Pap Ndiaye, Damien Abad, deux tempêtes, deux impacts politiques profondément différents | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Politique
Pap Ndiaye, Damien Abad, deux tempêtes, deux impacts politiques profondément différents
©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Politico-Scanner

Pap Ndiaye, Damien Abad, deux tempêtes, deux impacts politiques profondément différents

Grâce au monitoring de Backbone Consulting, Victor Boury et Raphaël Abensour ont analysé ce que les internautes pensent de la nomination de Pap Ndiaye et des affaires qui empêtrent la nomination de Damien Abad.

Victor Boury

Victor Boury est directeur général de Backbone Consulting

Voir la bio »
Raphaël Abensour

Raphaël Abensour

Raphaël Abensour est consultant chez Backbone Consulting.

Voir la bio »

A chaque remaniement son lot de polémiques. Certaines vite oubliées, quand d’autres, comme la démission de François Bayrou du Ministère de la Justice en 2017, laissent des traces indélébiles. Le premier gouvernement d’Elisabeth Borne, pourtant jugé peu transgressif, n’y a pas échappé avec deux buzz aux conséquences radicalement différentes sur l’opinion. 

pastedGraphic.png

La nomination de Pap Ndiaye au Ministère de l’Éducation tout d’abord, accueillie comme la principale nomination politique au sein de la composition gouvernementale, est celle qui a le plus fait réagir les internautes, avec près de 120 000 mentions dans les deux jours qui ont suivi son annonce. La tonalité des messages est essentiellement négative, avec des attaques variées selon les communautés observées. A droite comme à l’extrême-droite, les réactions ont été immédiates, surtout pour taxer l’ancien directeur du musée national de l’histoire de l’immigration « d’indigénisme » (un pic de 20 000 mentions) voire de « racialisme » (15 000 mentions). 

Notre analyse des conversations révèle par ailleurs une mobilisation massive des soutiens zemmouristes (en vert), comme un écho à leur stratégie observée lors de la dernière campagne présidentielle. A l’inverse, les responsables politiques et sympathisants au sein des communautés de gauche ont exprimé une forme de division dans leur soutien à Pap Ndiaye,  remettant souvent en cause son ralliement à Emmanuel Macron, et mettant même en doute une idéologie supposée d’un universitaire qu’ils considéraient comme l’un des leurs. 

À Lire Aussi

Elisabeth Borne, beaucoup de bruit pour rien ?

Sans surprise, les défenseurs du successeur de Jean-Michel Blanquer s’expriment au sein des cercles militants et des responsables macronistes (en violet), mais aussi des professeurs et de leurs représentants (en bleu) : « une nomination exclusivement faite pour retisser le lien avec les enseignants ? » 

pastedGraphic_1.png

Ainsi, le choix de rupture d’Emmanuel Macron pour le Ministère de l’Éducation Nationale aura été largement commenté par tous les bords politiques. Mais sous le bruit général, un soutien émerge en creux quant à l’action future du jeune ministre. La polémique autour de cette nomination apparaît donc secondaire au regard du cas Damien Abad, Ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées. Les récentes révélations ayant tous les attributs d’une première épine majeure dans le pied de ce second quinquennat. 

Attendue depuis des semaines, le ralliement de Damien Abad à la majorité suscite pour l’heure plus de doute que de d’espoir politique dans l’opinion. Rattrapé par des accusations révélées par Mediapart, l’ancien chef des députés LR a fait l’objet de plus de 135 000 mentions entre dimanche et lundi, l’immense majorité d’entre elles faisant part d’incompréhension sinon de rejet autour de sa nomination. Les responsables de la NUPES s’en sont ainsi vigoureusement emparés pour critiquer ce que Sandrine Rousseau, responsable d’EELV, a appelé un « gouvernement de la honte ». 

pastedGraphic_2.png

Les internautes se sont eux focalisés sur les questions de l’information et de la morale : « qui savait quoi et quand ? Qui doit, en dernière instance, décider de la nomination d’un responsable politique ? La justice ? Le pouvoir politique ? L’opinion et les électeurs qui voteront ou non pour Damien Abad aux législatives ? C’est donc l’honnêteté, l’authenticité, qui est questionnée, mais aussi l’intérêt et l’opportunité pour un gouvernement d’intégrer un élu LR, certes de premier plan, mais autour duquel des critiques continuent de planer (près de 40 000 mentions pour la seule journée de mardi). 

Pas de trêve donc pour le second mandat d’Emmanuel Macron, déjà entaché par des critiques de registres différents, politique comme moral. Vision républicaine ou différentialiste, foi en la justice et en la présomption d’innocence, ou encore irréprochabilité des responsables publics : les polémiques occupent le débat en ligne très tôt dans ce début de nouveau quinquennat. 

BACKBONE consulting

Cabinet de conseil aux dirigeants, expert de l’écoute et de l’analyse de l’opinion 

https://backbone.consulting

Consultez ici notre Index #Législatives2022

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !