10 manières de réduire vos risques d'avoir des maladies cardio-vasculaires | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
10 manières de réduire vos risques d'avoir des maladies cardio-vasculaires
©

Série

10 manières de réduire vos risques d'avoir des maladies cardio-vasculaires

Maladies coronaires, infarctus du myocarde ou accident vasculaire cérébrale proviennent tous de maladies cardio-vasculaires. Faire attention à son mode de vie peut prévenir les risques.

Yves El Bèze

Yves El Bèze

Yves El Bèze est cardiologue et directeur de l'Institut du Coeur Paris-Centre.

Voir la bio »

Les maladies cardio-vasculaires peuvent être congénitales ou provenir de facteurs indépendants de notre mode de vie. Mais une très grande majorité des maladies-cardio-vasculaires sont des conséquences directes d'une mauvais hygiène de vie. Dans un environnement de plus en plus sédentaire et où l'alimentation est de plus en plus confiée à des cuisiniers extérieurs (plats surgelés, restaurants, grignotage), les risques augmentent et il importe de garder une maîtrise sur sa condition physique.

  • Avant toute chose, il faut bouger: l'exercice physique est principal pour prévenir les maladies cardio-vasculaires, et en particulier les exercices d'endurance: l'idéal est de faire trois fois par semaine 45 minutes d'une activité comme la marche rapide, le vélo, la natation ou la course à pied. Il faut cependant vérifier régulièrement l'état de son coeur auprès d'un médecin pour gérer l'intensité des exercices.
  • Trouver le bon poids est capital: il faut d'abord l'obtenir et le maintenir. La lutte contre la surcharge pondérale passe par un régime hypo-caloriques, c'est à dire où l'on dépense plus de calories que l'on en reçoit. Pour cela, tout dépend de l'activité physique de chacun, mais surveiller son alimentation est important. En cas de surcharge androïde particulièrement, il s'agit d'être vigilent: si la graisse se concentre dans le pourtour abdominale, c'est problématique. En revanche la présence de graisses dans les hanches ou les fesses n'est pas un signe de mauvaise santé.
  • Les fumeurs sont beaucoup plus susceptibles que les non-fumeurs de développer des maladies cardio-vasculaire. Il faut insister sur la prévention auprès des jeunes, car de plus en plus de jeunes filles notamment, commencent la cigarette dès 12-13 ans. Il est extrêmement important de rappeler que la cigarette est l'ennemi n°1 en terme de santé, et que seul le sevrage définitif est efficace. Il importe de dire que la cigarette n'apporte rien en terme de qualité de vie et que chaque fumeur doit se poser la question pour chaque cigarette si elle est nécessaire à son bien-être.
  • Pour l'alcool, pas de jugements moraux: dans la mesure d'un à deux verres d'alcool quotidiennement, les effets sont bénéfiques pour la santé. Si tous les alcools sont intéressants, ils ne le sont pas à la même dose: 4cl de vodka, 14cl de vin et 25cl de bière correspondent à un verre d'alcool. Les Français aiment à penser que le vin rouge en particulier a des effets bénéfiques, et c'est en partie vrai car certains de ses composants sont intéressantsprotecteurs. Mais les Russes ont aussi leurs arguments pour la vodka, et les Allemands pour la bière! En revanche, à partir du troisième verre, les dégâtssont immédiats, et la prévention est là-aussi nécessaire.
  • Le gros point auquel il faut prêter attention est l'alimentation: les grands principes sont de diminuer l'absorbtion de graisses saturées de provenance animale (viande rouge, charcuterie, laitage), augmenter celle de graisses non saturées présentes dans l'huile de colza ou de tournesol, et privilégier aussi certaines graisses d'origine animale, comme celles des poissons de mers froides (sardines, maquereau, saumon). Les graisses utilisées sont indiquées sur les emballages des produits préparés, et lire les étiquettes, bein que contraignant, est un bon outil de prévention.
  • Certaines populations sont à risque, et notamment les diabétiques. Ainsi il faut apporter un soin particulier à la prévention et au traitement du diabète, facteur majeur dans l'apparition des maladies cardio-vasculaires.
  • De même, l'hypertension artérielle est un facteur de risque important. Afin de prévenir l'hypertension, il faut faire un régime au niveau des graisses mais aussi pauvre en sel. 
  • Enfin les maladies des lipides sont à surveiller: l'hypercholestérolémie qui consiste à un excès de mauvais cholestérol nocif pour les artères. Il faut diminuer son taux en faisant un régime et en privilégiant les graisses non saturées.
  • Combattre le stress est aussi un bon moyen de prévention: tout le monde n'est pas égal face au stress, et chacun gère son stress différemment. Pour les personnes vraiment anxieuses, la pratique du yoga ou de certaines activités physiques régulièrement permet d'évacuer des tensions. Lorsque l'on a un métier stressant, il faut apprendre à se ménager des pauses dans la journée pour diminuer la pression.
  • Enfin, il existe des bilans cardio-vasculaires indispensables pour les personnes à risques, et très conseillé pour les hommes de plus de 50 ans et les femmes de plus de 55 ans.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !