"Truffaut, Correspondance" : La vie de François T. (comprenne qui pourra) | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
"Truffaut - Correspondance" est à découvrir à la Manufacture des Abbesses à Paris.
"Truffaut - Correspondance" est à découvrir à la Manufacture des Abbesses à Paris.
©

Atlanti-Culture

"Truffaut, Correspondance" : La vie de François T. (comprenne qui pourra)

"Truffaut - Correspondance" est à découvrir à la Manufacture des Abbesses à Paris.

Jean-Pierre Hané

Jean-Pierre Hané

Jean-Pierre Hané est chroniqueur pour Culture-Tops. Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).

 

Voir la bio »

"Truffaut, Correspondance"

François Truffaut
DUREE: : 1H10
Mise en scène : Judith d’Aleazzo et David Nathanson
Avec : David Nathanson
Au piano : Antoine Ouvrard ou Pierre Courriol

INFOS & RÉSERVATION

LIEU La Manufacture des Abesses
7 RUE VERON
75018 PARIS
01.42.33.42.03
A partir du 1er décembre 2021 Du mercredi au samedi à 21H et le dimanche à 17H Relâche le 21 Janvier
Notre recommandation : EXCELLENT 

THÈME

• Sous nos yeux, un pianiste à sa table et un homme concentré, assis dans un fauteuil, qui ressasse les pensées qui le traversent. La musique baigne le plateau et…il parle … ou plus exactement, il écrit. 

• C’est François Truffaut. C’est sa correspondance qui s’égrène au fil de la plume, au bord des lèvres et du cœur. Il interpelle les interlocuteurs de sa vie. Cette vie qu’on découvre pour qui le cinéma fut le remède miracle de sa vie.

POINTS FORTS

• L’interprétation de David Nathanson est incarnée sans jamais être « jouée » : c’est une déclaration d’amour de l’interprète à un homme qu’il admire. Ce faisant, il s’est abandonné aux mains de sa metteuse en scène, qui l’a dirigé finement avec justesse et précision. Nathanson ne joue jamais François Truffaut, il incarne une force de vie étonnante, la force d’une résilience longue et patiente.

• S’ajoute à cela un choix de lettres judicieux, et fort différent de celui opéré par Robin Renucci il y a quelques années.

• Les astuces visuelles du scénographe avec ses projections en retrait. Une économie de moyen pour laisser le champ libre à l’imagination et à la sensibilité du spectateur.

QUELQUES RÉSERVES

Une musique parfois trop présente…mais l’intention est louable.

ENCORE UN MOT...

• Dans cet objet théâtral singulier qui nous est proposé, on est surpris par la forme minimaliste, réduite à sa plus simple expression. François Truffaut ne nomme pas ses interlocuteurs : « Monsieur », « Madame » sont les destinataires de ces lettres, que parfois on reconnaît au fil du temps, mais que bien souvent on découvre. Au besoin le merveilleux pianiste qui l’accompagne lève le voile de l’identité jamais révélée par les mélodies jouées. C’est un duo symbiotique que ces deux êtres là au plateau n’en faisant plus qu’un.

• Une fois cette forme acceptée, on plonge dans les méandres de la vie accidentée de cet être qu’on croit connaître à travers ses films. On est immergé dans ce parcours multi-accidenté de la vie et on découvre un autre Truffaut. On rencontre François. Un François blessé, révolté, animé d’une force de vie, d’une conviction, d’une revendication, d’une véhémence parfois… C’est un François virulent, pétri d’une humanité heurtée qui fut sauvé par le cinéma à l’âge de 18 ans avec une rencontre déterminante.

• On pourrait croire ce spectacle destiné à un public cinéphile averti, il n’en est rien. On ne parle jamais de Truffaut, mais on découvre François.

UNE PHRASE

« Jean-Luc, 
Pour ne pas t’obliger à lire cette lettre désagréable jusqu’au bout, je commence par l’essentiel : je n’entrerai pas en co-production dans ton film. Deuxièmement, je te retourne ta lettre à Jean-Pierre Léaud : je l’ai lue et je la trouve dégueulasse… » 

« Cher Jean-Louis Bory,
Ces déchirements qui sont comme des morts, la sensation du trou noir, du je n’existe plus, cette irréalité des visages croisés sans la rue, tout cela je l’ai connu et aussi la certitude qu’on ne peut pas faire comprendre aux autres ce qui se passe en soi, le concret qui se dérobe, ce vide hébété ? »

« Chère Sarah,
Bienvenue parmi nous. Tu verras, ce n’est pas drôle tous les jours, mais enfin… Parfois la vie est une tartine de confiture, d’autres fois, une tartine de m… toujours est-il qu’il faut la manger jusqu’au bout… »

L'AUTEUR

• En dehors du scénariste, de l’écrivain et du journaliste que nous connaissons bien, c’est l’écrivain que nous découvrons aujourd’hui. Le réalisateur du Dernier métro largement « césarisé », c’est L’homme qui aimait les femmes et qui l’a tant dit dans son cinéma, c’est le regard lucide sur le cinéma dans La nuit américaine, c’est la bouleversante tragédie de La femme d’à côté

• Truffaut a tourné avec les plus grandes figures du cinéma français de ces quarante dernières années, il a même joué dans un film de Steven Spielberg comme comédien (Rencontres du troisième type). Il a vécu le rêve américain mais c’est la figure de proue d’un cinéma français de qualité qui nous marque encore.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !