« A Lille 5000 à 7000 jeunes blancs exaltés » | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Eric Zemmour a présenté son programme sur le pouvoir d'achat ce week-end à Lille.
Eric Zemmour a présenté son programme sur le pouvoir d'achat ce week-end à Lille.
©JULIEN DE ROSA / AFP

Le titre affreux de Libération

« A Lille 5000 à 7000 jeunes blancs exaltés »

C’est tout ce que ce journal a retenu du meeting de Zemmour.

Benoît Rayski

Benoît Rayski

Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.

Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge (Denoël), ou encore de L'homme que vous aimez haïr (Grasset) qui dénonce l' "anti-sarkozysme primaire" ambiant.

Il a travaillé comme journaliste pour France Soir, L'Événement du jeudi, Le Matin de Paris ou Globe.

Voir la bio »

L’auteur de « La France n’a pas dit son dernier mot » était en terre ouvrière. Une terre de tradition de gauche. Dans la ville de Martine Aubry qu’il n’a pas épargnée.

La salle était remplie, pleine à craquer et chauffée à blanc (sans jeu de mots). La foule galvanisée par Zemmour criait « on est chez nous » !

Et Libération voyant les images a titré : « 5.000 à 7.000 jeunes blancs (avec un petit –b) exaltés ». Tout journal digne de ce nom aurait écrit « 5.000 à 7.000 personnes exaltées ». Ou « 5.000 à 7.000 participants exaltés ». Mais pas Libération.

Pour ce journal, être blanc est une tare, une circonstance définitivement aggravante. Les limiers de Libération ont certainement scruté un à un les participants au meeting. Et n’y ont pas trouvé de Noirs ou d’Arabes

Or pour Libération la présence de personnes issues de la diversité est un ingrédient indispensable, une garantie de conformité à la doxa antiraciste de ce journal. Mais il y a quelque chose qui a échappé au journal : Zemmour a engrangé des voix Outre-Mer. Il a été rejoint par une eurodéputée de Guadeloupe qui a quitté Marine Le Pen pour rallier Reconquête !. La fille est noire ! Mais à coup sûr pour Libération elle est ce qu’on  appelle une « bounty » ou en termes plus clairs, utilisés en banlieue, une « suceuse de blancs ».

Si Libération faisait son travail, ses journalistes se seraient intéressés au fond du discours de Zemmour. Et là, il y avait des choses à dire sur ses inclinaisons vichyssoises. Zemmour a prôné la fin de la lutte des classes et la réconciliation contre les patrons et les ouvriers. Plus de syndicats, plus de CNPF ! Tous fraternellement unis contre les multinationales, l’ennemi désigné par Zemmour. Il n’a pas dit « multinationales apatrides » mais ce n’était pas loin.

Zemmour a exalté le travail, une « vertu française ». Il a célébré la patrie. Avec un mot de plus, on serait revenu à « travail, famille, patrie ». Un slogan cher au Maréchal Pétain. Libération, journal affiché de gauche, aurait pu en parler. Mais pour cela, il aurait fallu faire du journalisme. Et ne pas être obnubilé par les « blancs » jugés intrinsèquement détestables. 

À Lire Aussi

Quand Marine Le Pen brandit contre Zemmour les heures les plus sombres de notre histoire…

Le sujet vous intéresse ?

À Lire Aussi

Shaïna, 15 ans, violée par quatre brutes : seulement 9 mois de prison avec sursis pour les violeursAli Rabeh (maire de Trappes) : « Notre France s’imposera de gré ou de force »

Mots-Clés

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !