Les poissons rouges distinguent Bach de Stravinsky ; formation de la calotte polaire : un paradoxe enfin résolu | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le poisson rouge distingue un air de Bach d’un autre de Stravinsky et ce plus aisément que la majorité des Hommes.
Le poisson rouge distingue un air de Bach d’un autre de Stravinsky et ce plus aisément que la majorité des Hommes.
©Reuters

Atlantico Sciences

Les poissons rouges distinguent Bach de Stravinsky ; formation de la calotte polaire : un paradoxe enfin résolu

Et aussi : des tests d’urine via un smartphone ; Gaia, un télescope spatial d'une précision inégalée ; Et si la Terre était devenue bleue plus tôt qu'on ne le pensait ?

Futura Sciences

Futura Sciences

Magazine online de la découverte, de la science et de l’innovation, Futura-Sciences propose à ses lecteurs un contenu mis à jour en permanence et richement illustré.

Voir la bio »

Les poissons rouges distinguent Bach de Stravinsky

La musique adoucit les mœurs de l’Homme, mais pas celles des animaux ! L’appréciation d’une mélodie est purement anthropique, puisqu’elle vient de l’éducation et de la culture humaine. Cependant, les animaux sont tout de même capables de reconnaître un morceau et de le mémoriser.

Un exemple ? Le poisson rouge distingue un air de Bach d’un autre de Stravinsky et ce plus aisément que la majorité des Hommes. La musique est l’un des dons de l’humanité les plus mystérieux, se plaisait à dire Charles Darwin. Pourquoi aime-t-on la musique ? Difficile de répondre rapidement à la question, mais ce qui est certain, c’est que ce goût pour la mélodie est anthropique. Le goût est lié à notre éducation et à notre culture, et serait le résultat de l’évolution de la sélection sexuelle d’après Darwin. Les premières vocalises humaines ont servi à faire la cour, et seraient à l’origine de la musique.

Lire la suite sur Futura-sciences

Formation de la calotte polaire : un paradoxe enfin résolu

Dans l’hémisphère nord, la calotte polaire est née au début de la dernière période glaciaire. Si cela peut sembler normal, c’est en réalité un grand paradoxe. Pour qu’il neige, il faut de l’humidité et une température de l’air modérément froide. C'est-à-dire l’inverse du climat du pôle Nord. Une nouvelle étude résout l'énigme : la calotte polaire a grandi parce les eaux du Golfe de Gascogne sont restées chaudes...

En analysant des carottes de sédiments datant d'il y a 80.000 à 70.000 ans, les chercheurs ont montré qu'au cours de cette période, la température des eaux du golfe de Gascogne est restée relativement élevée tandis que celle du continent européen a décru progressivement. Transportée vers le nord par les vents, l'humidité dégagée par ce contraste thermique aurait provoqué les chutes de neiges qui ont formé la calotte glaciaire. Ces travaux sont publiés dans la revue Nature Geoscience.

Lire la suite sur Futura-sciences

Des tests d’urine via un smartphone

Cet étrange montage est un smartphone (dessous) sir lequel est fixé un petit appareil portant deux tubes dont l'un reçoit l'échantillon d'urine. Des chercheur de l’université de Californie-Los Angeles ont mis au point un accessoire qui, couplé à une application Android ou iOS, permet de réaliser un test d’albumine à partir d’échantillons d’urine , et ce en quelques secondes.

Il pourrait faciliter la vie de personnes souffrant de diabète ou d’autres maladies des reins qui doivent pratiquer régulièrement ce genre d’examen. Les personnes atteintes de diabète ou d’autres maladies chroniques touchant les reins auront peut-être bientôt la possibilité de surveiller leur taux d’albumine grâce à leur smartphone. Une équipe de chercheur de l’université de Californie-Los Angeles, la fameuse UCLA, a développé une application mobile pour Android et iOS ainsi qu’un adaptateur qui permet de réaliser un test d’urine en quelques secondes. Les résultats peuvent être envoyés via le smartphone et éviter au patient d’avoir à se rendre dans un laboratoire d’analyse ou à l’hôpital. L’invention a fait l’objet d’une publication dans le mensuel Lab on a Chip.

Lire la suite sur Futura-sciences

Gaia, un télescope spatial d'une précision inégalée

L'imposant satellite Gaia (deux tonnes, deux télescopes, dix miroirs), qui vient d'arriver en Guyane pour son prochain lancement, va étudier plus d'un milliard d'objets célestes par des techniques d'astrométrie, fournissant des données sur leurs positions, leurs distances et leurs vitesses. Prenant la suite d'Hipparcos, il en multiplie les performances par un facteur 100, essentiellement grâce à une qualité première : il ne bouge ni ne vibre.

L'astrométrie, ou astronomie de position, qui consiste à scruter la position des astres dans le ciel, était la seule technique des astronomes avant que Galilée n'ait l'idée de pointer sa lunette vers la voûte céleste. Toujours fondamentale aujourd'hui pour étudier le mouvement des astres, des astéroïdes aux galaxies et pour préciser les systèmes de coordonnées, elle est peu pratiquée depuis l’espace.

Lire la suite sur Futura-sciences

Et si la Terre était devenue bleue plus tôt qu'on ne le pensait ?

La découverte de roches âgées de 4,1 milliards d’années remet en cause la date de formation des océans. Il se pourrait que l’eau, et donc peut-être aussi la vie, se soient développées beaucoup plus tôt que l’on ne le pensait.

La planète Terre pourrait-elle avoir été habitable dès 200 millions d’années après sa naissance ? L’idée globalement admise par la communauté scientifique veut qu’entre sa formation et l’apparition de la vie sur la Terre, il se soit écoulé près de 700 millions d’années. La vie serait en effet apparue à la fin du premier éon géologique, l’Hadéen, soit voilà 3,8 milliards d’années. Durant cette première ère géologique, la Terre s’est formée, refroidie et solidifiée. On associe communément cette période à une ère hostile, où aucune forme de vie ne pouvait se développer.

Lire la suite sur Futura-sciences

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !