La mode non ! Le style oui. | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
La mode non ! Le style oui.
©

Atlantico chic

La mode non ! Le style oui.

Certains prétendent que les amoureux du style classique sont « coincés » dans des règles strictes, que cette culture vestimentaire n’est qu’un carcan qui empêcherait toute forme d’originalité, voire toute forme de personnalité… Hugo Jacomet, blogueur star de l'élégance parisienne, leur répond.

Hugo Jacomet

Hugo Jacomet

Fondateur et éditeur de "Parisian Gentleman", Hugo Jacomet est une plume reconnue dans le domaine du style masculin.

Voir la bio »

Chez Parisian Gentleman nous recevons quotidiennement notre lot de critiques, voir d’insultes (c’est peut-être la période pré-électorale et ses odeurs de fond de cuve qui veulent ça) notamment en provenance des purs afficionados de la mode (les fashionista).

Ces derniers, souvent très jeunes, prétendent que les amoureux du style classique (nous donc) sont « coincés » dans des règles strictes alors qu’eux mêmes jouissent d’une totale liberté et de la capacité à se réinventer à chaque saison. En clair ils pensent que nous sommes « ringards » et que la culture vestimentaire (et l’étiquette qui va avec, nous parlons de ici de l’attitude et bien sûr pas de la marque que nous avons plutôt tendance à cacher) qui nous passionne n’est qu’un carcan qui nous empêcherait toute forme d’originalité, voire pire, toute forme de personnalité…

Sans entrer dans une polémique stérile, ces remarques pour le moins radicales m’inspirent cependant quelques réflexions.

Je pense d’abord que la différence essentielle entre les deux mondes, est une différence de démarche, et n’a franchement rien à voir avec l’âge ou les moyens (financiers).

Là où les fashion addict cherchent à tout prix à briller, les amoureux du style dont nous faisons partie, cherchent avant tout l’harmonie dans la discrétion. C’est une différence fondamentale.

Et cette différence se matérialise dans la manière de « gérer » un nouveau vêtement : le fahsionista afin de faire remarquer son nouveau tee-shirt ou son nouveau blouson fera tout pour en faire la pièce centrale de sa mise en scène personnelle.

L’amoureux du style classique fera exactement l’inverse : il cherchera la meilleure harmonie entre, par exemple, sa nouvelle cravate ou sa nouvelle chemise, et des éléments existants de sa garde robe.

Briller versus Harmoniser, voilà le « cœur » de la différence de démarche : Eux travaillent dans l’instant (d’une soirée, d’une saison, d’une collection), nous nous travaillons dans la durée (plusieurs années) afin de maîtriser notre corps et son interaction avec les vêtements.

Et en ce qui concerne la soi-disant « liberté », il convient de se rappeler que la mode est collective (voire de masse), tandis que le style, lui, est une affaire éminemment personnelle, ce qui, vous l’avouerez, remet dramatiquement en cause l’idée selon laquelle les victimes de la mode seraient plus libres et moins « coincés » que nous…

Coincés ils le sont, car ils ne peuvent que « suivre » telle ou telle lubie de tel ou tel créateur alors que nous, nous ne subissons que très peu de soubresauts stylistiques et aimons nous inspirer du passé (notamment des années 30).

Et surtout nous gardons en tête 2 citations célèbres, l’une d’Oscar Wilde, l’autre de Georges « Beau » Brummel.

Wilde : « La mode est une forme de laideur tellement intolérable que nous sommes obligés de la changer tous les 6 mois ».

Brummel : « L’élégance s’arrête au moment où on la remarque ».

Les amateurs de mode cherchent  un « look », le amateurs de style une élégance si possible naturelle.

Ils travaillent dans le présent (voire dans l’instant), nous travaillons dans le futur.

Et souvenez vous, comme le disait si bien, ce cher Philippe Noiret - un homme qui conjuguait si bien l’élégance vestimentaire et celle de l’esprit - que « le voyage de la vie étant court, autant le faire en première classe… »

Non ?

Cheers, HUGO

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !