Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
©Scott Wintrow / Getty Images North America / Getty Images via AFP

Violences sexuelles

Evan Rachel Wood sort du silence et accuse à son tour Marilyn Manson d'abus sexuels

L'actrice Evan Rachel Wood est sortie du silence ce lundi 1er février et a donné le nom de l'homme qui l'aurait agressée pendant des années. Evan Rachel Woods a publié un message sur Instagram accusant l'artiste Marilyn Manson.

L'actrice Evan Rachel Wood a décidé de donner le nom de l'homme qui l'aurait agressée pendant des années. La comédienne a publié un message sur les réseaux sociaux en accusant le chanteur Marilyn Manson.
 
"Le nom de celui qui a abusé de moi est Brian Warner, aussi connu du monde sous le nom de Marilyn Manson".
 
Evan Rachel Wood a été en couple avec l'artiste de 2007 à 2010. 
 
Elle a dévoilé des éléments sur sa relation et les abus :
 
"Il a commencé à me manipuler quand j'étais adolescente et a horriblement abusé de moi pendant des années. Il m'a lavé le cerveau, m'a manipulée pour que je me soumette. J'en ai fini de vivre dans la peur des représailles, des rumeurs, du chantage. Je suis ici pour dénoncer cet homme dangereux et demander des comptes aux nombreuses industries qui lui ont permis d'agir, avant qu'il ne ruine davantage de vies. Je me tiens aux côtés des autres victimes".
 
Le magazine Vanity Fair a donné les noms de quatre autres femmes qui, comme Evan Rachel Wood auraient subi des agressions sexuelles, des violences et des abus psychologiques de la part du musicien. Parmi ces femmes, figure notamment le mannequin Sarah McNeilly.
 
Elles indiquent notamment être victimes d'un sévère syndrôme post-traumatique. 
 
Evan Rachel Wood avait évoqué en 2018 devant le Congrès américain des violences sexuelles et conjugales. Un représentant de Marilyn Manson avait alors démenti les rumeurs après que l'actrice ait seulement accusé "un ancien petit ami" sans le nommer.
 
CNews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !