Que les ministres prennent des vacances ou non arrive bien loin au palmarès des attentes des Français vis-à-vis des politiques | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Economie
Cet été, François Hollande a demandé à ses ministres de ne prendre que deux semaines de vacances et en France.
Cet été, François Hollande a demandé à ses ministres de ne prendre que deux semaines de vacances et en France.
©Reuters

Politico scanner

Que les ministres prennent des vacances ou non arrive bien loin au palmarès des attentes des Français vis-à-vis des politiques

Alors que François Hollande a demandé à ses ministres de pas partir trop loin et trop longtemps en vacances, la majorité des Français y voit un coup de communication et en attend davantage.

Jean-Luc Mano

Jean-Luc Mano

Jean-Luc Mano est journaliste et conseiller en communication chez Only Conseil, dont il est le co-fondateur et le directeur associé.

Il anime un blog sur l'actualité des médias et a publié notamment Les Perles des politiques.

 

Voir la bio »

Atlantico : Cet été, François Hollande a demandé à ses ministres de ne prendre que deux semaines de vacances et en France. Selon un sondage OpinionWay pour CLAI-Metronews-LCI publié au début du mois de juillet, 30 % des Français estiment que "c'est une bonne chose, que la crise est telle qu'il faut en permanence être en alerte et que le gouvernement envoie un bon signal aux Français", contre 70% qui jugent que cette demande relève "d'un simple coup de communication". Qu’attendent les Français en termes d'attitude de la part de leurs politiques en période de vacances ?

Jean-Luc Mano : 70 % des personnes interrogées jugent cette demande de François Hollande à ses ministres de rester à disposition inutile, mais on leur aurait posé la question : "Voulez-vous que vos politiques partent en vacances ?", ils auraient sans doute répondu non également. Pour le reste, les Français ne sont pas stupides : ils savent très bien que ce n'est que de la communication. Quelle est l'influence de la présence d'un ministre des Affaires Européennes ou d'un ministre de la Justice à Paris pendant le mois d'août ? Aucune.

François Hollande avait déjà demandé l'an dernier à ses ministres de rester à sa disposition, en ne prenant que des vacances très courtes et géographiquement proches de Paris. C'est utile en terme de symbole, beaucoup plus contestable en terme d'efficacité. D'autant plus que toutes les administrations sont fermées.

Pourtant, pendant cette période estivale, les Français attendent principalement de l'Etat qu'il ne manque pas à ses obligations, notamment en raison de souvenirs cruels - en particulier celui de la canicule de 2003 qui avait montré que les vacances avaient désorganisé le fonctionnement des administrations publiques. En particulier, les organismes chargés d'organiser la sécurité et ceux qui devaient gérer des situations de crise.

Chaque gouvernement fait depuis en sorte de maintenir la continuité de l'activité sur les principaux sujets régaliens, en particulier sur les questions de sécurité ou des services capables de faire face à des menaces majeures. Les Français n'aiment pas les gens qui les gouvernent, ils ont donc tendance à vouloir les priver de vacances. Les Français considèrent que les ministres ne travaillent pas, sont trop payés en plus d'être inefficaces. Et surtout qu'ils abusent de leur pouvoir. En plus, avec une augmentation du nombre de Français qui raccourcissent ou renoncent à leurs vacances, il y a un sentiment naturel qui tend à vouloir que les ministres ne se trouvent jamais loin de leurs bureaux.

Question : François Hollande a demandé aux membres du gouvernement de ne prendre que deux semaines de vacances cet été, et en France. Avec laquelle des opinions suivantes êtes vous le plus d'accord ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Les partisans du parti socialiste sont quant à eux 56% à trouver qu’il s’agit d’une bonne décision, contre seulement 16% à l’UMP. Que dire de cette division ? Les partisans de gauche et les partisans de droite ont-ils des attentes différentes en termes d’attitude de leurs dirigeants ?

Pas du tout, il n'y a pas de différence de nature quant à l'attente de la présence gouvernementale dans les ministères pendant les vacances. Ces questions sont assez équilibrées en réalité dans l'opinion, on note simplement que la défiance est plus importante dans les partis extrêmes qu'elle ne l'est chez les électeurs des partis au gouvernement.

Question : François Hollande a demandé aux membres du gouvernement de ne prendre que deux semaines de vacances cet été, et en France. Avec laquelle des opinions suivantes êtes vous le plus d'accord ?


(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)


Un autre sondage Ifop réalisé pour Atlantico au mois d’avril 2013 révélait que 70% des Français jugeaient que les politiques parlaient trop des "affaires" et de la moralisation de la vie politique et pas assez de la lutte contre le chômage et le pouvoir d’achat. Qu’attendent généralement les Français de l’attitude de leurs hommes politiques ?

On voit bien que depuis un peu plus d'un an, les effets de la crise sont tellement présents qu'en réalité les Français considèrent que ce qui ne concerne pas l'emploi, l'industrie et le pouvoir d'achat ne sont des questions secondaires. C'est pour cela que le succès gouvernemental du mariage gay doit être relativisé, puisqu'y compris dans les rangs de la gauche, beaucoup considéraient que cette question n'était pas essentielle, qu'elle prenait trop de temps et qu'elle monopolisait inutilement le débat.

Question : Avec laquelle des deux opinions suivantes êtes-vous le plus d'accord... ?

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

Méthodologie :

L'exigence de résultat est également plus forte qu'auparavant. Hollande a pris des risques inconsidérés à affirmer qu'il inverserait la courbe du chômage, car s'il ne parle pas de ces problématiques là, il n'est pas entendu. Sur un discours d'une heure, il n'y a que les dix minutes consacrées à l'emploi qui seront écoutées et entendues. C'est la première fois qu'une cérémonie du 14 juillet est à ce point là axée sur la problématique économique et non pas sur les valeurs traditionnelles associées à cette date comme la justice, l'égalité, la fraternité ou la laïcité  Il n'a pas utilisé ces mots-là , car ils n'intéressent pas les Français. Ils jugent plus que jamais les politiques sur le résultat.

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

(Cliquez sur l'image pour l'agrandir)

 Méthodologie : Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet les 10 et 11 juillet 2013.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !