Pékin interdit les voitures Tesla dans la station balnéaire préférée des dirigeants chinois | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Pékin interdit les voitures Tesla dans la station balnéaire préférée des dirigeants chinois
©MARK RALSTON / AFP

Présence non désirée

Pékin interdit les voitures Tesla dans la station balnéaire préférée des dirigeants chinois

Les voitures Tesla seront interdites d'accès dans la région Beidaihe pendant au moins deux mois à compter du 1er juillet, ou se tient une réunion annuelle des dirigeants du parti communiste chinois, a déclaré lundi à Reuters un responsable local de la police de la circulation.

La décision des autorités de Beidaihe intervient quelques semaines après l'interdiction faite aux voitures Tesla de circuler sur certaines routes de la ville centrale de Chengdu, qui coïncidait avec une visite du président chinois Xi Jinping dans la ville.

Le responsable de la brigade de police de la circulation de Beidaihe, qui a refusé de donner son nom, n'a pas donné de raison à cette décision. Il a simplement déclaré que cela concernait des « affaires nationales ». 

Beidaihe, une station balnéaire à l'est de Pékin, accueille traditionnellement une réunion avec des hauts dirigeants chinois. En général, la Chine n'annonce pas officiellement les dates de cette réunion.

L'année dernière, l'armée chinoise a interdit aux voitures Tesla d'entrer dans ses complexes, invoquant des problèmes de sécurité liés aux caméras installées sur les véhicules.

Elon Musk a déclaré que les voitures Tesla n'espionnaient pas en Chine ou ailleurs. Alors que de plus en plus de constructeurs équipent leurs véhicules de capteurs en tout genre, Tesla a déclaré que toutes les données générées par les véhicules vendus en Chine seraient stockées dans le pays.

La Chine est l'un des plus grands marchés et sites de production de Tesla, qui y fabrique des véhicules Model 3 et Model Y destinés à la vente intérieure et à l'exportation depuis son usine de Shanghai, le centre économique du pays.

Reuters

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !