italiens, deux Coréens, deux Suisses, un Autrichien, un Belge, un Brésilien, un Danois, un Indien, un Néerlandais, un Néo-Zélandais, un Norvégien, un Singapourien, un Espagnol, un Suédois, un Taïwanais, ainsi que six personnes d'origines diverses. Un joli village cosmopolite donc, mais avec un bon nombre d'Américains.

Si ce village ne représentait pas les nationalités, mais les continents d'où l'on provient, on compterait alors 42 personnes d'Amérique du Nord, 32 Européens, 25 venant d'Asie-Pacifique, une d'Amérique latine… et pas un seul Africain.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !