"L'homme-arbre" bangladais bientôt débarrassé des 5kg de verrues qui recouvrent ses mains | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
"L'homme-arbre" bangladais bientôt débarrassé des 5kg de verrues qui recouvrent ses mains
©Capture écran/Youtube

Médecine

"L'homme-arbre" bangladais bientôt débarrassé des 5kg de verrues qui recouvrent ses mains

Les patients sont communément surnommés "hommes ou femmes-arbre" à cause de l'apparence des verrues, qui rappellent celle des écorces d'arbre.

"L'homme arbre" bangladais sera bientôt débarrassé de ces énormes verrues qui recouvrent ses mais et ses pieds. Abul Bajandar (26 ans) souffre d'une épidermodysplasie verruciforme (EV), une maladie génétique très rare dont les excroissances de type verrues sont caractéristiques. "Au début, je pensais qu’elles étaient bénignes, mais petit à petit, j’ai perdu ma capacité de travail. J’ai maintenant des douzaines de racines de 5 à 7 cm sur les deux mains. Et j’en ai des petites sur les jambes". 
Le jeune père de famille devrait bientôt être hospitalisé au Medical College Hospital (DMCH), l'établissement hospitalier qui le suit depuis plus de 10 ans, pour subir une intervention visant à lui retirer 5kg de verrues. "Nous avons connaissance de trois cas dans le monde, dont celui d’Abul Bajandar. C’est la première fois que nous découvrons un cas aussi rare au Bangladesh", a expliqué le directeur de l'hôpital. Les patients sont communément surnommés "hommes ou femmes arbre" à cause de l'apparence des verrues, qui rappellent celle des écorces d'arbre. l'intervention chirurgicale sera financée par le centre hospitalier et devrait soulager le jeune homme d'un problème de santé qu'il traîne depuis son adolescence et qui a poussé des centaines de curieux à venir frapper à sa porte.

Lu sur Science Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !