À la recherche d’un nouveau capitalisme dans les décombres de la mondialisation | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Depuis la crise financière de 2008, la communauté internationale se mobilise, notamment avec les sommets du G20, afin de tenter d'apporter des solutions.
Depuis la crise financière de 2008, la communauté internationale se mobilise, notamment avec les sommets du G20, afin de tenter d'apporter des solutions.
©Ludovic Marin / AFP

Economie mondiale

À la recherche d’un nouveau capitalisme dans les décombres de la mondialisation

C’est un véritable voyage au centre du dogme néolibéral qu’envisage pour Atlantico Oren Cass, directeur exécutif d'American Compass.

Oren Cass

Oren Cass

Oren Cass est directeur exécutif d'American Compass.

Voir la bio »

Atlantico : Dans quelle mesure la mondialisation a-t-elle été perçue comme une extension du capitalisme ? Est-elle vraiment son aboutissement ?

Oren Cass : Nous associons le capitalisme à la liberté des marchés, et nous partons donc du principe que des marchés plus grands et plus libres sont toujours meilleurs, et que la mondialisation est l'objectif à atteindre. Le problème est que de nombreux marchés dans le monde ne sont pas libres du tout. Ainsi, si nous supprimons les barrières entre un marché libre dans une démocratie libérale comme celle des États-Unis et un marché contrôlé par l'État comme celui de la Chine, nous n'avons pas fait avancer la cause des marchés libres ou du capitalisme. Nous n'avons fait qu'endommager le marché américain en y introduisant toutes les distorsions de la Chine.

Comment vous êtes-vous rendu compte de cette erreur alors qu'elle est largement partagée ?

L'utilisation croissante par la Chine du levier économique pour faire avancer ses objectifs politiques est le phénomène qui a rendu nos erreurs les plus évidentes. Nous tenons pour acquis que les valeurs démocratiques telles que la liberté d'expression vont de pair avec une économie de marché dans laquelle les capitalistes à la recherche de profits se comportent de manière à améliorer la situation de tous. Mais que se passe-t-il lorsque les capitalistes voient la plus grande opportunité de profit dans un pays autoritaire ? Tout à coup, ils doivent censurer ce qu'ils disent pour plaire au parti communiste chinois. Ainsi, ce que nous pensions faire pour permettre des progrès pour la "liberté" en termes économiques réduisait en même temps notre liberté politique.

Que nous apprennent Smith et Ricardo sur cette confusion ? Vient-elle d'une lecture fragmentée des deux auteurs ?

À Lire Aussi

Le capitalisme est en crise mais la mondialisation n’est pas au premier rang des coupables

La question est de savoir ce que Smith et Ricardo ne nous apprennent pas. Beaucoup de gens utilisent les économistes classiques pour promouvoir la mondialisation, pensant que des principes comme "la main invisible" et "l'avantage comparatif" enseignent que la mondialisation générera la prospérité. C'est tout simplement faux. Smith et Ricardo n'avaient aucune idée de la mondialisation moderne et n'ont pas écrit à son sujet. Au contraire, ils ont clairement indiqué que leur analyse ne s'appliquait qu'aux situations où les pays échangeaient des biens contre des biens de manière équilibrée. Si vous pensez qu'Adam Smith plaidait pour que le Royaume-Uni accumule des déficits commerciaux massifs en pratiquant le "libre-échange" avec une dictature communiste mercantiliste qui lui volait sa technologie, vous n'avez probablement pas lu Adam Smith. 

Est-il encore possible de sauver le capitalisme de la mondialisation ? Quels sont les points les plus importants à sauver ?

Oui, je le pense. Une nation qui souhaite faire fonctionner une économie capitaliste doit isoler son propre marché des autres pays du monde qui ne pratiquent pas eux-mêmes le capitalisme. Cela ne signifie pas qu'il faille éviter le commerce - il est évident que le commerce est un élément important du capitalisme. Mais le commerce doit se faire de manière équilibrée et contrôlée. Si vous êtes à Los Angeles, une transaction avec quelqu'un à New York sur le marché américain en vertu du droit américain n'est pas la même chose qu'une transaction avec quelqu'un à Shanghai qui opère sur le marché chinois en vertu du droit chinois. Si des marchandises chinoises doivent circuler sur les marchés américains, elles doivent être produites dans des conditions compatibles avec le système capitaliste américain, et elles doivent être échangées contre des marchandises américaines qui retournent en volume égal en Chine. 

À Lire Aussi

Non, la crise finale du capitalisme n’est pas arrivée

Est-il important de le faire rapidement ? Quelles seraient les conséquences pour l'économie mondiale si nous continuions à confondre capitalisme et mondialisation ?

Il n'est pas possible de le faire rapidement. Nous avons passé des décennies à déployer des investissements, à créer des sociétés multinationales et à mettre en place des chaînes d'approvisionnement qui participent à la mondialisation. Il faudra des années, au moins, pour réparer les dégâts. Mais il est d'autant plus important de commencer maintenant, de cibler immédiatement les pires abus et de présenter une stratégie claire et crédible pour passer à un nouveau système de commerce équilibré, afin que les investisseurs et les entreprises sachent à quoi s'attendre et puissent commencer à agir en conséquence. Une nation comme l'Amérique dispose de plusieurs options politiques - comme un tarif douanier, une taxe d'accès au marché ou un certificat d'importation - qui pourraient éliminer progressivement son déficit commercial en réduisant les importations et en stimulant les exportations. Nous devrions en choisir une et la mettre en œuvre, en renforçant ses dispositions de manière progressive et prévisible, de sorte qu'au bout de dix ans, nous soyons arrivés à une situation où l'Amérique n'importe que ce qu'elle ne peut pas produire sur place, et où ces importations créent une demande comparable pour les exportations vers d'autres pays.

À Lire Aussi

Faut-il sauver le soldat capitalisme de la mondialisation (et voilà pourquoi il serait urgent de s’y atteler) ?

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !