Sri Lanka : le président juge "indécent" un concert d'Enrique Iglesias | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Selon le président du Sri Lanka, les organisateurs de cette performance mériteraient d'être "fouettés à l'aide de queues de raies armées toxiques".
Selon le président du Sri Lanka, les organisateurs de cette performance mériteraient d'être "fouettés à l'aide de queues de raies armées toxiques".
©Capture / Youtube

Morale

Sri Lanka : le président juge "indécent" un concert d'Enrique Iglesias

Pendant l'un des concerts d'Enrique Iglesias dans la capitale du Sri Lanka au mois de décembre, de nombreuses femmes étaient montées sur scène pour embrasser le chanteur alors que d'autres lui jetaient leurs sous-vêtements.

Le président du Sri Lanka, Maithripala Sirisena, a estimé dimanche 27 décembre que l'un des concerts du chanteur de pop espagnol était particulièrement choquant. D'après le dirigeant, les organisateurs de cette performance mériteraient même de recevoir l'un des châtiments traditionnels du Sri Lanka, à savoir être "fouettés à l'aide de queues de raies armées toxiques".

Pendant l'un des concerts d'Enrique Iglesias dans la capitale du Sri Lanka au mois de décembre, de nombreuses femmes étaient montées sur scène pour embrasser le chanteur alors que d'autres lui lançaient leurs sous-vêtements, s'est indigné le président lors d'un meeting : "Cette attitude indécente contrevient à notre culture (…) Je ne dis pas que ces femmes indécentes devraient être fouettées aux queues de raies armées toxiques, mais ceux qui ont organisé ce concert devraient l'être".

Particulièrement dangereuse, la raie armée est dotée d'une queue en forme de fouet qui comporte des aiguillons acérés. Au Sri Lanka, cette punition était réservée aux dangereux criminels il y a plusieurs décennies. Aujourd'hui, c'est une expression employée dans le pays pour désigner un châtiment particulièrement sévère. 

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !