La langue basque a toujours été entourée de mystère quant à son origine aujourd'hui on en sait un peu plus | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
Main avec écriture basque
Main avec écriture basque
©Alistair Dodds

Archéologie

La langue basque a toujours été entourée de mystère quant à son origine aujourd'hui on en sait un peu plus

La connaissance du basque ancien progresse

L'une des nombreuses raisons pour lesquelles les origines du basque sont si incertaines est que, tout au long de son existence, il a toujours été une langue qui s'est transmise de génération en génération par la voie orale plutôt que par le texte explique Alistair Dodds qui parle courrament Basque, Anglais, Espagnol, et Français.

Cela explique pourquoi il existe presque pas de traces écrites de l'ancien basque, ce qui en fait une langue très difficile à retracer dans le temps. Jusqu'à présent, le premier récit écrit du basque a été publié en 1545 (!) sous la forme d'un livre intitulé "Linguae Vasconum Primitiae" par Bernard Etxepare.

Il existe de nombreux signes de l'existence du basque avant 1545, bien sûr;  on les trouve principalement dans l'étymologie des noms de villes et villages de la zone d'influence qu'occupait autrefois le basque, qui s'étendait de Santander à Bordeaux et du golfe de Gascogne à Andorre.

Le 18 juin 2021, un objet métallique en forme de main a été trouvé dans une fouille archéologique près de la ville d'Irulegi, une colonie qui a été habitée à l'âge du bronze et à la fin de l'âge du fer.

Quatre mots ont été trouvés sur cette main, dont le premier étant "Sorioneku", qui se traduit naturellement par le mot basque moderne "zorioneko" qui signifie "de bonne fortune".

C'est la première fois que l'on trouve une trace écrite en basque remontant à avant 1545.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !