Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Revue de presse des hebdos du jeudi 20. L'Express s'interroge sur l'insécurité et Valeurs Actuelles décrypte le succès de CNews.
Revue de presse des hebdos du jeudi 20. L'Express s'interroge sur l'insécurité et Valeurs Actuelles décrypte le succès de CNews.
©

Revue de presse des hebdos

Sarkozy au secours de Muselier ?; Marine Le Pen terrorise désormais l’Elysée; Jean-Marie Le Pen chargé de dissuader Éric Zemmour de se présenter; Le MoDem inquiet d’être zappé par une alliance LREM /LR

Et aussi : Sale temps pour la campagne d'Audrey Pulvar.

Gilles Klein

Gilles Klein

Gilles Klein, amateur de phares et d'opéras, journaliste sur papier depuis 1977 et en ligne depuis 1995.

Débuts à Libération une demi-douzaine d’années, puis balade sur le globe, photojournaliste pour l’agence Sipa Press. Ensuite, responsable de la rubrique Multimedia de ELLE, avant d’écrire sur les médias à Arrêt sur Images et de collaborer avec Atlantico. Par ailleurs fut blogueur, avec Le Phare à partir de 2005 sur le site du Monde qui a fermé sa plateforme de blogs. Revue de presse quotidienne sur Twitter depuis 2007.

Voir la bio »

L'insécurité réelle ou imaginaire à la Une de l'Express. "Le Risque" Marine Le Pen est à la Une de Challenges. Et Valeurs Actuelles enquête sur le phénomène CNews "la chaîne qui dit non au politiquement correct". Le Point dénonce la bureaucratie de l'État. Dossier sur le trafic de cannabis à la Une de Marianne qui propose de "légaliser pour casser les réseaux" tandis que L'Obs s'intéresse à l'usage des substances psychédéliques contre la dépression

Paca : les macronistes espèrent que Sarkozy va soutenir Muselier

Thierry Mariani pourrait, selon les sondages, remporter les Régionales en Paca. Des responsables de la Macronie espèrent un soutien pour Muselier, selon Le Point " « Nicolas Sarkozy est très proche de Renaud Muselier et de Christian Estrosi. S’ils le lui demandent tous les deux, il peut venir soutenir Renaud Muselier aux régionales. C’est le seul qui peut le sauver ! ».

L'angoisse de l'Elysée face à Marine Le Pen

Selon un visiteur de l'Elysée cité par l'Obs, Marine Le Pen fait désormais très peur dans les couloirs du Château : " Ils sont terrorisés par le Rassemblement national. Avant, ils pensaient que Marine Le Pen était la candidate la plus facile à battre au second tour. Maintenant, ils sont les premiers à penser qu’elle peut devenir présidente."

Marine Le Pen est à la Une de Challenges : "Le Risque" en grosses lettres blanches sur un fond noir qui couvre toute la couverture, avec une photo de la patronne du Rassemblement National en petit à droite (7 pages).

Présidentielle : Marine Le Pen demande à son père de dissuader Zemmour 

Éric Zemmour voudrait tenter sa chance en 2022, cela inquiète Marine Le Pen. Elle a demandé à son père de dissuader Zemmour qu'il voit régulièrement : « Zemmour n’a aucune chance, ni physiquement ni politiquement. Ce n’est pas parce qu’on fait 700 000 spectateurs sur CNews qu’on peut convaincre un quart ou la moitié des 40 millions d’électeurs. Je le lui dirai » dit Jean-Marie Le Pen, cité par Le Point.

Les élus MoDem craignent que Macron s'allie avec LR

Plusieurs élus critiquent le silence de Bayrou alors que le parti macroniste multiplie les vexations, comme le fait de rétrograder des centristes sur les listes aux régionales. « Ils veulent nous tuer ! Macron veut changer d’alliance pour se mettre à la colle avec LR » s'inquiète un élu cité par Le Point.

Sale temps pour la campagne d'Audrey Pulvar

"Critiques en interne, polémique sur l’UNEF, sondages décevants…" rien ne va pour la campagne d'Audrey Pulvar pour les Régionales en Ile-de-France : »…  Selon l'Obs qui s'interroge : "Mais dans quelle galère s’est donc embarquée Audrey Pulvar ? L’élection régionale en Île-de-France n’aura lieu que dans un mois mais sa campagne ne décolle pas, entre douleurs familiales, dissensions internes et déclarations polémiques. Il y a la partie visible : les révélations sur son père accusé d’être un pédocriminel, l’affaire des réunions non mixtes à l’UNEF, les mauvais sondages qui la donnent au premier tour entre 10% et 13%, au coude à coude avec ses deux rivaux, l’écologiste Julien Bayou et l’« insoumise » Clémentine Autain, mais loin de Valérie Pécresse. Et puis, il y a les coulisses : un lien brisé avec Anne Hidalgo, sa grande copine d’hier, qui a carrément songé à la débrancher, et des relations très fraîches avec des socialistes franciliens. « La confiance est rompue, la direction de campagne a  fait un tas de réunions sans elle. Je n’ai jamais vu une campagne pareille », résume l’un d’eux."

Nadine Morano divise Les Républicains

Dans la région Grand Est, le président sortant, Jean Rottner a décidé d'écarter Nadine Morano de ses listes remarque Valeurs Actuelles. Du coup, celle-ci a déclaré qu'elle ne voterait pas pour lui, considérant qu'il est indigne de l'investiture LR. Laurent Jacobelli, tête de liste du Rassemblement National dans la région a invité Morano à le rejoindre.

Régionales : une liste de fans de Zemmour en Paca

Avec le dépôt surprise de « Zou ! La liste qui vous débarrasse du système », Valérie Laupies, une Tarasconnaise de 52 ans, directrice d’une école primaire, vise ouvertement à promouvoir une candidature du polémiste Éric Zemmour à la présidentielle de 2022 selon l'Obs. Plutôt proche de Jean-Marie Le Pen, avec qui elle fut élue à la région en 2010,  avant d'être exclue pour avoir prôné un rapprochement avec Nicolas-Dupont Aignan. 

CNews la chaîne qui dérange

Dans Valeurs Actuelles, un dossier (14 pages) sur la chaîne d'information CNews, avec un portrait (4 pages) de Pascal Praud, 56 ans, l'animateur de l'émission quotidienne "L'heure des pros" qui "fait de son émission un spectacle" et "La macronie qui se montrait, il y a peu, encore bien méprisante à son égard, et snobait son plateau n'hésite plus à s'y inviter. Bruno Le Maire et Gérald Darmanin, tour à tour  se sont rendus chez Praud." Et lorsque Praud se moque de l'amateurisme de Clément Baune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, "ce dernier décroche son téléphone pour lui donner, en direct, la réplique. A la sortie de l'émission, Pascal Praud en rosissait encore de plaisir." Pour Valeurs, avant d'être un homme de télévision, Praud est un homme de théâtre

On pourra lire aussi une interview (4 pages) de Sonia Mabrouk qui intervient sur CNews et sur Europe 1. Sans oublier un portrait de Vincent Bolloré (2 pages) le propriétaire de Canal + et de CNews.

Gala célèbre la vie privée d'Olivier Véran alors qu'en fait il est séparé

 "Une histoire solide qui a toutefois mis du temps à naître, puisqu'ils n'étaient pas célibataires au moment de leur rencontre". L'hebdomadaire people Gala s'enthousiasme de leur amour à la Une "Passion au sommet de l'État" alors qu'ils sont déparés depuis plusieurs mois : le ministre de la santé et la présidente déléguée du groupe LREM à l'Assemblée nationale ont été plus que surpris en lisant Gala sorti le 13 mai qui n'a pas contacté ni Olivier Véran, ni Coralie Dubost avant de publier cet article souligne l'Obs.

Darmanin : plus d'expulsion d'étrangers auteurs de troubles

La justice est-elle assez sévère ? demande l'Express à Gérald Darmanin. Il répond : "La justice fait avec les moyens qu'on lui donne. Quand on attend plusieurs années l'exécution d'une peine, quand les greffiers, les experts psychiatriques ou scientifiques manquent, les jugements ne correspondent pas au ressenti de la population, c'est normal. Ces vingt dernières années, la justice a été paupérisée. (...) J'ai vu à Tourcoing des individus qui commettaient des trafics à 16 ans et qui étaient condamnés quand ils avaient 22 ans. Quel sens a la peine dans ces cas-là ?"

Et le ministre met l'accent sur l'expulsion des délinquants étrangers : " Nous travaillons avec plusieurs pays (Algérie, Tunisie, Maroc, Russie notamment) afin qu'ils reprennent en priorité leurs ressortissants auteurs de troubles à l'ordre public. Nous sommes fermes et nous ne transigerons pas, dans une optique de réciprocité et de responsabilité. Nous avons déjà réduit les visas pour plusieurs d'entre eux."

Insécurité ce que disent les chiffres

Où en est la violence en France ? s'interroge l'Express. Réponse : "L'indicateur le plus fiable, c'est celui des homicides, résume Mathieu Zagrodzki, chercheur associé à l'université de Versailles-Saint-Quentin. Car il n'y a pas de sous-déclaration, ni de sur-déclaration." Verdict ? "Une tendance à la baisse depuis vingt-cinq ans, de 1 200 homicides par an à environ 900."

Par contre la violence contre les policiers augmente : " Les données du ministère de l'Intérieur, issues de procès-verbaux, montrent un doublement, en vingt ans, des agressions contre la police. "Avant, il existait un code entre les voyous et les policiers. Des règles. Aujourd'hui, on est entré dans un climat d'ultraviolence, de plus en plus prégnant contre nous", se désole Frédéric Lagache, délégué général d'Alliance.

Autre signe inquiétant : "Parmi les indices les plus alarmistes, figure celui du nombre de sapeurs-pompiers blessés à l'issue d'agressions : selon un rapport sénatorial de décembre 2019, leur nombre a triplé entre 2007 et 2017, pour s'établir à 2 813, soit près de huit pompiers blessés par jour."

"Concernant l'insécurité ressentie individuellement, liée aux peurs personnelles, elle est stable depuis vingt-cinq ans", commente la chercheuse Renée Zauberman, tandis que l'inquiétude plus générale fluctue en fonction de l'actualité. "Les réseaux sociaux jouent un rôle important. Les photos, les vidéos circulent à toute vitesse, et peuvent donner le sentiment global que la situation n'est pas sous contrôle, qu'on vit une époque de brutalisation", estime Jérôme Fourquet, directeur des études de l’IFOP.

La crise sanitaire a révélé la lourdeur bureaucratique

Le Point dénonce la bureaucratie française et commence par rappeler que " le gouvernement Castex, nommé en juillet 2020, compte… 42 ministres, ministres délégués et secrétaires d’État. Un record depuis le gouvernement d’Alain Juppé, en 1995. "

Et l'hebdo cite le dernier livre de Bruno Le Maire, "L'ange et la bête" : « Voulons-nous vraiment conserver des gouvernements pléthoriques, au détriment de leur efficacité ? » Avant d’ajouter : « Le moindre conseiller ministériel a désormais plus de pouvoir que les élus du peuple, une délibération interministérielle à Matignon plus de poids que les délibérations de l’Assemblée nationale. » Et de dénoncer « une monarchie technocratique » qui aurait remplacé « la monarchie gaullienne » originelle de la Ve République. 
« Les faiblesses de l’État observées pendant la crise sanitaire viennent de ce que les préfets n’avaient pas assez de compétences autour d’eux, pas assez de moyens financiers ni de capacités d’initiative. Les administrations centrales n’ont pas fait leur aggiornamento. L’idée de notre déconcentration, c’est qu’elles leur lâchent la bride », explique Amélie de Montchalin, la ministre de la Transformation et de la Fonction publique.

Tandis que Nicolas Bauquet, directeur délégué à la transformation publique à l’Institut Montaigne, un think tank libéral estime : « on n’a pas eu de vraie cellule de crise transversale qui aurait géré la totalité de la crise sanitaire. De plus en plus, les ministères agissent en tuyaux d’orgue. Ils gèrent chacun leurs problèmes de manière verticale sans une véritable capacité de gestion interministérielle ».

Il n'y a pas que l'État qui souffre de cette situation, c'est aussi le cas des citoyens selon la députée du Nord Valérie Petit (ex-LREM, elle appartient aujourd’hui au groupe Agir). Elle estime qu'il y a deux grandes catégories de « martyrs » : « Les demandeurs de prestations sociales, qui sont traités comme des chiens, et les entrepreneurs, perdus dans le dédale des démarches et des formulaires. » 

Et Le Point interroge l’écrivain et philosophe libéral Gaspard Koenig, qui lance un mouvement citoyen, appelé "Simple", et un site, Vieplussimple.fr, sur lequel chacun peut consigner les règles qui entravent son quotidien.

Koening explique comment lui est venue l'idée : " L'idée de simplicité m'est apparue au cours de mon voyage à cheval sur les traces de Montaigne, de Bordeaux à Rome. Je l'ai vécu comme un exercice de dépouillement difficile mais instructif, dans la veine du stoïcisme dont se réclamait Montaigne. Je suis parti seul avec ma jument et dix kilos de bagages, pendant cinq mois. Rien ne m'a manqué."

Covid-19 : l'Asie resserre la vis, l'Europe déconfine

"A Singapour et Taïwan, le nombre de cas augmente à nouveau. Preuve que la stratégie zéro Covid peine elle aussi à contenir la pandémie" constate l'Express : "les plans d'éradication du coronavirus font désormais face à des vents défavorables : montée des variants, retard dans l'approvisionnement en vaccins, comportement trop confiant d'une partie de la population... Ainsi, seulement 1 % des Taïwanais ont reçu leur première injection de vaccin, selon Bloomberg

 Légaliser le cannabis avec un monopole d'État

La France demeure le premier pays consommateur de cannabis en Europe, Marianne propose de "légaliser pour casser les réseaux" c’est–à-dire, "contrairement à ce que laisse entendre le mot, ne pas tout permettre mais donner un cadre légal à la consommation de cannabis. Celui-ci peut même être très strict, à l’image de la légalisation avec monopole d’État (sur le modèle de la Seita pour le tabac) préconisée par Marianne."

L'hebdo  écrit que "quelque 240 000 personnes interviennent dans ce trafic, de la tête de réseau au petit guetteur occasionnel."

"Une légalisation (et non une dépénalisation, parfaitement inutile et qui maintiendrait le statu quo) avec monopole d’État aurait des conséquences vertigineuses. La première, sans doute: un immense coup de pied dans la fourmilière des banlieues. Le politique, enfin, cesserait d’acheter la paix sociale. Allons même plus loin: les gouvernants, au pied du mur, devraient enfin se demander comment faire vivre ces banlieues,"

« Nous faisions nos briefings avant opération toujours en dehors du commissariat et sans aucun message par téléphone, sachant pertinemment que des taupes existent aussi dans la police », admet David Le Bars. « L’argent de la drogue permet de tout acheter aujourd’hui, reconnaît le commissaire, quelques flics compris, et probablement bien des surveillants de prison, puisqu’on sait qu’une partie du business reste gérée derrière les barreaux. » 

Autre constat des flics de terrain, la « lâcheté de l’État » face aux opérateurs de téléphone: « Pour ouvrir une ligne chez les trois gros opérateurs, il faut montrer son identité, mais chez tous les autres opérateurs, comme Lycamobile, ce n’est inexplicablement pas obligatoire! Comment voulez-vous qu’on puisse tracer des types qui changent de puce téléphonique tous les huit jours », soupire le commissaire Le Bars

"Enfin, dernier constat amer du commissaire, le projet d’Éric Dupond-Moretti de rendre obligatoire la présence d’avocats en perquisition. « Dans certaines cités, on fait tout pour arriver discrètement très tôt pour éviter que cela dégénère! Si, demain, il faut attendre l’arrivée de l’avocat, cela nous compliquera encore la tâche, pour ne pas dire la rendra impossible »".

Le LSD, contre la dépression ? L'Obs enthousiaste

"Des substances interdites, comme le LSD, les champignons hallucinogènes ou l’ecstasy peuvent-elles être utiles là où la psychiatrie est en panne ? C’est la conviction d’un nombre croissant de médecins et scientifiques, qui mènent des essais cliniques et publient des études prometteuses." annonce lyrique l'Obs (12 pages).
Mais en fin de dossier,  on lit que "Pour le professeur de psychiatrie Wissam El Hage, ces substances peuvent constituer une piste thérapeutique, mais pour un nombre limité de pathologies chroniques." et “Ce n’est pas prudent pour la majorité des dépressions”.

Et en fait, tout cela n'est pas très nouveau, il y a un peu plus d'un an, le 16 février 2020, l'Obs était déjà enthousiaste : " Et si les psychédéliques étaient la prochaine révolution médicale ? Dans un essai passionnant, la journaliste Stéphanie Chayet raconte l’essor de la médecine psychédélique aux États-Unis, et les incroyables espoirs qu’elle suscite." 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !