Pécresse, la femme que méprisait Macron, Lagarde celle qu’il imagine à Matignon, Le Drian le ministre qui l’a mis en colère; L’Education nationale n’assume pas la manière dont elle a traité Samuel Paty; Poutine rouvre des goulags | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Paris Match a enquêté sur la campagne de Valérie Pécresse lors du Congrès des Républicains. L'Obs s'est intéressé à Vladimir Poutine.
Paris Match a enquêté sur la campagne de Valérie Pécresse lors du Congrès des Républicains. L'Obs s'est intéressé à Vladimir Poutine.
©

Revue de presse des hebdos

Pécresse, la femme que méprisait Macron, Lagarde celle qu’il imagine à Matignon, Le Drian le ministre qui l’a mis en colère; L’Education nationale n’assume pas la manière dont elle a traité Samuel Paty; Poutine rouvre des goulags

Et aussi : Les opioïdes aux Etats-Unis : 100 000 morts en un an.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein,, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

« Pécresse, Le défi à Macron » « son histoire, sa revanche, ce qu’elle prépare » à la Une du Point.  « Valérie Pécresse une machine de guerre » titre Paris Match qui la montre en famille. Un débat Jean-Luc Mélenchon-Raphaël Enthoven fait la Une de l’Express. Sur fond de portrait de Vladimir Poutine, L’Obs évoque « Le retour du Goulag Trente ans après la chute de l’URSS ».

Pécresse contre Macron : un mépris réciproque

« Si Emmanuel Macron se voit contraint, un jour de mai 2022, de transmettre ses pouvoirs à Valérie il pourra méditer sur ce jour où il a écarté l’idée de la choisir pour Matignon d’un dédaigneux : « Je n’ai pas confiance. » « Il aurait dû la nommer à la place d’Édouard Philippe pour la tuer ! Elle aurait posé ses conditions, mais c’était jouable au début du mandat. Il l’a laissée grandir et n’a cessé de mal se comporter avec elle. Il l’a regardée comme une petite technocrate. Quelle erreur… S’il est face à elle au second tour de la présidentielle, il peut être balayé », pronostique un pécressiste historique. »

« Entre ces deux énarques, un tenace mépris réciproque a succédé au jeu de séduction initial. Le président s’est créé, par son entière faute, une rivale coriace »

« Enfant, elle se rêvait actrice ou psychiatre. « Elle fonctionne une marche après l’autre. Elle ne pensait pas à la présidentielle à chaque brushing ! » sourit l’ancienne ministre de la Culture Christine Albanel, qui l’a connue jeune chargée de mission de Jacques Chirac à la fin des années 1990. C’est une ambition qui, chez cette grande méthodique, a mûri lentement. » écrit Le Point. 

L’Obs raconte « La revanche d’une tigresse » « Elle ne se démobilise pas lorsque rien ne se déroule comme prévu, résume son ami Eric Pauget, député LR des Alpes-Maritimes. Alors que tout semblait patiner, et qu’on entendait partout que Xavier Bertrand avait les sondages et Michel Barnier les militants, elle a remobilisé tout le monde, réadhéré au parti et survolé les débats. En ça, elle a fait du 100 % Sarko ! » Autre élément décisif, « Valérie Pécresse a fait ce que nous n’avons pas assez fait chez Bertrand : jouer les cartes d’adhérent à fond », convient Damien Abad, président du groupe des députés LR et fidèle du patron des Hauts-de-France. En d’autres termes, aller grappiller les adhésions puis les soutiens, voix par voix. »

Paris Match (8 pages) montre Valérie Pécresse posant avec son mari (polytechnicien, un des patrons de General Electric) et ses trois enfants dans le parc de Saint-Cloud. Tout le monde y est, même le chien. L’hebdo admiratif évoque son parcours : bac à 16 ans, HEC à 18, Ena à 23, députée à 34 ans, ministre à 39, présidente de l’Ile-de-France à 48. Et candidate à la présidentielle à 54 ans.

Elle déclare à Match :J’ai vingt ans de vie politique et j’ai l’impression qu’on ne m’a jamais regardée ».

La voici désormais très regardée : « Depuis samedi, la macronie cible Valérie Pécresse sur sa difficulté à tenir les deux bouts de sa droit selon l’Express. "Elle a vrai un problème : comment va-t-elle réussir à naviguer entre nous et Zemmour ? Elle va en baver des ronds de chapeaux !", questionne un ministre. (…), comment la chiraquienne, qui n'a jamais fait montre d'une grande radicalité, pourrait se droitiser. Tout en restant cohérente. A Matignon, Jean Castex s'amuse de la voir accuser l'exécutif de "cramer la caisse"... tout en réclamant de l'argent à chaque fois qu'elle voit le Premier ministre. »

Christine Lagarde Première ministre ?

« Christine Lagarde a la cote en macronie. Les amis du chef de l’État rêvent de voir la puissante présidente de la Banque centrale européenne Première ministre d’un second quinquennat d’Emmanuel Macron. D’autant que la campagne sera celle des femmes : Marine Le Pen, Anne Hidalgo et, désormais, Valérie Pécresse. En 2017, Emmanuel Macron disait vouloir nommer une femme à Matignon. Il a choisi Édouard Philippe, puis Jean Castex. » écrit Le Point.

« On a parfois un sentiment de régression », déplore Valérie Petit, députée de la majorité. « Il y a 47 % de députées, mais 0 % de femmes à la tête des instances, la décision politique devient donc 100 % masculine. Il y a un ras-le-bol », confie l’élue, pointant le « club des costumes bleus ».

Immigration : la colère de Macron

Selon l’Obs « Macron a piqué une grosse colère fin août. Avant les vacances, il avait demandé à JeanYves Le Drian de passer le message aux ambassadeurs en poste dans les pays du Maghreb: plus de délivrance de visas si vous ne reprenez pas vos ressortissants soumis à une obligation de quitter le territoire français. « Mais, raconte un connaisseur du dossier, le Quai-d’Orsay a préféré poursuivre sa traditionnelle politique de dialogue »… C’est donc Gérald Darmanin qui annonce en septembre cette initiative qui tourne au bras de fer avec l’Algérie. « Du coup, soupire un conseiller de l’Elysée, c’est apparu comme une réaction à Zemmour. »

Affaire Samuel Paty : à l'Education nationale, une suspension

« Avant d'être égorgé, Samuel Paty a été abandonné par sa hiérarchie", dénonce l'enseignant Jean-Christophe Peton, dans un texte adressé à ses collègues et diffusé via la plateforme numérique de son lycée, le 14 octobre dernier. Huit jours plus tard, ce professeur, exerçant dans le Jura, est convoqué par sa hiérarchie, puis suspendu à titre conservatoire dans l'attente d'un conseil de discipline. Son tort ? "Avoir utilisé un outil professionnel à des fins de diffusion de propos personnels", avance-t-on du côté du rectorat raconte l’Express. 

« La suspension de ce professeur jurassien - finalement réhabilité par son rectorat après le tollé suscité - n'est que le symptôme d'un malaise plus grand. Celui d'une profession consciente de l'importance de comprendre pourquoi et comment cette succession d'événements a pu aboutir à un tel drame. » 

La France à droite

« La France penche à droite, et pas qu’un peu. » analyse Franz-Olivier Giesbert dans Le Point« La faute à CNews ? Bolloré ? Zemmour ? Ciotti ? Bock-Côté ? Balivernes ! ».

« La droitisation du pays est un symptôme. Ce que les médias, eux-mêmes de plus en plus à gauche, refusent de comprendre et qui devrait les aveugler, c’est que l’évolution politique du pays n’est pas le résultat de quelque obscur complot, mais du délitement de la société, de la déliquescence de l’autorité, de la peur grandissante de l’avenir que résume bien cette question lancinante : quel monde allons-nous laisser à nos enfants ? » ajoute un des éditorialistes du Point.

Les maires macronistes contactent leurs collègues

Un mois après l’élection de David Lisnard, adversaire déclaré du chef de l’Etat, à la tête de l’Association des Maires de France (AMF), les édiles macronistes tentent une opération séduction. Dans une lettre adressée aux 36 000 maires du pays, quelque 300 élus, parmi lesquels Christophe Béchu (Angers), Olivier Klein (Clichysous-Bois), Caroline Cayeux (Beauvais) et Hubert Falco (Toulon), exhortent leurs pairs à les rejoindre au sein de l’Association de Soutien à la Réélection d’Emmanuel Macron.

Marine Le Pen et Fessenheim

« Si elle est élue, Marine Le Pen promet qu’elle rouvrira la centrale de Fessenheim. Mais la droite a aussi fait de la défense du nucléaire une priorité – Michel Barnier avait ainsi demandé à des spécialistes d’étudier la faisabilité d’une remise en route du site. La réponse a été limpide : c’est techniquement impossible. Ce que pense aussi EDF. » souligne Le Point.

Ceux qui quittent leur emploi

« Quitter un emploi jugé difficile et mal payé est l’une des conséquences du Covid-19 » selon Nicolas Baverez dans Le Point.

« Aux États-Unis, 25 millions de salariés ont démissionné depuis le printemps. Les secteurs les plus touchés ? La grande distribution, l’hôtellerie-restauration, l’aide à la personne, soit les métiers les plus exposés et sollicités durant l’épidémie de Covid-19. Au Royaume-Uni, les démissions se multiplient et la pénurie de main-d’œuvre est amplifiée par le Brexit. En France, l’hôtellerie-restauration a perdu 18 % de ses effectifs et une vague de démissions affecte les services publics, notamment dans la santé – où 5 % des postes hospitaliers sont vacants – et dans l’éducation – les démissions y ont été multipliées par cinq. »

Présidentielle : Christiane Taubira se préparerait

Selon l’Obs, « l’hypothèse d’une candidature de l’ex-garde des Sceaux à la présidentielle a pris de l’épaisseur ces derniers jours. « Clairement, elle se prépare », se réjouit un dirigeant de gauche qui l’a rencontrée il y a dix jours. L’égérie du peuple de gauche, très présente dans les médias, se dit désespérée devant le fait qu’aucune candidature de son camp ne dépasse pour l’heure les 10 %. »

Une tribune de soutiens appelant à se rassembler derrière Christiane Taubira serait par ailleurs en préparation. « Contrairement à ce qui a été dit, elle n’a pas du tout peur de Le Pen ou de la droite mais que l’histoire la juge de ne pas y être allée. » selon « un dirigeant de gauche, dont l’Obs ne donne pas le nom…

Le syndicat de la magistrature récupère

« À la suite du suicide, le 23 août, de Charlotte Guichard, une magistrate de 29 ans, l’enquête du parquet conclut à ce stade que la jeune femme souffrait de bipolarité, qu’elle avait déjà commis une première tentative de suicide, qu’elle était suivie en psychiatrie et que son état s’était détérioré à la suite d’une rupture amoureuse. »  souligne Le Point.

 « Mais les membres du Syndicat de la magistrature ont posé un autre diagnostic sur cet acte : c’est « la violence du fonctionnement de notre institution » qui est la cause de ce drame, comme ils le proclament dans leur tribune-pétition ».

Bref, Le Point accuse le syndicat d’avoir utilisé le suicide de la jeune magistrate alors que ce seraient des raisons personnelles qui l’aurait conduite à ce geste fatal, et pas des raisons professionnelles.

Débat Mélenchon-Enthoven

Ils ne s’aiment pas : en juin dernier, Rpahël Enthoven déclarait l’Express que que "Mélenchon est passé de Clemenceau à Francis Lalanne". Cette semaine les deux hommes débattent dans l’Express.

Quand Enthoven demande à Mélenchon : « Nous sommes en pleine cinquième vague du Covid. Pourquoi ne pas avoir clairement, dès le début, appelé à aller se faire vacciner ? »Ce dernier répond : «  C'est l'inquisition ! Vous les journalistes répétez des choses qui n'existent pas. Pourquoi continuer à répéter cela alors que c'est complètement faux? A la tribune de l'Assemblée nationale, j'ai dit pourquoi je me suis vacciné afin de réduire les risques. Par ailleurs, j'ai toujours rappelé qu'avec le passe sanitaire crée un faux sentiment de sécurité, car le vaccin n'empêche pas les contaminations. Je pense faire un travail plus utile, à ma façon, que si je reprenais le choeur des injonctions. »

Enthoven défend le Printemps Républicain accusé par Mélenchon d’être composé de "fanatiques anti-musulmans". Enthoven attaque de son côté :« Quand j'ai vu le Mélenchon que je connais (ou que je croyais connaître) défiler avec les Frères musulmans, ou bien encore mettre Charlie Hebdo et Valeurs Actuelles sur le même plan, ça m'a coupé les genoux. »

Mélenchon revendique le fait de ne plus être anti-clérical : « J'en suis revenu, parce que j'ai découvert les militants chrétiens d'Amérique latine, imprégnés de la théologie de la libération. J'en ai vu mourir aux côtés des nôtres dans la lutte contre les dictatures. »

Finalement, les deux hommes se respectent, et leur conversation se termine par un compliment d’Enthoven : « Ecoutez mon discours à côté du cercueil de Charb, je n'en retire pas une ligne. » dit Mélechon. Enthoven lui répond : « Je l'ai écouté plusieurs fois. C'est votre plus beau discours. « 

Le chauffage au bois n’est pas écologique

Les besoins croissants en combustibles et en matériaux entraînent des coupes trop rapides dans les forêts, alertent les scientifiques. Le reboisement ne peut pas suivre averti l’Express.

« Les propriétaires de poêle à granulés peuvent souffler : grâce un effort des producteurs, les petits cylindres qui leur servent de combustibles ne devraient pas être en rupture de stock cet hiver. Mais, de leur côté, les scientifiques s'alarment. Car le développement effréné de la filière bois n'est pas vraiment bon pour le climat. »  

« Les poêles eux-mêmes ne sont pas en cause. Ils permettent aux Français de faire des économies. Par ailleurs, ils rejettent moins de CO2 et de particules fines que les feux de cheminée. Mais, depuis quelques années, nos besoins en bûches, planches, troncs ou granulés progressent rapidement. Le bois sert ainsi à construire des bâtiments, à fabriquer des palettes pour le transport.. » etc...

International

La Nouvelle-Calédonie intéresse la Chine

« L’ombre de la Chine plane au-dessus du troisième référendum sur l'indépendance de la Nouvelle-Calédonie, ce 12 décembre. Les partisans du maintien dans le giron français agitent le chiffon rouge de "l'ogre chinois", qui ne ferait qu'une bouchée du "Caillou", si celui-ci se détachait de la métropole. Les leaders indépendantistes se font, eux, plus discrets. Et pour cause : certains entretiennent avec le géant asiatique une proximité troublante » écrit l’Express.

« L'île possède les cinquièmes réserves mondiales de nickel, un composant clef des batteries pour voitures électriques, devenues un axe de développement majeur pour la Chine. Insatiable, ce pays consomme à lui seul environ la moitié du nickel de la planète. Et plus des deux tiers de la production calédonienne. » 

« En attendant, la Chine cultive ses liens avec les responsables tribaux et politiques, via notamment l'Association de l'amitié sino-calédonienne. Son ancienne présidente, Karine Shan Sei Fan, est aussi l'ex-directrice de cabinet du leader indépendantiste et président du Congrès de Nouvelle-Calédonie, Roch Wamytan ». 

« La dictature Poutine »

Aux yeux de l’Obs « Trente ans après la chute de l’Union soviétique, la Russie sombre de nouveau dans l’autocratie et le totalitarisme. Le maître du Kremlin, qui veut rester au pouvoir jusqu’à la fin de sa vie, fait taire toute voix discordante et mène à la schlague le plus vaste pays du monde. » et rouvre le goulag pour ses opposants.

« Jusqu’à récemment, le régime de Poutine maintenait quelques marges de liberté pour la société civile et un semblant d’équilibre des pouvoirs. Tout en multipliant les lois répressives, le Kremlin prétendait mettre en place une « démocratie » d’un genre nouveau : qualifiée de « souveraine », ou d’« illibérale », elle est ultra-conservatrice et dirigée par un homme fort. Selon ses thuriféraires français, ce prototype politique devait servir de modèle à un Occident faible et décadent »

« Lourdes peines de prison pour de simples manifestants, torture des prisonniers politiques, exil forcé des opposants et des journalistes, fermeture des rares organisations de défense des droits de l’homme encore actives… Poutine veut refermer la parenthèse ouverte avec la perestroïka (« réforme ») et la glasnost (« transparence ») engagées à la fin des années 1980 par l’ultime chef de l’Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev. En finir avec les vestiges de la liberté politique accordée par cet autre prix Nobel de la paix. Certes, le président russe – qui, en France, fascine toujours l’extrême droite et une partie de la gauche radicale − n’est pas, loin de là, la réincarnation de Staline. Le tyran rouge a causé la mort de millions de personnes pendant les trois décennies de son règne. Poutine n’est pas (encore ?) aussi brutal que le Turc Erdogan ou l’Egyptien Sissi, qui détiennent dans leurs geôles des dizaines de milliers d’opposants. Mais le chef de l’Etat russe entend désormais faire taire toute voix discordante, si minime soit-elle. »

Opioïdes aux Etats-Unis : 100 000 morts en un an

Les Etats-Unis enregistrent un record de surdoses à cause de médicaments contre la douleur ultra-addictifs. Une épidémie beaucoup plus mortelle que les armes à feu selon l’Express.

« Plus de 100 000 Américains ont succombé à une overdose entre avril 2020 et avril 2021, soit plus que le total combiné des décès causés par les accidents de la route et par les armes à feu. Les chiffres sont vertigineux : les morts par overdose ont crû de près de 30 % par rapport à l'année précédente, et plus que doublées depuis 2015. Deux tiers d'entre elles sont dues aux opioïdes de synthèse, principalement le fentanyl. » 

« Cet analgésique 100 fois plus puissant que la morphine et beaucoup moins cher, fabriqué par des trafiquants et vendu via les réseaux sociaux ou dans la rue, est souvent mélangé subrepticementà la cocaïne, à l'héroïne ou à de faux comprimés d'OxyContin, de Percocet, d'hydrocodone ou de Xanax, médicaments normalement vendus sur ordonnance. »

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !