Mali : l'armée française se dit victime d'une attaque informationnelle de la part de la Russie et des mercenaires Wagner | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Défense
Crédits Photo: Capture d'écran Youtube / Euronews / DR
L'armée française a affirmé avoir filmé des mercenaires russes du groupe Wagner en train d'enterrer des corps près de la base de Gossi, au Mali.

Guerre de l'information

Mali : l'armée française se dit victime d'une attaque informationnelle de la part de la Russie et des mercenaires Wagner

L'armée française a affirmé avoir filmé des mercenaires russes en train d'enterrer des corps près de la base de Gossi, au Mali. Cette manœuvre devait servir à accuser les soldats français, qui sont actuellement en phase de retrait du Mali, d'avoir laissé un charnier derrière eux.

L’armée française se dit victime d’une attaque informationnelle au Mali. Sur une vidéo prise par un drone, on peut voir des soldats en train d’entasser des corps et de filmer la scène. Ces soldats seraient réalité des mercenaires russes du groupe Wagner qui agiraient dans le but d’accuser les Français après leur retrait de la base de Gossi.

Cette manœuvre devait servir à accuser les soldats français d'avoir laissé un charnier derrière eux.

Les clés de la base de Gossi, qui accueillait 300 soldats français, ont été remises mardi aux forces armées maliennes dans le cadre du désengagement de la France du Mali, annoncé en février.

Une photo et une vidéo montrant des cadavres en partie ensevelis sous le sable ont circulé sur Twitter, accusant les Français d'exactions.

L'état-major français, qui avait prévenu s'attendre à des attaques informationnelles à l'occasion du retrait de la base de Gossi, affirme en avoir dressé un état des lieux « documenté » pour se protéger d'éventuelles accusations. Ces exactions témoigneraient des modes d'action mis en œuvre par les mercenaires de Wagner depuis leur déploiement en Centrafrique.

Euronews

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !