2013 - 2023 : l'Europe et ses problèmes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
La nouvelle année commence, il est donc temps de se pencher sur ce qui nous attend, et notamment sur le sort de l'Europe.
La nouvelle année commence, il est donc temps de se pencher sur ce qui nous attend, et notamment sur le sort de l'Europe.
©

Boule de cristal

2013 - 2023 : l'Europe et ses problèmes

La nouvelle année commence, il est donc temps de se pencher sur ce qui nous attend, et notamment sur le sort de l'Europe. Alors que celle-ci cherche à sortir d'un cauchemar, George Friedman rappelle qu'elle aura deux problèmes majeurs au cours de la prochaine décennie : définir ses relations avec la Russie et déterminer le rôle de l'Allemagne. Extrait de "La prochaine décennie - où nous étions... Et où nous allons" (1/2).

George Friedman

George Friedman

George Friedman est directeur général de renommée mondiale de Stratfor, agence de renseignement et de veille stratégique américaine fondée en 1996, est également connu pour ses nombreux ouvrages d'anticipation géopolitique. Avant de rejoindre le secteur privé, Friedman a enseigné pendant 20 ans les sciences politiques au Dickinson College et a été dans le même temps le conseiller de l'armée et de l'administration des Etats-Unis sur les questions de la défense nationale et de la sécurité.

Voir la bio »

L’Europe actuelle cherche à sortir d’un cauchemar. La première moitié du XXe siècle fut une boucherie, de Verdun à Auschwitz. La seconde moitié fut placée sous la menace qu’une possible guerre nucléaire, opposant l’Amérique à l’Union soviétique, ait lieu sur le territoire européen. Éreintée par la guerre et l’incertitude, l’Europe commença à imaginer un monde dans lequel tous les conflits seraient économiques, et gérés par les bureaucrates de Bruxelles. Elle commença même à parler de « fin de l’histoire », dans le sens où l’intégralité des conflits idéologiques hégéliens aurait été résolue. Lors des deux décennies suivent l’effondrement de l’URSS, elle eut l’impression d’avoir réalisé son utopie, mais aujourd’hui l’avenir est beaucoup plus flou. Si je me projette sur les dix années à venir, je ne vois pas de retour aux tranchées et aux camps de concentration, mais je vois la recrudescence de tensions géopolitiques sur le continent, et, avec elles, les prémices de conflits plus sérieux.

Au cours des dix prochaines années, l’Europe aura deux problèmes majeurs. Le premier consistera à définir le genre de relation qu’elle veut entretenir avec une Russie sur le retour. Le second consistera à déterminer le rôle que jouera l’Allemagne, c’est-à-dire l’économie européenne la plus dynamique. Le paradoxe russe – une économie faible et une armée forte – persistera, tout comme le dynamisme allemand. Les autres pays européens doivent déterminer la nature des relations qu’ils désirent entretenir avec ces deux puissances, avant de pouvoir définir le type de relation qu’ils veulent entre eux. Les pressions dues à cette décisions mèneront à l’émergence d’une Europe très différente à l’horizon 2020, et représentera un casse-tête important pour les Etats-Unis.

[…]

Depuis la chute du communisme, les Etats-Unis n’ont pas développé de stratégie en ce qui concerne l’Europe – un manquement franchement incroyable. Cette erreur sera vite rectifiée. Pendant les années 1990, l’Amérique présuma tout simplement que ses intérêts et ceux des Européens étaient identiques, et cette présomption ne fut jamais démentie par les conditions idéales de cette décennie. L’émergence de l’Union Européenne n’apparut jamais comme une menace pour les Etats-Unis, mais simplement comme une évolution naturelle qui ne posait aucun problème. Alors que les Etats-Unis agissaient auparavant par habitude, dans la décennie à venir ils devront se remettre à penser et à planifier.

__________________________

Extrait de La prochaine décennie - où nous étions... Et où nous allons, Editions Gilles Paris, novembre 2012

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !