Présidence LR : Laurent Wauquiez hésite ; France : vers la civilisation de la pantoufle ; La crise des maths ; Jeux Olympiques : la menace des drones ; Les Chinois rêvent d'ailleurs | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
L'Express a enquêté sur le niveau en mathématiques. L'Obs revient sur la décision de la Cour suprême des Etats-Unis sur l'avortement.
L'Express a enquêté sur le niveau en mathématiques. L'Obs revient sur la décision de la Cour suprême des Etats-Unis sur l'avortement.
©

Revue de presse des hebdos

Présidence LR : Laurent Wauquiez hésite ; France : vers la civilisation de la pantoufle ; La crise des maths ; Jeux Olympiques : la menace des drones ; Les Chinois rêvent d'ailleurs

Mais aussi : Mélenchon Premier ministre ou l'échec d'une prophétie.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

« Pénurie de main d’oeuvre, civilisation de la pantoufle… » « Où est passé le goût de l’effort ? » se demande Le Point. L’Express s’inquiète aussi avec une couverture lugubre en noir & blanc : « Pour le pays et pour vos enfants, Maths : il faut agir » Et l’Obs mobilise : « Droit à l’avortement, le combat continue ». A la Une de Challenges une succession de « Et si… » (What if)  « Trump était réélu, L’énergie était rationnée », etc… au total « 30 scénarios de rupture » en collaboration avec The Economist. Marianne pastiche une affiche de film : « Les productions du Palais-Bourbon présentent » « Grandes manoeuvres et petits coups tordus »

La rupture Ciotti-Sarkozy

Selon Le Point « Je ne parlerai plus jamais à Sarko », a juré Éric Ciotti à Christian Jacob au lendemain de sa réélection comme député : « Je ne lui ai jamais rien fait. Pourquoi m’a-t-il fait ça ? » En cause : la vidéo de soutien de l’ex-chef de l’État à Marine Brenier, députée LR sortante mais candidate sous l’étiquette macroniste dans la 5 e circonscription des Alpes-Maritimes. 

 Après les législatives, Éric Ciotti a répondu avec un tweet : « Je suis très heureux de vous annoncer l’élection de Christelle D’Intorni dans la 5 e circonscription des Alpes-Maritimes face à la députée macroniste Marine Brenier soutenue par Nicolas Sarkozy et Christian Estrosi. »

Le Point au secours d’Alexis Kholer

Le Point a rencontré le secrétaire général de la présidence de la République, Alexis Kohler, qui fait un long plaidoyer pro domo. L’hebdo le défend tout aussi longuement.

« Alexis Kohler est devenu le bouc émissaire et la cible de mille critiques venues de son camp. Députés, ministres, figures de la majorité, proches du président… Beaucoup réclament désormais presque ouvertement la tête du technocrate, qu’ils jugent déconnecté, et se déchaînent contre le principal collaborateur d’Emmanuel Macron depuis le ministère de l’Économie dans le gouvernement de Manuel Valls, le plus ancien Marcheur, son homme de confiance. » 

Les manoeuvres après les législatives

Une série de portraits acides dans Marianne, qui présente les personnages à l’oeuvre dans ce début complexe du deuxième quinquennat : Elisabeth Borne, la ressuscitée du Calvados, Edouard Philippe le poids-coq du Havre, Jean-François Copé le bruit de Maux, Nicolas Sarkozy le parrain boudeur etc..

Mélenchon Premier ministre ou l'échec d'une prophétie

Premier ministre ? L’Express, sous la plume du sociologue Gérald Bronner doute que Mélenchon ait vraiment cru à cette prédiction : « Il est plus probable qu'il a cherché à produire ce que le sociologue Robert Merton nommait une "prophétie autoréalisatrice", c'est-à-dire un énoncé qui devient réel dans ses effets parce qu'un certain nombre de personnes le pensent vrai. Comme chacun l'a constaté, cette prophétie ne s'est pas réalisée. Face à cet échec, devait-on s'attendre à ce que la LFI fasse preuve de contrition ? C'eût été mal connaître la réalité de la croyance lorsqu'elle est confrontée à un démenti. »  

L'un des chefs-d'oeuvre de la psychologie sociale, L'Echec d'une prophétie, de Léon Festinger, Stanley Schachter et Henry Riecken, montre que celles et ceux qui ont cru à une prédiction ne l'abandonnent pas, même si la réalité l’invalide.

Un « catho tradi mili » au service des députés RN

Portrait de Renaud Labaye secrétaire général du groupe de 89 députés Rassemblement National dans l’Express. « Il n'a pas le profil habituel au RN. Ce Saint-Cyrien, sorti avec le grade de lieutenant en 2008 dans la promotion Capitaine Beaumont, se destinait aux armes. Mais une blessure et un très mauvais classement de sortie (qu'il ne souhaite pas voir publié) le poussent à se réfugier dans le privé. Il enchaîne sur un master à HEC, avant de traîner sa silhouette sage comme contractuel à la direction générale des entreprises, à Bercy, puis de tenter le concours de l'ENA en interne, sans succès. Ce catholique pratiquant met en avant la fête des rameaux sur son profil Facebook et loupe rarement le pèlerinage de Chartres. On l'aurait plutôt vu chez Eric Zemmour ; il reconnaît lui-même en avoir le profil sociologique. "Je considère en effet que la France n'est pas née en 1789", glisse avec malice cet opposant au mariage pour tous, qui se définit en riant comme "catho tradi mili". Un profil devenu rare au RN, où la patronne a longtemps fait la chasse "aux cathos dingos". 

Présidence LR : Laurent Wauquiez hésite

Selon l’Obs : « Les hésitations de Laurent Wauquiez inquiètent ses partisans. Alors qu’il est considéré parbeaucoup comme celui qui pourrait succéder facilement à Christian Jacob à la présidence des Républicains, le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes réfléchit toujours. Motif : les élections européennes de 2024 s’annoncent compliquées pour LR, et Wauquiez ne tient pas à se retrouver, en début de mandat, à la tête d’un parti qui obtiendrait le score de François-Xavier Bellamy en 2019. La solution qu’il a imaginée pour contourner le problème – confier les rênes àMichel Barnier pendant deux ans, le temps de passer l’obstacle – ne convainc pas tous ses amis. »

François Bayrou et la langue béarnaise

Dans l’Express, une interview de François Bayrou qui proclame son amour pour le béarnais : « Comme tant d'autres langues, est un trésor en péril. C'était la langue de ma mère et de mon père. Quand ce dernier est mort, j'avais 22 ans, je préparais l'agrégation de lettres classiques et, au programme, figurait Pétrone. J'ai lu ce grand romancier romain en pleurant car, dans ses textes, je retrouvais, presque à l'identique, les mots que mon père utilisait au quotidien en béarnais, une langue romane restée plus proche du latin que ne l'est le français. » 

Gagnants et perdants de la mondialisation

Dans les pages Postillon du Point, interview de l’essayiste britannique David Goodhart, qui, dans son livre Les Deux Clans (Les Arènes, 2019), décrit une société fracturée par l’accès aux bénéfices de la mondialisation. On trouve, d’un côté, ceux qui vivent dans les grandes villes, les mobiles dont les emplois ne sont pas délocalisés, et, de l’autre, ceux qui souffrent d’une précarité à la fois identitaire et économique toujours plus forte. Or cette division a des conséquences politiques évidentes, que David Goodhart nous aide à comprendre dans le contexte des dernières élections législatives françaises. Pour lui, le vote populiste va continuer de prospérer tant que certains problèmes structurels n’auront pas été résolus. En particulier, il faudrait revaloriser les métiers manuels et cesser d’envoyer autant de monde à l’université. Une nécessité au cœur de son dernier ouvrage, La Tête, la Main et le Cœur. La lutte pour la dignité et le statut social au XXIe siècle (Les Arènes).

Enquête sur une fausse information du Point

Le Point consacre deux pages à l’article publié par Le Point accusant Raquel Garrido et Alexis Corbière les accusant, à tort, d’employer clandestinement une femme de ménage algérienne en situation irrégulière.

« Quand un accident industriel se produit, la première chose à faire est d’analyser les causes et de déterminer les circonstances de la catastrophe. La publication le 22 juin sur le site du Point d’un article accusant à tort les députés Raquel Garrido et Alexis Corbière (…) nous oblige à aller plus loin que les excuses qui ont accompagné le retrait de cet article, moins de vingt-quatre heures après sa mise en ligne. » 

« Ce fiasco est le résultat, entre autres, d’un enfumage à double détente. Enfumage externe, d’abord. Des personnes ont vraisemblablement cherché à vendre une fausse histoire pour jeter le discrédit sur Raquel Garrido et Alexis Corbière ».

« Nous devons aussi à nos lecteurs de nous interroger sur les conditions dans lesquelles a été publié notre article. C’est la partie interne de l’enquête. Embarqué par une source qu’il estimait fiable, notre collaborateur ne disposait en tout cas ni des pièces ni des éléments qu’il a prétendu, auprès de sa hiérarchie, détenir. » 

La crise des maths

L’Express propose des pistes pour remonter le niveau des maths en France. "La situation des mathématiques en France est extrêmement préoccupante », reconnaissait Stanislas Dehaene, président du Conseil scientifique de l'Education nationale (CSEN) lors d'une conférence internationale sur l'enseignement des mathématiques, organisée le 15 juin au Collège de France. »

« Le 2 juin, Emmanuel Macron annonçait le retour tant attendu des mathématiques dans le tronc commun des enseignements de classe de première... sous forme d'option d'1h30 pour l'année 2022-2023. »

 "Cette mesure est totalement insuffisante. C'est toute l'architecture de l'organisation du lycée qu'il faudrait revoir", déplore Mélanie Guénais, vice-présidente de la Société mathématique de France. Selon elle, le fait que les élèves choisissent trois spécialités en 1re, mais n'en gardent que deux en terminale est une aberration. "Celui qui veut se diriger vers les biotechnologies ne peut donc pas suivre à la fois un enseignement de maths, de biologie et d'informatique. Alors que les trois sont indispensables !", déplore-t-elle. »  

« L'un des leviers d'action les plus urgents est le renforcement de la formation initiale et continue des professeurs. L'enquête Timss de 2019 démontre que seuls 35 % des professeurs des écoles se disent très satisfaits de leur travail. Et pour cause ! 80 % des étudiants qui souhaitent se tourner vers ce métier sont issus de filières littéraires. »

TotalEnergies met le gaz en avant

Dans Le Point, Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies explique que «  le gaz est un maillon essentiel de la stratégie de décarbonation de TotalEnergies. Pourquoi ? Car il émet deux fois moins de CO2 que le charbon et 30 % de moins que le pétrole. La major a misé gros sur le gaz naturel liquéfié (GNL), avec une présence aux États-Unis, au Mexique, et la signature, en juin, d’un contrat géant au Qatar… Une stratégie payante au vu du niveau explosif des prix… « Personne n’en avait entendu parler en France il y a encore quelques mois…, remarque Patrick Pouyanné, dont l’entreprise est devenue le 2e producteur mondial privé de GNL. Le GNL était surtout demandé en Asie, par la Chine notamment, mais il est devenu furieusement à la mode en Europe car il vient pallier le déficit de gaz russe. » Son immense atout ? Il peut être livré indépendamment des réseaux de gazoducs. Explication : dans une usine de liquéfaction, le gaz est refroidi à – 161 °C pour être transformé en liquide, occupant ainsi 600 fois moins d’espace. Transporté par bateau (un méthanier), il est regazéifié à destination, puis distribué dans les réseaux d’énergie. La France a un rôle de porte d’entrée du gaz en Europe car elle dispose de quatre usines de regazéification, alors que l’Allemagne, qui en a le plus besoin, n’en a pas. »

Vers la civilisation de la pantoufle ? 

Le Point s’inquiète : « Ils veulent des diplômes sans aucun effort, se clament victimes pour un oui pour un non et désignent comme persécuteurs ceux-là mêmes qu’ils injurient et menacent. Quels adultes vont-ils devenir ? » Sylvie Germain ne cache pas sa consternation. Autrice du texte proposé cette année en commentaire au bac de français, l’écrivaine a dû affronter une avalanche inattendue de reproches, d’injures et même de menaces de mort ! Sur TikTok, Instagram ou encore Twitter, de nombreux élèves vitupèrent contre la vingtaine de lignes extraites de son roman Jours de colère (Gallimard, 1989), jugeant ces dernières « impigeables » et responsables de leur futur échec. Pour Sylvie Germain, pas de doute, « que des élèves qui arrivent vers la fin de leur scolarité puissent montrer autant d’immaturité, et de haine de la langue, de l’effort de réflexion autant que de l’imagination » est symptomatique d’un problème plus large. Un problème qu’Emmanuel Macron lui-même désignait, déjà en 2019, comme l’oubli du « sens de l’effort ». 

Dans le monde du travail, le constat est hélas aussi décourageant. « Même pour un CDI à 2 400 euros net mensuels, avec l’intégralité des heures réglées, deux jours de repos par semaine et un logement, nous n’avons pas de candidature sérieuse », témoigne Guillaume Ruiz, directeur de l’hôtel-bar-restaurant Le Prose, à La Grande-Motte (Hérault). 

Outre l’hôtellerie-restauration, où 200 000 à 300 000 emplois seraient à pourvoir, de nombreux secteurs comme l’hôpital (100 000 postes vacants) ou le bâtiment (où il y en a 75 000) peinent à recruter, notamment parce qu’ils nécessitent des efforts physiques importants. Les hausses de salaires ne suffisent plus à attirer les candidats.

Jeux Olympiques : la menace des drones

L’Express s’inquiète pour la sécurité des Jeux Olympiques de 2024 : « Le scénario noir des spécialistes de la lutte anti-drones ressemble à ceci : lors d'un grand rassemblement public - concert, manifestation sportive ou autres -, une dizaine de drones à 1 000 euros pièce décollent d'une rue adjacente, du toit d'un immeuble ou d'une chambre d'hôtel. Ils volent de façon autonome suivant des coordonnées GPS. Ils ne sont pas télécommandés, donc tout brouillage est sans effet. En moins de deux minutes, ils arrivent à destination ; chacun emporte 1 ou 2 kilos de farine, qui est larguée à quelques dizaines de mètres au-dessus de la foule. Des milliers de personnes se piétinent, causant d'innombrables victimes. Coût de l'opération terroriste : quelques dizaines de milliers d’euros. »

« C'est une des caractéristiques de ce type de menace que détaille Thomas Pledger, un officier de l'armée de terre américaine, auteur d'une analyse intitulée "The Role of Drones in Future Terrorist Attacks", qui rappelle que l'attaque du 11-Septembre a coûté moins de 650 000 dollars. Un rapport coût-efficacité unique dans l'histoire du terrorisme. En France, on appelle cela une "une menace asymétrique" : peu onéreuse à déployer, mais terriblement chère à contrer. » 

 « La guerre en Ukraine a révélé l'efficacité des drones bricolés - une vidéo montrant un drone du commerce larguant une grenade dégoupillée sur une voiture est accompagnée d'une notice technique expliquant les techniques employées. Et des analystes pensent que la raffinerie russe de Novochakhtinsk a été détruite avec un drone acheté 7000 euros sur AliExpress. » 

Etiquettes numériques : success-story française tricolore

L’Express raconte le succès de SES-imagotag : « Tout commence il y a trente ans quand Philippe Catteau, fils de commerçant, décide d'imaginer une technologie sans fil permettant d'oublier les étiquettes papiers et les heures passées à les changer. Les premiers prototypes fonctionnent par infrarouge et le succès arrive très vite. Dès 2000, 1 million d'étiquettes sont vendues et aujourd'hui le groupe français est devenu le leader mondial du secteur avec plus de 50 % de part de marché. »

« En mars, coup de tonnerre dans les bureaux du groupe à Nanterre : Walmart (500 milliards de dollars de chiffre d'affaires et plus de 10 000 magasins) choisi sa technologie pour équiper ses rayons. »

International

Londres : le retour de la poliomyélite

Selon l’Express, c’est du « jamais-vu depuis presque quarante ans. Pour la première fois depuis 1984, date du dernier cas enregistré au Royaume-Uni, du virus de la poliomyélite a été découvert dans les eaux usées du nord de Londres. Entre février et mai, plusieurs échantillons sont revenus positifs, signe que cet agent pathogène circule actuellement dans une zone où vivent quatre millions de personnes. Une alerte rendue publique ce mercredi 22 juin par les autorités sanitaires britanniques, qui la prennent très au sérieux même si aucun malade n'a pour l'instant été repéré. » 

Tension entre la Turquie et la Grèce

Au large de Kalymnos, l’une des douze îles principales du Dodécanèse, archipel grec situé à proximité des côtes turques, une « ligne de front » invisible traverse les eaux cristallines de la mer Égée. Les armées des deux pays se surveillent, se jaugent, se provoquent depuis des décennies. Mais les tensions actuelles et les menaces de Recep Tayyip Erdogan inquiètent particulièrement le maire de l’île. « Il n’a aucune limite. » Et certainement pas celles du traité de Lausanne de 1923, qui fixe les frontières de la Turquie. 

Les Chinois rêvent d'ailleurs

Selon l’Express, « Les Chinois rêvent de plus en plus d'ailleurs : "Ici, c'est comme vivre en prison"  Confrontés aux confinements et à la fermeture du pays, de plus en plus de Chinois sont candidats à l'exil. Mais les passeports sont délivrés au compte-gouttes. »

« Je n'ai jamais eu autant de demandes de clients qui veulent quitter définitivement la Chine, s'exclame Tao, agent de voyages à Shanghai. J'en reçois une trentaine par jour, mais les restrictions sont telles et les coûts si élevés que 90% d'entre elles ne peuvent aboutir. » 

"Depuis mars 2020, seuls 2% des vols internationaux avec la Chine sont assurés, mais c'est déjà trop pour le gouvernement, pour qui chaque arrivée dans le pays fait courir le risque d'une nouvelle vague épidémique. Depuis le mois dernier, il est quasi impossible d'obtenir une autorisation de voyage pour quitter la Chine. »

Et si ?

Parmi les hypothèses futuristes de Challenges/The Economist : l’envahissement de Taïwan par la Chine, l’arrivée d’une autre pandémie, l’essor de la migration subsaharienne en France (il y aurait déjà 1,9 million d’habitants d’origine subsaharienne en France), une vague de chaleur mortelle en Inde, une cyberattaque chinoise sur les usines de traitement de l’eau à Paris, et la fermeture de Facebook.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !